Review

Lancé fin 2018 avec une hype énorme, Fallout 76 a rapidement fait hurler les fans de colère, la faute à un monde étriqué, un gameplay rigide, une absence totale de NPC et un côté online permanent qui flinguait tout scénario épique et choix de dialogues influant sur le déroulement de votre aventure. Bref, un « jeu-service » loin des ténors du genre. Heureusement, l’avantage avec ce type de soft, c’est qu’on peut l’améliorer continuellement, en écoutant les joueurs, pour le rendre meilleur et digne de l’attente qu’il a pu susciter. C’est donc fort logiquement, mais un peu tardivement, que nous parvient Wastelanders, la plus grosse extension gratuite de Fallout 76, censée corriger une bonne partie des défauts cités plus haut. Mission réussie? 

Une histoire de factions

« NPC et choix multiples… enfin! »

Wastelanders possède déjà un bon point pour lui dès le début: vous pouvez y jouer sans jamais avoir touché à Fallout 76 ni monté un personnage de niveau. Tout est en effet prévu dans cette extension pour vous permettre d’intégrer l’univers du soft de la façon la plus douce possible. L’action se situe ainsi un an après les événements du jeu d’origine. De nombreuses personnes arrivent en masse dans les Apalaches, à la recherche d’un mystérieux trésor. De quoi ramener ce qui manquait cruellement jusqu’alors au bébé de Bethesda: des NPC!

Par la suite, vous aurez même l’occasion de rencontrer deux factions distinctes: les Pillards et les Colons, chacune détestant l’autre et vous proposant des quêtes spécifiques et les récompenses qui vont avec, histoire de booster votre niveau de réputation et vous acoquiner avec l’un des groupes avant la mission finale. Tout un programme étalé sur une quinzaine d’heures qui vont souffler le chaud et le froid

Du RPG, enfin!

L’un des gros points négatifs de Fallout 76, c’était son absence totale de dialogues à choix multiples influant sur votre aventure, et Wastelanders tente de corriger le tir en proposant de nombreuses discussions permettant diverses réponses, dont certaines ne seront accessibles que via vos statistiques et vos aptitudes (charisme, perception, …). Un vrai côté RPG donc, il était temps! Le souci, c’est qu’au final le voyage s’avère très linéaire, vos choix n’impactant que trop peu sur votre destinée.

« Une aventure exclusive et deux factions à convaincre… ou combattre! »

De plus, si les premières heures de cette extension s’avèrent très intéressantes, ce DLC vous met ensuite dans l’obligation d’atteindre le niveau 20 pour continuer son histoire (et découvrir enfin les deux factions précitées), vous forçant du coup à faire des quêtes de Fallout 76 bien moins intéressantes que celles de Wastelanders, et à grinder comme un fou pour pouvoir poursuivre votre épopée. Rageant, d’autant que le système de multijoueur est un peu à la ramasse. En effet, si vous jouez à plusieurs, il y aura toujours un leader, et seul ce dernier validera son avancée dans le récit et pourra sélectionner les réponses dans les dialogues. Vous avez intérêt à avoir des amis compréhensifs.

D’ailleurs on comptait beaucoup sur le tout nouveau système d’alliés pour permettre aux gamers solos de pratiquer le jeu entouré de NPCs, à la façon de l’excellent Trust System de Final Fantasy XIV, mais malheureusement ces personnages resteront constamment dans votre base et n’auront pour utilité que de la défendre ou vous proposer des quêtes. Mouais…

Un update graphique… aux abonnés absents

« Wastelanders souffre des tares graphiques de son modèle, hélas »

Fallout 76 était déjà visuellement daté et pétri de bugs à sa sortie en 2018, aussi espérait-on que Wastelanders lui offre un nouvel écrin graphique histoire d’attirer le chaland… mais il faudra repasser! Aucun upgrade n’a été fait de ce côté, et on se retrouver avec les mêmes personnages taillés à la serpe et ce framerate souffreteux qu’il faudra affronter en permanence. De plus, l’arrivée des NPC nous permet de constater que la synchro labiale n’est pas le point fort du soft, et c’est dommage car côté bande-son, le titre s’avère plutôt réussi justement.

Une grosse extension à la qualité trop inégale

Ceux qui pensaient que Wastelanders allait enfin donner à Fallout 76 ses lettres de noblesse et nous proposer le soft que l’on attendait tous en 2018 vont en être pour leurs frais: si cette extension ne manque pas de contenu et propose même de très bonnes idées comme les deux factions ou l’arrivée des NPC et des dialogues à choix multiples, elle souffre des mêmes tares qui plombaient déjà le jeu à l’origine: graphismes en demi-teinte, réalisation datée, bugs à foison, framerate à l’ouest et rigidité du gameplay s’inviteront donc à la fête. Dommage, car en soi ce DLC devrait assurément plaire aux fans (oui, il y en a) de ce volet, mais il ne se montre pas assez bouleversant pour ramener sur le long terme les gamers ayant déserté les terres des Apalaches.

La bande-annonce

Tableau de notes: s’agissant d’un DLC, nous n’incorporerons pas de tableau de notes. Vous pourrez retrouver ce dernier dans le test du jeu complet en cliquant ici.

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

Wastelanders avait un poids monstrueux sur les épaules: celui de rendre Fallout 76 enfin attractif après deux années d’errance, et force est de constater qu’il n’y parvient pas complètement. En effet, si on saluera sa gratuité, l’arrivée des NPC, de deux factions rivales, de dialogues à choix multiples et d’une nouvelle campagne procurant une petite quinzaine d’heures de durée de vie en plus, cette extension souffre hélas toujours d’un moteur 3D daté, d’un gameplay bien trop rigide, de chutes de framerate incompréhensibles et de quêtes parfois « bateau », sans compter l’obligation de grinder jusqu’au niveau 20 pour enfin avoir accès aux factions. Frustrant, d’autant que malgré les réponses variées durant vos discussions, l’impact ne sera que peu perceptible sur votre aventure. De bonnes intentions donc, mais une mise en pratique un peu bancale qui empêche Wastelanders de signer la renaissance du MMORPG de Bethesda. 



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!