Review

Lancée en 2013 sur PlayStation 3 et PS Vita au Japon, la saga Trails of Cold Steel fait partie de la licence The Legend of Heroes de Nihon Falcom, vieille de plus de 31 ans quand même ! Alors forcément, quand aujourd’hui sort une conclusion sous le nom de Trails of Cold Steel IV sur PlayStation 4, on est aux aguets et on se demande si les développeurs vont réussir à autant nous hyper que durant les incroyables cliffhangers scénaristiques du 3ème volet sorti l’année dernière. Mission réussie ?

Il faut sauver le soldat… Rean !

« Ayant sombré à son pouvoir obscur, Rean est en mauvaise posture ! »

Héros des deux premiers volets de Trails of Cold Steel avant de devenir instructeur des nouveaux protagonistes présentés dans le troisième opus, Rean Schwarzer est en bien mauvaise posture puisqu’il s’est laissé envahir par le pouvoir obscur caché en lui et surtout… qu’il a été capturé par Osborne ! Résultat des courses : ce sont ses anciens élèves de la classe VII qui vont partir à sa recherche car lui seul est à même de sauver l’empire d’Erebonia, du moins s’il retrouve la raison !

C’est donc durant une bonne première moitié du soft que vous allez parcourir, à la recherche d’indices, les villes déjà traversées dans les précédents titres de cette quadrilogie, recrutant au passage plus d’une vingtaine de personnages issus de la saga, et rencontrant des dizaines de têtes connues dans un pur fan service totalement assumé. Au menu: donjons, combats de boss plutôt retors, ambiance un peu grivoise et surtout énormément de blabla car oui, à force de vouloir aborder tous les protagonistes que l’on connaît depuis 7 ans histoire de ne froisser personne, Nihon Falcom enchaîne les longueurs scénaristiques et les redites… et vu que le jeu est tout sauf un bon point d’entrée dans la licence et qu’en plus l’éditeur NIS a laissé tomber la traduction française, autant dire qu’il va falloir s’accrocher par moments pour ne pas sombrer dans le flot des discussions.

Un gameplay inchangé… mais toujours aussi bon

« Un fan service omniprésent et des dizaines de persos mythiques ! »

Si vous connaissez le système de combat de Trails of Cold Steel III et de la franchise en général, vous allez vous sentir en terrain totalement conquis avec Cold Steel IV. On retrouve donc les affrontements au tour par tour avec possibilité de se déplacer sur l’aire de jeu, les attaques de zone, la customisation de vos magies façon matéria de Final Fantasy VII et les S-Break pour ruiner les véhémences adverses. Ajoutez à cela la possibilité de linker des personnages pour leur donner la capacité de s’aider automatiquement et vous comprendrez que les rixes sont plutôt techniques, et que le grinding s’avère même plaisant puisque l’on peut booster la vitesse de défilement du temps.

Mais Trails of Cold Steel IV n’en oublie pas pour autant les combats de mecha qui ont fait sa réputation, et là on doit bien avouer que le tout manque un peu du punch du 3ème volet, même si on saluera l’approche plus stratégique. Enfin, citons une myriade de quêtes annexes et d’activités en tous genre telles que la pêche ou un jeu de carte assez chronophage. Bref, il y aura de quoi faire durant la soixantaine d’heures que vous demandera le soft pour vous offrir une conclusion certes réussie, mais au travers d’un récit bien moins inoubliable que l’incroyable Cold Steel III hélas.

PS3, sort de ce corps !

« Visuellement, le jeu est resté bloqué à la Old Gen »

La licence Cold Steel n’a jamais brillé par sa beauté graphique sur PlayStation 4, et si le moteur de jeu faisait son petit effet pour les deux premiers volets sur PS3 et Vita, Nihon Falcom n’a pas su le faire évoluer suffisamment pour proposer quelque chose de convaincant sur Current Gen. Du coup, on a affaire à des décors et des effets qui auraient largement pu tourner sur l’ancienne machine de Sony, et seul le chara design sauve les meubles, surtout pour une PS4 qui est quand même en fin de génération.

Niveau musical par contre, on retrouve des mélodies emblématiques et une OST très réussie, accompagnées de doublages anglais ou japonais de bon calibre. Il n’y a que les bruitages qui se montrent un peu old gen.

Une fin digne de ce nom ?

Si on regrettera un récit trop dilué par le fan service et un moteur 3D daté, Trails of Cold Steel IV n’en demeure pas moins une conclusion satisfaisante pour cette saga qui nous fait rêver depuis quatre épisodes déjà. Alors oui, on aurait espéré que cet ultime volet nous enivre encore plus que Cold Steel III, ce qui n’est pas le cas, mais ne boudons pas notre plaisir pour autant et sachons reconnaître un bon J-RPG que les férus de la licence parviendront à pleinement appréhender et apprécier à sa juste valeur.

La Bande-Annonce

Réalisation: 10/20

Si on pouvait pardonner une réalisation un peu old gen sur le 3ème volet que nous avions testé sur Nintendo Switch, on ne peut pas valider cela sur PlayStation 4, d’où la note. Alors oui, les décors sont variés, les combats dynamiques et le chara design très réussi, mais les textures autant que les animations semblent dater l’ère PlayStation 3, sans parler de cut-scene statiques à souhait.

Gameplay/Scénario: 14,5/20

Moins sombre et bouleversant que Cold Steel III, le scénario de Cold Steel IV est un peu piégé par sa volonté de passer en revue tous les persos rencontrés auparavant pour plaire au fan, ce qui dilue son récit dans une avalanche de blabla durant la première moitié du soft. Heureusement que par la suite tout s’emballe, mais il faudra impérativement connaître les titres précédents pour réellement apprécier cet ultime opus. Niveau gameplay, on retrouve le très bon système de combat du numéro 3 pour notre plus grand plaisir !

Bande-Son: 17/20

Si les musiques sont au top et que les doublages anglais et japonais s’avèrent convaincants, on regrette que les bruitages soient un peu old gen mais surtout… que NIS ait abandonné la traduction française qu’il avait pourtant mise en place au troisième volet. English only donc !

Durée de vie: 16/20

Comptez une soixantaine d’heures pour boucler l’aventure et arriver à la conclusion de cette quadrilogie. Un bon constat, d’autant qu’il y a pas mal d’activité annexes pour le coup, même si on regrette de grosses longueurs et une structure un peu trop répétitive dans la première moitié de l’aventure.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Non, Trails of Cold Steel IV ne pourra pas nous faire oublier un troisième volet scénaristiquement culte et souffre de lourdeurs dans son récit à cause de la propension des développeurs a vouloir assurer un fan service constant afin de ne pas froisser le gamer qui a bouclé les trois précédents volets. Ce ne sera pas non plus le jeu qui fera entrer la licence dans l’ère du renouveau graphique, utilisant un moteur 3D qui semble être resté bloqué à l’ère de la PlayStation 3. Mais pour tout le reste, le bébé de Nihon Falcom fait le job et nous livre une conclusion satisfaisante, une bande-son épique à souhait, un système de combat toujours aussi jouissif et une galerie de personnages à laquelle on ne peut qu’être attaché depuis le temps qu’on voyage avec eux. Une digne fin pour cette quadrilogie qui nous aura fait vibrer depuis toutes ces années !



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!