Review

Wonder Boy – Asha in Monster World est un jeu d’aventure/plateforme développé par Artdink, édité par SEGA et vendu 34,99 Euros sur Nintendo Switch, PC et PlayStation 4. Portage 3D du Wonder Boy VI (Monster World IV) sorti uniquement au Japon sur MegaDrive en 1994, le titre vous met dans la peau d’Asha, une jeune guerrière fraîchement nommée qui aura pour mission d’empêcher l’apocalypse en libérant les quatre esprits gardiens retenus prisonniers par d’infâmes sorciers. Au menu : une réalisation en 2.5D plutôt kawaï, des stages et un gameplay « old school » des 90’s et un design artistique coloré et rafraîchissant. De quoi tenir tête à l’incroyable remake de Wonder Boy : The Dragon’s Trap de Lizardcube sorti il y a quatre ans ou le très bon Wonder Boy and the Cursed Kingdom de 2018 ? La réponse dans mon vidéo-test !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Note Globale N-Gamz.com: 11/20

Si ce Asha in Monster World nous donne enfin l’opportunité de tester dans une version remastérisée un opus de la saga Wonder Boy jamais sorti chez nous auparavant, le titre de Artdink pêche par de mauvais choix que n’ont pas fait Dragon’s Trap et The Cursed Kingdom avant lui. Tout d’abord, la volonté d’utiliser des modélisations 3D là où les deux derniers cités nous livraient une 2D de toute beauté empêche le titre de briller visuellement comme il le faisait dans sa version Megadrive gavée d’effets graphiques comme des scrollings parallaxes ou des distorsions de chaleur. En résulte des personnages réussis qui se baladent dans des décors très pauvres. Mais ce n’est pas tout puisque si ses deux prédécesseurs proposaient un gameplay typé Metroidvania terriblement accrocheur, les aventures d’Asha se révèlent par contre horriblement linéaires et même la transformation régulière de votre Pepelogoo ne vous servira à rien dans les niveaux antérieurs. Ces stages sont d’ailleurs loin d’être remplis de vie, mais ce n’est pas un mal puisque la hitbox de notre héroïne est assez erratique et risque de vous frustrer, notamment contre les boss. Ajoutez à cela des musiques qui auraient pu être sympathiques si elles n’avaient pas eu des boucles bien trop courtes qui tapent au final sur le système, et vous comprendrez qu’il y a de quoi être dubitatif quant à ce portage qui peine même à corriger quelques erreurs de son modèle, notamment le fait de volontairement bloquer le gamer sans lui expliquer quoi faire : une façon de booster une durée de vie famélique de 5h de jeu pour un soft… à 35 Euros ! Fort heureusement, le petit côté RPG sympathique, la traduction française correcte, le design coloré du soft, le gameplay old school des 90’s et l’adorable Pepelogoo parviennent à donner un certain charme à cette oeuvre que l’on conseillera aux férus absolus de la saga. Pour les autres, attendez clairement que ce Wonder Boy : Asha in Monster World baisse de prix pour avoisiner les 10 Euros et là, vous pourrez vous lancer !



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!