Review

Godfall est un looter/slasher développé par Counterplay Games et édité par Gearbox sur PC et PS5 (en version boîte chez Just for Games!). Exclu du lancement de la console Next-Gen de Sony, le soft a la lourde tâche de nous montrer de quoi la machine est capable mais aussi de créer une nouvelle franchise mixant allègrement Destiny et Diablo, rien que ça ! En résulte un jeu pouvant se parcourir aussi bien en solo qu’en multi à trois online, faisant la part belle aux combats à l’arme blanche et doté d’un univers d’une « luminance » rare, véritable feu d’artifice visuel qui nous avait aguichés dès les premières images. Incarnant le fier guerrier Orion, dont le frère Macros a pris le contrôle du Royaume d’Apérion par la force pour tenter de devenir un dieu, vous allez devoir affronter votre propre chair, votre propre sang, pour empêcher la folie de Marcos de faire encore plus de dégâts. Pour ce faire, il vous faudra retrouver vos forces en éliminant l’un après l’autre les vils lieutenants de votre frangin au travers de trois vastes zones qui vont mettre à rude épreuve vos talents de combattant ! Une exclu qui a, selon moi, été largement sous-cotée à sa sortie, et je vous explique pourquoi dans mon vidéo-test !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Pourquoi un simple 15/20 alors que Godfall nous a éblouis durant toute notre aventure par la beauté de ses environnement, sa foule de détails graphiques, le look ultra badass de ses armures ou encore son architecture gothique à souhait et la luminescence incroyable de son univers ? Et bien tout simplement car on dénoté quelques soucis de caméra et que si le mode Performance est au top niveau fluidité, les développeurs ont cru bons d’ajouter un mode « Fidélité » qui vise la 4K mais… fait ramer le jeu à mort ! Cela le rend plutôt injouable et on se demande au final pourquoi avoir fait miroiter une résolution native de ce calibre pour proposer un framerate souffreteux de la sorte. Bref, le jeu est inattaquable en mode fps, mais évitez vraiment le mode qui privilégie la 4K !

Gameplay/Scénario: 15,5/20

L’histoire de Godfall est celle d’un combat fratricide pour la dominance du monde d’Apérion, et de l’accès au statut de dieu quel qu’en soit le prix. Le tout est raconté par le biais de superbes cinématiques mais il est clair que l’univers aurait mérité d’être plus riche en infos narrées de la sorte, ce qui a pu en frustrer certains. Pourtant, si vous faites l’effort de récupérer les documents disséminés dans les divers niveaux du soft, vous en aurez pour votre argent en termes de background, croyez-nous ! Niveau gameplay, on retrouve la répétitivité inhérente au genre des jeux services et les soucis éventuels d’une connexion permanente obligatoire, capable de vous déconnecter en pleine partie si les serveurs rencontrent un souci, mais le jeu sauvegarde ultra régulièrement histoire que vous ne perdiez pas votre loot. Petit bémol pour l’absence de mini-map aussi. Pour le reste, le système de customisation des Valorplates ne cesse de se densifier avec le temps et les combats sont d’un dynamisme rare grâce à une pléthore de coups, d’armes et d’esquives qui donnent un côté ultra survolté à l’ensemble ! On adore !

Bande-Son: 16/20

Les musiques sont épiques en diable et nous immergent, avec les bruitages environnementaux, sans aucun problème dans le monde si original et « brillant » de Godfall. Par contre, on aurait adoré avoir un doublage français même si on apprécie le fait que le comédien qui double votre héros devienne… une comédienne quand vous choisissez une Valorplate féminine !

Durée de vie: 14,5/20

Un peu plus de vingt heures seront nécessaires pour boucler Godfall comme il faut, avec bien entendu un fun décuplé si vous jouez à plusieurs. Un bon constat au demeurant, mais qui s’avère forcément court pour un jeu service étant donné que le contenu endgame ne consiste qu’en une tour façon Rogue-like, et qu’on aurait vraiment apprécié avec les quatre royaumes élémentaires dans le soft au lieu des trois proposés.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Qu’on se le dise, si Godfall a hérité de notes basses et parfois totalement injustifiées, c’est assurément car les personnes qui l’ont testé n’ont pas vraiment joué au soft ou sont restées scotchées sur Demon’s Souls Remake, pressé qu’elles étaient de sortir leurs articles ou leurs vidéos avant tout le monde dans la frénésie du lancement de la Next-Gen, sans laisser la moindre chance au bébé de Counterplay Games de leur dévoiler les subtilités de son gameplay et de ses mondes au fil des heures. Car au final, Godfall coche toutes les cases du bon looter/slasher, avec un univers envoûtant qui, s’il n’est pas assez raconté au travers de cut-scenes, n’en reste pas moins largement approfondi dans les notes cachées à découvrir dans les niveaux (encore fallait-il les chercher). De plus, si on pourra se demander l’intérêt de joindre un mode qui privilégie la résolution mais fait ramer la console alors que le mode Performance fait largement le job en termes de détails et de fluidité, on ne peut qu’être envoûtés devant les visuels lumineux et chatoyants de ce soft qui flatte souvent la rétine. Ajoutez à cela un système de combat loin d’être brouillon, n’en déplaise aux détracteurs qui n’ont sans doute pratiqué le titre que deux à trois heures, et une customisation poussée de votre avatar à grands renforts de Valorplates, d’armes toutes différentes à manier, de statistiques à faire évoluer au fil de votre équipement ou via votre forge et vos amplifications, et vous comprendrez que Godfall est riche, nerveux à jouer et jouissif à explorer, et ce malgré le côté répétitif inhérent au genre, l’obligation d’être connecté en permanence et le fait que l’aventure soit un peu trop courte à notre goût, avec un contenu endgame un peu rébarbatif consistant en une tour façon Rogue-Like. Bref, ne boudez clairement pas Godfall, il ne le mérite pas, que du contraire et offre à la Next-Gen un titre au fort potentiel, dont on espère qu’il sera peaufiné avec le temps par les petits gars de Counterplay pour faire de ce diamant brut un vrai joyau !



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!