Review

Gunfire Games vous dit quelque chose ? Studio américain sorti des décombres de la chute de THQ, l’équipe garante de Darksiders III revient sur le devant de la scène vidéoludique avec un nouveau titre tout feu tout flamme, j’ai nommé Remnant: From the Ashes. N’allez pas croire que vous allez vous lancer dans un soft à l’action légère, à tendance hack’n’slash! Non, ici on prend l’ambiance mort à gogo des Soul-like et on bombarde les joueurs dans une épopée où la coopération pourra littéralement… vous sauver les fesses ! 

Chéri, ça va piquer !

« Trois classes de héros pour un Souls-Like très convaincant, surtout en coop »

Avant de plonger dans la tourmente du monde post-apo de Remnant, notre aventure commence par la création de notre personnage ! Trois classes nous sont proposées, que l’on pourrait résumer par la sainte trinité avec l’ex-cultiste dans le rôle du healer, le baroudeur qui incarne la brute encaissant à fond les dégâts et enfin le chasseur… qui porte bien son nom puisqu’il fait office ici de dps. Pile-poil ce qu’il fallait afin de pouvoir offrir des équipes équilibrées et complémentaires, car il va falloir jouer les uns avec les autres pour venir à bout de boss récalcitrants! En effet, si Remnant donne une impression de jeu d’action/shooter en vue à la troisième personne, la présence de pierres de voyages va très vite vous rappeler les fameux feux de camps de Dark Souls, tout comme ce monde où la mort peut être très fréquente certes, mais pas des plus punitives, rassurez-vous.

Au niveau du scénario, quelqu’un a décidé d’ouvrir un genre de boîte de Pandore, à moins qu’il n’ait cédé aux expériences douteuses à la Stranger Things ! En effet, le monde dans lequel évolue nos derniers survivants est désormais plongé dans le chaos le plus total. Un mal nouveau appelé la « Racine » ronge ce qu’il reste de l’Humanité. Fort heureusement, la technologie actuelle permet d’ouvrir des portails vers d’autres mondes ou des réalités alternatives, ce qui devrait permettre à nos guerriers de l’apocalypse de trouver des ressources pour défoncer du monstre et retracer l’histoire qui a mené le monde à sa perte dans un seul but: trouver des indices pour reprendre le dessus! Prêt à tenter de sauver ce qu’il reste d’une Terre où règne la désolation ?

Ready, armed, go !

« Un gameplay simple d’accès et moins punitif que de coutume »

Les portails amènent notre personnage dans un monde généré aléatoirement avec son lot de quêtes et ses environnements propres. Bref les séances de bash se suivent mais ne ressemblent pas ! Cependant le jeu se découpe en deux phases: une première « classique » où les gunfights sont légions et sanglants, où l’on se fait la main « presque » tranquillement et où l’on va chercher à engranger du matériel, des pièces de récup… en gros tout ce qu’il faudra pour passer à la fameuse deuxième phases qui est… tuer du Boss ! Du gros vilain méchant pas beau qui fait mal, oui ma p’tite dame! Il va falloir très vite comprendre les différents patterns afin d’en venir à bout sans trop grincer des dents, et lorsque l’on joue en groupe il sera nécessaire de savoir maîtriser sa classe afin de tenir son rôle à merveille pour que tout se passe sans trop d’encombres !

De fait, si l’aventure en full solo est possible étant donné que les monstres sont générés selon le nombre de joueurs, il serait dommage de passer à côté du multijoueurs de Remnant ! La mort y devient moins définitive puisque l’on pourra réanimer un allié tombé au combat grâce au cœur draconique, qu’il faudra cependant utiliser avec parcimonie puisqu’il n’est activable que trois fois par point de passage ! Le titre laisse donc le droit à l’erreur tout en restant exigeant, avec de bons choix pour de bonnes mécaniques de jeu. On notera juste que le Service 13, sorte de lieu sécuritaire où l’on peut retrouver d’autres joueurs et faire le plein d’armes et d’armures, souffre d’un temps de chargement d’accès carrément longuet. Il est dommage de ne pas avoir proposé un genre de menu, pourquoi pas uniquement accessible via les pierres de voyage, mais qui aurait permis de ne pas casser la dynamique de jeu dans laquelle on est parfois plongé depuis un moment.

C’est beau, c’est bio, c’est crado !

« Des combats de boss dantesques »

Esthétiquement parlant, on reconnait la patte artistique du studio Gunfire Games. C’est carrément plaisant à l’œil, on apprécie le design du bestiaire, ainsi que de le background de Remnant. Quatre univers environnementaux sont aussi implantés ingame : un village déserté, des marais qu’une certaine créature de l’âge d’or hollywoodien aurait adoré investir, une jolie jungle façon Predator ou encore d’angoissants couloirs de métro. La promenade est visuellement trippante, les décors changeant au fil de notre progression pour ne jamais lasser. De plus, le level design est pensé de façon intelligente et le système procédural fait que l’on peut reparcourir les mêmes mondes sans avoir une impression de déjà vu trop dominante.

Un gros plus aussi pour l’IA du soft qui adapte la progression de notre personnage sur notre façon de jouer. En plus des aptitudes classiques à augmenter telle que l’endurance, notre réserve vitale, j’en passe et des meilleurs, et bien le titre proposera à un joueur qui, par exemple, enchaîne les coups critiques, d’augmenter les dommages de ces derniers. On aurait pu trouver le studio un poil prétentieux avec l’annonce de cette fameuse IA, mais au final ça fonctionne carrément et on espère voir ce système se développer afin d’atteindre des niveaux de personnalisations qui correspondent réellement à notre façon de pratiquer le jeu.

Don’t they know it’s the end of the world…

Remnant : From the Ashes parvient à trouver son identité propre dans le monde des Souls like. Nettement moins punitif que ces illustres modèles, il se veut également plus accessible sans toutefois perdre en exigence. Il faut se familiariser avec l’idée de mourir…souvent… De fait, bien que le soft soit intégralement praticable en solitaire, il serait dommage de se passer du côté coopération réellement soigné et qui apporte une dimension stratégique toute nouvelle dans le domaine. Une bien belle réussite pour Gunfire Games qui n’a pas eu peur de lancer un soft s’inscrivant dans une lignée de jeux ayant déjà un public hardcore. Remnant ravira les fanas, tout en étant carrément moins punitif, ce qui devrait permettre à des joueurs curieux de se lancer dans l’aventure sans être aussi frustré que de coutume. Un sacré pour une aventure pleine de défis !

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

En plus de ses environnements intelligemment pensés et charmants à l’œil, Remant est fluide, speed mais hélas pas dénué de bugs. Rien qui ne nuise réellement l’expérience en jeu, mais des soucis de collision qui peuvent montrer le bout de leur nez, de même que quelques légers lags. De plus, le souci de lenteur de chargement pour arriver au Service 13 peut se révéler un poil rageant. Espérons que les devs reviendront sur ces minis-soucis à grands renforts de patches.

Gameplay/Scénario: 15/20

Si le scénario n’est pas transcendant il n’en reste pas moins sympathique et agréable. Le soft ne prend pas les joueurs par la main, du coup le début peut se montrer hasardeux, voire agaçant tant les explications sont absentes lors de notre première visite au Service 13. Ensuite, les mécaniques de jeu s’avèrent faciles à prendre en main, mais le soft reste exigeant et ardu sur le long terme! L’IA apporte, de son côté, une personnalisation de notre héros véritablement calibrée sur notre façon de jouer, ce qui rend l’expérience toujours plus agréable.

Bande-Son: 15/20

De bon ton, la bande-son du soft nous immerge un peu plus dans l’univers créé par Gunfire. Voxo plutôt convaincante, bruitages toujours calés à merveille et renforçant l’immersion. On regrette seulement que l’ambiance musicale ne soit pas plus présente et marquée.

Durée de vie: 15/20

Tout dépendra de votre façon de jouer mais il faut compter en moyenne une bonne vingtaine d’heure pour venir à bout du titre une première fois. Bien entendu, comme tout soft du genre qui se respecte, l’intérêt vient dans les runs suivants, en montant progressivement la difficulté bien entendu. Un très bon rapport qualité/durée/ prix pour les joueurs conscients de l’endroit où ils mettent les pieds !!!

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Remnant : From the Ashes nous montre tout le savoir faire de Gunfire Games! De la qualité dans tous les recoins malgré quelques soucis mineurs, une atmosphère qui parvient à se poser très rapidement et un gameplay qui sait se rendre accessible sans perdre en difficulté de jeu ni en epicness face aux bosses. Tout en s’imprégnant des mécaniques des Souls-Like où la survie se joue à l’observation, la compréhension et la maîtrise de votre personnage, le soft parvient à forger sa propre identité avec une intelligence artificielle que l’on aimerait croiser plus souvent ! Remnant est donc un soft complet qui ravira les joueurs conscients de l’aventure dans laquelle ils se lancent, mais arrive néanmoins à s’ouvrir à un public plus large que ses illustres modèles en étant moins punitif. Une belle réussite qui garantit des dizaines et des dizaines d’heures de jeu, à faire de préférence entre potes !



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !