Review

Un monde mystérieux, au lourd passé, ne demande qu’à être découvert dans Lost Ember! Le premier jeu de Mooneye Studios nous ouvre ses portes aux joueurs fans de jeux indépendants où l’exploration et la contemplation sont des piliers. En cette fin d’année, quoi de mieux qu’une plongée dans des environnements pleins de couleurs afin de se réchauffer derrière notre manette ou notre clavier ? Alors sortez les chocolats chauds et les plaids, le temps que Tatie Lady vous conte le test de Lost Ember !

Une promenade onirique !

« Dans la peau d’une louve, vous devrez aider votre guide spirituel »

Mooneye Studio, tout petit studio allemand indépendant, nous propose avec Lost Ember sa toute première aventure. Les bases sont posées dès les premières minutes du soft : nous sommes dans un monde où les croyances régissent la vie, entre rites de passage ou encore mortuaires. Vous y incarnez une louve pas comme les autres, animée par un esprit ancien qui n’a pas eu accès à la Cité des Lumières. Vous vous trouverez très vite un compagnon d’infortune, un guide spirituel coincé sur ces terres mystérieuses. Vous allez ainsi rapidement comprendre que pour lui permettre d’avancer et sortir de ces zones cloisonnées dans lesquelles il est emprisonné, votre louve va devoir retrouver la mémoire qui l’a quittée il y a maintenant longtemps.

Ces zones fermées sont matérialisées par un voile rouge que vous pouvez traverser mais pas votre compagnon. Afin de briser ce voile, il faut progresser dans le monde pour trouver des fumées de feu de camp qui raviveront vos souvenirs enfouis. Pour y accéder, il va parfois falloir trouver un moyen pour progresser dans des paysages non propices à votre espèce animale ! Pas de souci puisque votre personnage peut faire passer son esprit… dans d’autres animaux ! Poule d’eau, wombat, colibri, poisson… autant de créatures différentes qui offrent de nouvelles façons d’explorer le monde ! Car en plus du scénario que l’on prend plaisir à découvrir, l’environnement est peuplé d’artefacts et de champignons à collectionner.

Découvrir le monde pour se découvrir.

« A vous de retrouver vos souvenirs pour avancer »

Ce qui est saisissant dès le départ dans Lost Ember, c’est son environnement dépaysant, rempli de couleurs et de lumières ! Le monde se veut ouvert afin que l’on puisse le parcourir à notre guise, tout en possédant des chemins bien définis si le joueur souhaite emprunter la voie voulue par les développeurs pour progresser dans l’aventure. Malheureusement, certains couacs apparaissent lors de notre exploration: bugs de textures ou de collisions, il arrive même parfois que l’on soit visiblement trop sorti des sentiers battus et que l’on se retrouve à ne plus pouvoir revenir sur notre route, condamné à errer sans but.

Les mouvements sont plutôt bien matérialisés, la promenade visuelle est agréable et l’ambiance posée par les ruines que l’on traverse ainsi que nos souvenirs ravivés prend de la gravité au fil de notre épopée. L’univers sonore participe à cette immersion, à cette dramaturgie grandissante, mais se montre parfois un peu trop discrète.

« Un titre enivrant de poésie graphique, malgré les bugs! »

Le tout est amplifiée de temps à autre par la grandeur des décors et une notion de vide qui peut perdre le joueur. Le titre est donc rempli de bonnes intentions et de bonnes idées, mais semble se perdre quelques fois dans cette immensité tantôt maîtrisée, tantôt buggée.

A la recherche de la braise perdue !

Lost Ember est une magnifique balade graphique à la narration certes discrète mais toujours émotionnellement lourde de sens. Mooneye Studio marque son entrée sur la scène vidéoludique avec brio, en nous proposant une petite pépite onirique charmante et dans laquelle on se plonge avec plaisir, bien souvent avec le sourire. On regrettera seulement les quelques bugs qui viennent se mettre en travers de notre chemin, preuve que le petit studio a peut-être eu les yeux plus gros que le ventre. Mais rien qui ne doive détourner votre regard de ce Lost Ember poétique à souhait.

La Bande-Annonce

Réalisation: 16/20

Lost Ember aurait pu atteindre la perfection s’il ne s’était pas aventuré dans un monde un peu trop ambitieux en termes de superficie, qui entraîne dans son sillage bugs de collision et petits lags. Heureusement, les environnements sont de toute beauté et on aime s’y promener pendant de longs moments afin de profiter de ses ambiances lumineuses, de ses palettes de couleurs tantôt froides tantôt chaudes. Une direction artistique de haute volée qui envoie clairement du lourd!

Gameplay/Scénario: 16/20

On devine dès nos premiers instants dans Lost Ember que le scénario risque de jouer avec nos émotions. De fait, bien que certains traits scénaristiques se laissent deviner assez rapidement, on aime apprendre de cette culture perdue, de ses personnages disparus il y a déjà longtemps mais qui nous semble si proches. Le gameplay, de son côté, se prend très rapidement en main et le principe de pouvoir changer d’animal est une mécanique intéressante qui permet pas mal de diversification.

Bande-Son: 15/20

Parfois légère, parfois teintée de gravité, l’ambiance musicale du titre se pose toujours à merveille sur les événements qui peuplent notre périple. On regrette cependant sa trop grande discrétion par moment, qui nous laisse une impression de vide.

Durée de vie: 15/20

Tout dépendra du joueur, de son envie d’explorer le monde, de trouver artéfacts et champignons, de se perdre dans l’environnement du soft… ou de tracer la route scénaristique à la vitesse de la lumière! On peut facilement compter une voire deux dizaines d’heures. Qualité et quantité pour un prix raisonnable, que demande le peuple ?

Note Globale N-Gamz.com: 15,5/20

Lost Ember est un petit jeu qui a tout du grand ! Bien que le soft n’en demeure par moins perfectible, il nous propose déjà un contenu de qualité, à la narration douce mais tragique, aux ambiances oniriques et saisissantes. Une vraie petite surprise qui invite le joueur à des cessions de détente et d’exploration, pour notre plus grand plaisir, surtout en ces journées qui rallongent.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !