Review

Jeu d’action/Dating Sim développé par Sega, Sakura Wars est issu de la prestigieuse licence Tactical-RPG « Sakura Taisen » née en 1996 sur Saturn et qui a tiré sa révérence en 2005 sur PlayStation 2 (avec un portage sur Wii en 2010), le titre entend bien remettre cette cultissime saga sur le devant de la scène avec un moteur 3D flambant neuf et un tout nouveau chara-designer en la personne de Tite Kubo, le mangaka derrière… Bleach! Mais le plus gros changement réside sans doute dans les phases de jeu de rôle tactique qui sont carrément passées à la trappe au profit de séquences de beat’em all! Un choc pour certains, mais la volonté assumée de faire connaître la franchise au plus grand nombre par ce biais est plutôt louable et pourrait bien permettre à ce Sakura Wars de renouer comme il se doit avec le succès. Alors place à notre vidéo-test pour en savoir plus!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 17,5/20

Visuellement, le moteur 3D de Sega fait des merveilles pour mettre en scènes les armures de combat dans un déluge d’effets pyrotechniques durant les phases d’action. Les cut-scenes, de leur côté, se montrent dignes des très bons animés nippons et le design artistique des décors fleure bon le début des années 1900 en plein Tokyo. Mais le plus important pour un titre qui prône le dating sim, c’est bien entendu le look de ses héroïnes, et à ce titre on flippait un peu de ne plus retrouver les superbes demoiselles de Kosuke Fujishima (Ah! My Goddess), chara-design officiel de la saga. Heureusement, même si son style est radicalement différent de celui du Maître précité, Tite Kubo reprend le flambeau haut la main! Le mangaka de Bleach s’en sort ainsi avec les honneurs grâce à un casting de demoiselles toutes plus attirantes, sexy ou kawaï les unes que les autres, chacun dans son genre, et la motion capture autant que le travail sur les visages nous rend notre équipage de jeunes femmes plus que sympathique. Quelques bémols cependant, comme une caméra pas toujours au point en combat (heureusement qu’un lock a été implanté dans le patch Day One) ou des micro-chargements bien lourds entre chaque pièce du théâtre. Connaissant le nombre d’allers-retours que vous allez devoir faire au fil du soft dans les pièces de la bâtisse, il y a de quoi râler un peu, tout comme sur les ennemis qui auraient mérité plus de variété ou encore les scènes un peu plus « hots » qui prennent un peu trop souvent la forme d’artworks alors que le moteur de jeu aurait permis de nous livrer une 3D suggestive à souhait.

Gameplay/Scénario: 15/20

Vous plaçant aux commandes de la nouvelle Brigade des Fleurs dix ans après les derniers événements de la saga, Sakura Wars parvient à nous livrer un scénario passionnant, au rythme haletant, qui fait intervenir d’anciennes têtes connues de la licence mais aussi un casting de nouvelles recrues véritablement intéressantes, comme Clarissa et son amour des livres qui contrebalance à merveille la peur qu’elle a de ses sombres pouvoirs, ou encore Sakura et son côté fleur bleue empreint d’héroïsme. Toutes les jeunes femmes sont passionnantes à découvrir et le récit leur laisse une place de choix à chacune. Idem pour les méchants de service, bien loin du stéréotype habituel. Enfin, l’humour et les situations typiques d’une bonne comédie romantique sont au rendez-vous, de même que l’impact de vos choix sur le niveau d’affinité de vos protégées avec vous-même, synonyme de boosts et d’attaques combinées en combat. Niveau gameplay, par contre, ça risque de souffler le chaud et le froid pour les fans hardcore. En effet, si les phases de drague sont tout bonnement excellentes grâce au système LIPS qui propose des tonnes de dialogues à choix multiples et des interactions pertinentes avec les demoiselles toutes de 3D vêtues, les phases de tactical-rpg brillent quant à elles… Par leur absence! Et oui, Sega a remplacé tout le côté tour par tour stratégique initial par un beat’em all en duo avec combos et attaque spéciale unique par combattant. Un changement qui fera assurément grincer des dents, mais vu le ratio du soft qui est de 75% de parlotte/drague et 25% d’action, le tout passe quand même sans trop de casse, ces phases de baston offrant au final un petit bol d’air frais entre les séquences de dating sim.

Bande-Son: 16/20

Le jeu a le bon goût de proposer d’excellents doublages en japonais et d’être intégralement sous-titré en français. Le meilleur des deux mondes donc, d’autant que les comédiennes incarnant la Brigade des Fleurs sont vraiment craquantes dans leur rôle. Dommage, du coup, que seule une partie des dialogues soit doublée, le titre nous offrant un peu trop souvent des discussions silencieuses qui cassent un peu l’ambiance, même si les expressions des visages permettent d’y croire quand même. Par contre, les musiques sont inattaquables et on retrouve avec plaisir le compositeur originel de la licence pour des morceaux somptueux, allant du jazz à la tradition nippone, en passant par des airs épiques à souhait, dignes des meilleurs animés de mechas (Evangelion en tête), pour une immersion plutôt folle.

Durée de vie: 16/20

Comptez un peu moins de 30h de jeu pour boucler l’aventure, laquelle offre une jolie replay value avec de multiples fins en fonction de votre degré d’affinité avec telle ou telle héroïne. De plus, l’aspect collectionnite est au rendez-vous avec des cartes à l’effigie des plus belles demoiselles de la licence, et Sega a même eu la très bonne idée d’inclure un jeu d’Hanafuda complet, qui s’avère terriblement chronophage et vous fera passer des heures et des heures de détente cérébrale en compagnie des plus jolies jeunes filles de cet opus!

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Avec sa 3D d’excellente facture, ses héroïnes toutes plus mignonnes les unes que les autres, son côté simulateur de drague bien amené et terriblement jouissif grâce au système LIPS et sa bande-son absolument divine imaginée par le compositeur originel de la saga, ce Sakura Wars réussit à remettre la licence au goût du jour avec brio pour toute sa partie aventure et comédie romantique, soit 75% de ce qui fait un bon Sakura Taisen. La partie tactique, quant à elle, est passée à la trappe pour nous offrir un beat’em all parfois répétitif, mais graphiquement convaincant et qui bénéficie, grâce au patch Day One, d’un lock et d’un radar salvateur. Alors certes, les fans hardcore crieront au scandale face à ces passages 100% « action » là où le déplacement au tour par tour et la stratégie étaient de rigueur dans les opus antérieurs, mais sincèrement le rythme est soutenu, l’histoire est passionnante, les cut-scenes animées sont dingues, le côté épique des rixes est bien présent et les jeunes femmes sont absolument grisantes à découvrir et à draguer. Que demander de plus? Un doublage de tous les dialogues peut-être? Plus de coups durant les phases en Mugen? Des micro-loadings moins présent dans le théâtre? Oui, sûrement… Mais en l’occurrence ce Sakura Wars nous livre une brillante prestation qui vous scotchera sans doute à votre pad si vous adhérez au fait que vous allez plonger dans un titre où le visual novel 3D/dating sim est le pilier central. Nous, on a adoré notre voyage en compagnie de la Brigade des Fleurs, et on vous conseille chaudement de vous laisser tenter!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!