Review

Troisième extension majeure du MMORPG à succès de Square Enix (depuis sa refonte complète en « Reborn »), Shadowbringers pour Final Fantasy XIV nous propose un tout nouveau récit sombre à souhait, deux nouvelles races parmi lesquelles les sexy Viera, deux nouvelles classes ainsi que tout ce qu’il faut pour le HL. Un contenu terriblement conséquent qui nous avait déjà emballé lors de notre preview du soft à Londres (à retrouver en cliquant ici). Nous nous sommes donc remis dans le bain d’Eorzéa afin de vous proposer un test aux petits oignons ! Suivez le guide !

Tout n’est pas que lumière et obscurité ! 

« Le nouveau job Dancer est totalement jouissif à incarner! »

Bien que scénaristiquement solides, les extensions précédentes de Final Fantasy XIV pouvaient mettre un certain temps narratif avant de réellement nous immerger dans l’aventure, effleurant trop souvent l’épique avec un grand E sans jamais parvenir à le toucher. Et bien rassurez-vous car avec Shadowbringers, pas le temps de s’embêter ! A peine un pied dans cette nouvelle épopée que l’on comprend de suite les enjeux : appelé par l’exarque du Cristal, Gardien de Norvrandt, vous allez devoir vous mettre de suite à la tâche pour lutter contre un ennemi plutôt inédit… un être se voulant lumineux et angélique! Cependant, comme les plus anciens préceptes philosophiques le serinent: sans Mal, pas de Bien et donc sans Obscurité… pas de lumière!

Vous l’aurez compris, le risque d’une totale victoire lumineuse, c’est assurément la chute et l’effondrement de ce monde parallèle dans lequel vous êtes tombé, ce qui aura forcément des conséquences désastreuses sur le monde d’Eorzéa. Autant dire que la force de cette extension réside d’entrée de jeu dans son scénario fort, dans cette urgence qui se ressent par le biais d’une pression montante diablement mise en scène. Square Enix a vraiment placé la barre très haut avec Shadowbringers au niveau de l’histoire, et il va falloir assurer méchamment pour la suite des extensions afin de rester sur cette constante ! C’est donc accompagné par vos amis les héritiers de la Septième Aube que vous allez vivre une aventure qui pourrait bien faire de vous… le Guerrier des Ténèbres !

Et bien, dansez maintenant ! 

« Le Gunbreaker est un tank capable d’infliger un grand nombre de combos destructeurs… et stylés! »

Quoi de plus logique que de voir de nouvelles classes débarquer dans une extension de MMORPG, et ici nous en avons carrément droit à deux. Tout d’abord, les danseuses, qui collent à la perfection à la nouvelle race purement féminine ajoutée par Shadowbringers: les Viéras! Avec leurs formes affriolantes et leurs corps élancés, ces demoiselles aux grandes oreilles velues sont souvent associées à la grâce. A jouer, la danseuse une classe de DPS à distance, exigeante, rapide et ultra fluide, qui vous demandera d’enchaîner les pas dans un ordre précis si vous voulez maximiser vos coups et faire déferler un déluge d’effets pyrotechniques sur votre ennemi tout en envoyant nombre de buffs sur votre partenaire de danse. Un vrai petit bonheur à monter en niveau et à maîtriser.  A noter qu’une autre race fait aussi partie du casting, purement masculine elle: les Hrothgars, mi-hommes, mi-lions. Pas de jaloux donc!

Si la danse n’est pas votre tasse de thé et que vous avez fait le tour des jobs proposés par FFXIV, pas d’inquiétude: cette nouvelle extension amène dans son sillage un autre job plutôt badass, alias le « pistosabreur » ! Nouveau tank du soft, il propose de manier une gunblade façon Squall de FFVIII et nous livre un gameplay plus facile à prendre en main que celui du danseur, mais plus qu’agréable puisqu’il oscille entre dégâts solides et protection de vos coéquipiers de façon efficace.

Deux beaux jobs donc, qui font mouche sans avoir à rougir des jobs existants et sauront ravir les fans. Et si vous ne voulez pas tester tout ça, pas de soucis: Shadowbringers chamboule pas mal de concepts, notamment en supprimant les TP et en modifiant, ajoutant, supprimant des skills pour les métiers existants. Après des heures à pratiquer le tout, je peux vous l’assurer: ces changements entraînent une meilleure lecture du gameplay et, dans la globalité des classes, un contenu moins brouillon et éparpillé.

« Les nouvelles zones sont envoûtantes »

Cerise sur le gâteau, Shadowbringers introduit enfin le concept de NPC alliés qui peuvent faire partie de votre équipe, avec une I.A. vraiment bien maîtrisée, histoire que les gamers solos puissent arpenter le soft en équipe sans devoir nouer de liens avec des personnes irl. Un bon moyen d’amener encore plus de monde dans la Communauté du jeu!

Une jolie forme pour un fond solide !

Shadowbringers apporte son lot de nouveautés et une force scénaristique impressionnante, c’est indéniable. On peut ajouter à tout cela un monde magnifique, à l’identité unique et où chaque promenade est un régal pour les yeux malgré l’âge technique du soft. Petit bémol cependant, puisqu’à l’ouest rien de bien nouveau quant au contenu endgame. En effet, une fois le niveau 80 atteint (comptez une bonne quarantaine d’heures), retour aux bons vieux donjons, défis et primordiaux qui vous attendent bien sagement. Shadowbringers est donc certainement l’extension la plus aboutie proposée par le MMO de Square Enix, mais pas de grosses prises de risques pour cette extension en termes de HL. Espérons aussi que les vieux de la vieille, aux habitudes bien ancrées, ne râlent pas trop suite au polissage des compétences des builds installés depuis des années. Nous, en tous cas, on valide !

La bande-annonce

Tableau de notes: s’agissant d’un DLC, nous n’incorporerons désormais plus de tableau de notes. Vous pourrez retrouver le dernier en date dans le test de l’extension Stormblood en cliquant ici.

Note Globale N-Gamz.com: 17,5/20

Ne cherchez plus: Shadowbringers est tout simplement la meilleure des trois extensions pour Final Fantasy XIV Reborn. Repensant parfois en profondeur certains jobs, ajoutant deux classes terriblement jouissives à jouer grâce au Danseur et au PistoSabreur ainsi que la race ultra sexy des Vieras attendue de longue date par les fans de FF XII, le nouveau bébé de Square Enix se paie en plus le luxe d’offrir un récit épique à souhait et loin d’être manichéen pour une aventure qui risque de marquer les esprits durablement. Ajoutez à cela un système de compagnons NPC qui permet de pratiquer le jeu en solo, un nouveau monde totalement charmeur sur le plan visuel et une bande-son toujours aussi envoûtante, et vous comprendrez que vous ne pouvez passer à côté de ce Shadowbringers, et ce malgré un moteur de jeu un peu vieillissant et l’absence de réel chamboulement pour le contenu endgame.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !