Review

Après quasiment sept longues années de développement, The Legend of Zelda: Breath of the Wild est arrivé dans les mains fébriles des nombreux fans de la saga! Et quoi de mieux pour un lancement digne de ce nom que de faire du soft le porte-étendard de la toute nouvelle console de Nintendo, la Switch? C’est donc cette dernière version que nous avons choisi de tester histoire de profiter au mieux du total revirement opéré par le géant nippon pour sa licence. Exit linéarité et aides en tous genres, place à un Open World Sandbox GIGANTESQUE où, après avoir été lâché sans aucun repère, vous allez vivre VOTRE aventure épique, totalement libre de vos choix, si tant est que ces vastes possibilités qui s’offrent à vous ne vous donnent pas… le tournis!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 17/20

La direction artistique déplaira forcément aux adeptes du Link réaliste demandé à corps et à cris depuis des années, mais on ne peut nier qu’elle s’avère vraiment superbe dans son genre, masquant habilement une technique que l’on sent un peu faiblarde sans ces trucages visuels et ces filtres graphiques. On déplore également la résolution en 900p seulement sur l’écran de télé, générant un aliasing déplaisant, de même que le manque de puissance de la Switch qui nous « offre » des chutes de framerate vraiment incompréhensibles pour un tel jeu « vitrine » de la console. Par contre, en mode portable, le titre prend vraiment toute son ampleur et nous livre un monde d’une saisissante beauté que l’on n’aura de cesse d’explorer des yeux juste pour le plaisir.

Gameplay/Scénario: 18/20

Le scénario est plus épique que les précédents volets, mais plus sombre aussi, nous présentant certains des personnages les plus réussis de la saga, à commencer par une princesse Zelda terriblement touchante et un Link un peu moins lisse que d’habitude. La maniabilité, quant à elle, se veut bien plus complexe qu’auparavant et les Joy-Con moins bien adaptés que prévus même si, avec de la pratique, on parvient à maîtriser le tout. Niveau gameplay, vous prenez les derniers épisodes de la licence, vous les inversez complètement et vous obtenez Breath of the Wild! Exit la linéarité et les mécaniques de jeu bien huilées à base de donjons et trésors servant à atteindre le boss. Ici, Nintendo vous donne tous les pouvoirs en mains dès le départ, vous explique à peine deux-trois éléments de jeu et puis… DEMERDEZ-VOUS! Les premières heures seront donc très pénibles pour les gamers qui aiment qu’on leur tienne leur main, et les morts nombreuses et parfois frustrantes, mais une fois que l’on a persévéré et fait sienne la logique de ce titanesque Hyrule, c’est du plaisir à l’état pur et un océan de possibilités qui s’offrent à vous. Déconcertant au départ, chronophage et jouissif au fur et à mesure de votre progression avant de devenir inoubliable à la fin, voilà comment définir au mieux ce nouveau Zelda.

Bande-Son: 18/20

Compositions orchestrales enivrantes et bruitages environnementaux incroyables de réalisme vont vous immerger comme jamais parmi les éléments déchaînés de ce nouvel Hyrule et ses contrées de lave, ses grottes ténébreuses et ses montagnes glaciales qui contrastent à merveille avec le calme bucolique des plaines et des lacs. De plus, les dialogues les plus importants sont intégralement doublés en français. Un plus appréciable même si on vous recommandera la version anglaise ou mieux, japonaise, clairement plus inspirée!

Durée de vie: 20/20

Si vous avez l’esprit d’exploration, sachez qu’il y a aura toujours quelque chose à découvrir autour de vous dans ce Zelda, et ce où que vous vous trouviez sur la gigantesque map. Dans cette optique, sachez qu’à 60h, vous ne serez encore nulle part, mais vous aurez pris un pied incroyable. Par contre, si vous êtes du genre à rusher comme un fou vers le boss de fin, vous pourrez voir les crédits en moins d’une heure trente… mais vous avez intérêt à jouer comme un dieu!

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Ce nouveau Zelda pourrait carrément faire office de reboot complet pour la saga tant il prend à contre-pied nombre des règles canoniques établies depuis le mythique Ocarina of Time. En optant pour un monde ouvert titanesque bardé de mécaniques de jeu aussi inventives que diaboliques, le titre n’est clairement pas « gamer friendly » dans ses premières heures et pourrait rebuter les joueurs trop habitués à la linéarité des derniers volets. Par contre ceux qui, comme moi, ont grandi avec le Zelda originel sur NES retrouveront cette sensation grisante plutôt indescriptible lorsque l’on découvre un nouveau monde pour la toute première fois, et que l’on reste ébahi et en même temps un peu effrayé par toutes les possibilités offertes. Ajoutez à cela une direction artistique maîtrisée qui masque habilement les carences techniques du soft, et vous comprendrez que Breath of the Wild est un Must Have pour qui possède une Wii U ou une Switch, de même qu’il pose de solides bases sur tout ce que les futurs Zelda vont devenir à présent: des odes à l’aventure… VOTRE aventure!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!