Review

Si 2015 a marqué un retour en force de la saga Star Wars sur grand écran grâce à l’achat de la licence par Disney et la maestria de J.J. Abrams à nous livrer un opus qui, s’il ne respectait pas l’univers étendu des romans, se voulait pourtant empreint d’intrigues et de twists scénaristiques à même de scotcher le spectateur, 2017 fut l’année où nombre de fans se sont totalement désolidarisés de la nouvelle trilogie, la faute à un Episode VIII mené par un Rian Johnson qui a sincèrement joué les enfants pourris gâtés en massacrant toutes les règles « Lucasiennes » pour tenter de faire le buzz. Heureusement, Disney a eu la présence d’esprit de faire revenir Mister Abrams pour boucler l’ultime épisode de toute la saga Skywalker, et s’il s’agissait clairement d’une mission impossible après le « boxon » total engendré par Les Derniers Jedi, notre homme… s’en sort avec les honneurs et même plus! Préparez-vous tout simplement… au meilleur épisode de la Guerre des Etoiles!

« Un ultime opus pour donner tout son sens à la saga? »

Rédiger une critique de Star Wars: L’Ascension de Skywalker sans livrer le moindre spoiler est un exercice périlleux tant le film de J.J. Abrams nous abreuve à chaque instant de nouvelles intrigues, de révélations fracassantes et de réponses à toutes les questions que pouvaient raisonnablement se poser les fans depuis Le Réveil de la Force et sa suite mitigée (oui, oui, même Snoke sera abordé!).

Du coup, on ne vous dira rien de plus que ce qui figure dans les trailers sur le plan du récit, mais sachez que le film est une véritable mine d’or de cliffhangers en tous genres qui parvient à mettre toutes les pièces du puzzle des huit autres opus en place. On retrouve donc notre trio de héros de la Force, Rey, Finn et Poe, toujours membres de la frêle Résistance, aux prises avec un Premier Ordre qui entend bien assouvir sa domination sur toute la Galaxie en éradiquant les derniers rebelles.

« Kylo Ren devient enfin un méchant inoubliable »

Désormais gouverné par un Kylo Ren qui parvient enfin, par sa rage et le jeu d’acteur arrivé à maturation d’Oscar Isaac, à nous offrir un méchant d’une incroyable noirceur (la brutalité de son premier combat est totalement folle!), la force armée du Côté Obscur se densifie dramatiquement tandis que le Côté Clair cherche du soutien… partout où il le peut!

Rey s’attelle ainsi à terminer sa formation de Jedi pour pouvoir tenir tête au petit-fils de Dark Vador tandis que Finn et Poe parcourent la galaxie à bord du Faucon dans de périlleuses missions. Mais dans l’ombre, se pourrait-il que quelqu’un tire les ficelles de ce conflit depuis tout ce temps? L’Empereur?… Ce sera à vous de le découvrir, mais comptez sur le réalisateur du Réveil de la Force pour vous surprendre plus d’une fois, notamment par la parenté… de Rey justement!

« La 1ère séquence est d’une brutalité digne du Côté Obscur! »

Sur le plan de la technique pure, ce Star Wars IX est assurément le plus beau volet de la saga, nous faisant voyager aux confins de l’espace vers de sublimes planètes (dont certaines bien connues des fans), qu’elles soient inhospitalières et ténébreuses au possible, ou luxuriantes de verdure et de vie. On en prend plein les yeux et le dépaysement est total, magnifié par une direction artistique de haute volée qui nous donne certains visuels pareils à des toiles de maître, notamment sur l’astre de la bataille finale!

Des images qui vous marqueront à vie la rétine, comme lors du titanesque combat empreint de fureur entre Rey et Kylo (un affrontement qui n’a même pas besoin de musique tant le fracas des vagues joue à lui seul une jouissive mélodie guerrière), ou lors de l’attaque décisive entre la Résistance et le Premier Ordre, sous un ciel d’orage aussi terrifiant que somptueusement poétique!

« Le plus beau duel de sabre laser de la saga! »

La mise en scène n’est pas en reste non plus, avec rien de moins que le meilleur combat de sabre laser de toute la saga, une séquence en speeder grisante façon Mad Max ou encore des joutes spatiales d’une rare intensité. Et comme nous avons eu la chance de voir le long métrage en 3D Imax, on peut vous l’affirmer: ce Star Wars propose à ce jour la 3D la plus bluffante qu’il nous ait été donné de voir! L’Avatar de James Cameron peut aller se rhabiller, et pas qu’un peu!

Niveau scénario, J.J. Abrams a fait très fort puisqu’il nous hype dès les 5 premières minutes avec une incroyable révélation et une action frénétique, puis parvient à donner une logique à pas moins de 8 épisodes issus de réalisateurs différents et dont le premier volet est apparu en 1977! Tout prend du sens, aucune question n’est laissée en suspens et nul doute que grâce à cet ultime opus, les huit autres films peuvent enfin être vus comme un tout (et revus avec plaisir), une gigantesque fresque familiale dédiée à la lignée Skywalker.

« Des décors d’une rare beauté »

Les acteurs semblent également tous habités par leur personnage, et si on saluera le retour de Lando, on sera encore plus enthousiasmé par les nouveaux arrivants dont certains crèvent carrément l’écran par leur caractère ou… leur humour involontaire (Babu Frik, on t’adore)! Car oui, si cet épisode IX est sans doute le plus sombre de la nouvelle trilogie, il garde quand même quelques moments aptes à vous décocher un sourire, et ça fait du bien.

De plus, Daisy Ridley nous livre une magnifique prestation en Rey totalement tiraillée entre les deux Côtés de la Force, comprenant très bien qu’en cédant au Côté Obscur, elle serait à même de se confronter à Kylo avec ses propres armes et une puissance inimaginable, mais renierait tout l’héritage Jedi ce faisant. Que choisira-t-elle?

« Une Leia plus rayonnante que jamais! »

Et le must dans tout ça? C’est que la Princesse Leia, malheureusement décédée avant le tournage de cet épisode IX, est loin d’être laissée en reste grâce à l’ingéniosité du scénario et des plans, offrant à ses fans une ultime apparition à l’écran qui fera date tant Carrie Fisher rayonne dans son rôle de mentor et respire le courage ainsi que la force de coeur qui sont les siens.

Et que dire de tous ces moments où vous resterez, bouche bée, devant tel événement dramatique inattendu, telle décision impactant profondément les héros, tel twist narratif que vous n’avez pas vu venir ! Du pur plaisir du début à la fin des 2h30 que compte le long métrage… et on en redemanderait presque! Sincèrement, on n’y croyait pas après un épisode 8 qui nous avait vraiment déçus, mais J.J. Abrams est parvenu à nous le faire oublier et nous livrer SA vision, et quelle vision! Du grand art!

« L’épisode le plus sombre de la nouvelle trilogie! Quelle claque! »

Vous l’aurez compris, il n’y a strictement rien à dire de négatif sur ce Star Wars: L’Ascension de Skywalker. Visuellement parfait, doté d’un jeu d’acteur à toute épreuve, de combats spectaculaires à souhait, d’instants riches en émotion (oui, j’ai réussi à pleurer devant un Star Wars!), de personnages d’une grande profondeur et d’un récit qui va s’ancrer en vous à tout jamais tant il brasse avec succès tous les fondamentaux de la saga pour les magnifier en tous points, cet ultime volet est tout simplement la plus belle conclusion que l’on pouvait offrir à la lignée Skywalker, et à toute la licence en général.

Allez, ne passons pas par quatre chemins: ce Star Wars IX est le meilleur épisode de la Saga « Guerre des Etoiles », un point c’est tout! Alors foncez le voir au ciné, et même plusieurs fois tant que vous y êtes! Nous, on n’a plus qu’une seule chose à dire: « Merci J.J., tu as sauvé notre Star Wars! »

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!