Review

Qui a dit que la royauté était synonyme de grâce et d’élégance? Certainement pas les petits gars de Fun Bits qui ont décidé de donner une suite à l’un des tous meilleurs jeux multi compétitifs de la PlayStation 3 : Fat Princess ! Nos princesses toutes en rondeur sont donc de retour chez Sony, mais dans un genre totalement différent cette fois puisqu’il s’agit d’un Hack & Slash survolté, jouable à quatre aussi bien online qu’en local. Aiguisez vos pads, ça va trancher (une part de cake) dans la joie et la bonne humeur!

Un petit morceau de gâteau pour la route?

La Reine Amère a kidnappé vos princesses, faites couler le sang (et mangez des gâteaux) pour les récupérer!

La Reine Amère a kidnappé vos princesses, faites couler le sang (et mangez des gâteaux) pour les récupérer!

Édité par un grand nom du jeu vidéo, Sony Santa Monica, Fat Princess Adventures est développé par Fun Bits, un studio fondé en 2010 par des anciens de Titans Studios, déjà responsables du premier Fat Princess. Depuis sa création, Fun Bits a œuvré à divers DLC et a surtout réalisé l’excellent Escape Plan sur PS Vita. C’est donc tout naturellement qu’ils ont souhaité travailler sur ce Fat Princess Adventures. Mais alors qu’on s’attendait tous à un titre compétitif à plusieurs, dans lequel il aurait fallu libérer sa princesse prisonnière d’une équipe adverse n’ayant de cesse de la gaver pour compliquer votre fuite, on se retrouve cette fois avec un Hack & Slash bien bourrin et aux mécaniques rapides à prendre en main pour un fun immédiat. Autrement dit : un type de jeu que j’apprécie tout particulièrement !

Dans le royaume de Fat Princess, alors que les éternels clans Rouges et Bleus se mettaient sur la tronche, ils n’ont pas aperçu la menace constituée par la Reine Amère et ses hordes de Goblins, Squelettes et Créatures de Sel. Allergique à toute sucrerie, cette dernière a en effet décider d’enlever toutes les princesses et d’envahir vos terres. Une seule solution : prendre les armes pour sauver les demoiselles en détresse et récupérer la recette du gâteau magique !

Quatre héros… pour un gâteau !

A quatre en local, le fun est immédiat, mais le boxon également

A quatre en local, le fun est immédiat, mais le boxon également

Dans Fat Princess Adventures, vous pouvez incarner au choix un guerrier, un archer, un mage ou un ingénieur, aux caractéristiques diverses et variées. Ainsi, le premier est un adepte du corps à corps et dispose d’une épée, d’un bouclier et d’un bon équilibrage agilité-force-défense. Le second, quant à lui, est plus rapide et peut attaquer à distance grâce à un arc dévastateur, mais également se défendre de près avec sa dague. Le jeteur de sort, pour sa part, utilise des magies élémentaires comme des boules de feu ou des attaques de zones tandis que l’ingénieur est adepte du bourrinage au maillet et des explosifs de toutes sortes. Ces quatre protagonistes sont accessibles dès le début du jeu et vous pourrez « switcher » de classe à l’envie durant l’aventure pour peu que vous vous trouviez sur l’autel adéquat.

Le soft se présente donc comme un Hack & Slash pure souche, vu de ¾ haut, dans lequel le loot aura son importance puisque vous aurez accès à une large panoplie d’armes et d’armures de toutes sortes pouvant être améliorées au fur et à mesure de votre progression via de l’or que vous récupérerez en cassant des tonneaux, en recueillant des objets sur les cadavre de monstre, en ramassant un second exemplaire d’un équipement que vous possédez déjà ou encore en réalisant les quelques quêtes secondaire que comporte ce Fat Princess. A noter que le titre ne vous prendra clairement pas la tête avec des inventaires illisibles et des stats dans tous les sens. Fun Bits a vraiment voulu simplifier tout l’aspect RPG au maximum, pour une profondeur de jeu moindre, certes, mais un plaisir immédiat.

Pendant vos pérégrinations, jusqu’à 4 joueurs pourront partager le même écran que vous, ce qui vous promet un joyeux foutoir (un écran splitté par héros aurait peut-être été plus lisible), ou vous rejoindre en ligne sans aucun lag. Gros point positif : l’entrée et la sortie des gamers dans votre partie ne gênent en rien l’avancée des autres héros, qui continuent leur cheminement sereinement.

C’est l’heure des trophées

Quatre classes de personnages très différentes, mais un côté RPG un peu au rabais

Quatre classes de personnages très différentes, mais un côté RPG un peu au rabais

Dans Fat Princess Adventures, vous aurez à parcourir 6 environnements différents dans lesquelles vous rencontrerez moult monstres et boss retors. Durant votre ascension vers le repaire de la Reine Amère, vous aurez accès à des gâteaux ou des pastèques qui officieront comme trousse de soins, mais attention à ne pas trop en manger sinon vous deviendrez « fat » (énorme) et bien que vous puissiez alors faire valdinguer aisément les ennemis alentours, votre vitesse de déplacement en prendra un fameux coup ! Signalons également que vous pourrez utiliser des bombes pour faire plus de dégâts mais aussi des potions aux effets plutôt rigolos. Ainsi, certaines gèleront momentanément les ennemis (…ou vos alliés, visez bien !) tandis que d’autres transformeront carrément en poulet quiconque en sera aspergé.

Niveau durée de vie, la mission principale vous prendra une huitaine d’heures pour être bouclée et pourra être rejouée en version plus difficile et en « indigestion ». Ces modes vous opposeront beaucoup plus de résistance si vous n’améliorez pas rapidement vos armes, lesquelles sont upgradables sur 10 niveaux, tout comme vos armures. Cinq de ces niveaux sont atteignables avec de l’or tandis que les cinq suivants ne pourront l’être qu’en utilisant des pierres que vous ne gagnerez que sur les boss en mode difficile ou en Grindhouse.

Le Grindhouse est vraiment plaisant à jouer et prolonge sensiblement la durée de vie

Le Grindhouse est vraiment plaisant à jouer et prolonge sensiblement la durée de vie

Ce dernier vous permet d’ailleurs de rejouer un chapitre de votre choix jusqu’à la fin, avec deux sortes de défis : classe et opposition. Les premiers vous demandent, par exemple, de changer de classes toutes les 60 secondes ou de n’utiliser qu’une seule classe pour tous les joueurs tandis que les seconds récompenseront celui qui prend le moins de dégâts, qui tue le plus de monstres ou qui amasse le plus d’or. Le choix des combinaisons est assez vaste et ce mode s’avère extrêmement plaisant et utile pour récupérer un maximum de pierres histoire de finir les boosts ultimes de son équipement et faire grimper jusqu’au niveau 20 votre personnage.

La « Fat Princess Touch » graphique

Les environnements de Fat Princess Adventures sont terriblement variés, avec un passage sur des cols enneigés, une exploration de catacombes ou encore une recherche de trésors sur l’île au pirates, par exemple. Pour ne rien gâcher, ils sont très jolis, proposant une HD propre et nette, une esthétique cartoonesque directement issue de Fat Princess, le cel-shading en moins, et des personnages dont on peut largement modifier le look grâce à des couronnes obtenues durant le jeu. Les effets visuels, tels que les particules des attaques magiques et les conditions climatiques (pluie, vent, …) sont dynamiques et réussis, sans jamais faire ramer l’animation du titre. Les seuls bémols que l’on pourrait émettre concernent tout d’abord la caméra unique en multijoueur, qui vous bloque tous sur le même écran. On aurait vraiment apprécié un angle de vue par personnage histoire de ne pas limiter vos déplacements. De plus, et c’est l’autre léger souci de réalisation, les cinématiques ne peuvent pas être passées ! Quand vous jouez la première fois, je veux bien, mais quand vous en êtes à votre 30ème partie en Grindhouse, c’est rageant et ça casse le rythme de l’aventure !

Visuellement, le titre offre une 3D propre et une animation fluide, sans fioritures

Visuellement, le titre offre une 3D propre et une animation fluide, sans fioritures

Sur le plan sonore, signalons que le jeu est intégralement doublé en français et que, via des traits de caractères différents à assigner à vos héros lors de leur création, vous pourrez changer les voix de vos avatars, passant de la personnalité d’un justicier à celle d’un clown, voire même… d’un emo ! Le tout permettra à votre double numérique de distribuer des anecdotes à la volée tout au long de vos parties, certaines étant plutôt drôles tandis que d’autres, sans grande importance, deviendront parfois « gonflantes » à la longue. Les musiques, quant à elle, sont plutôt discrètes et manquent quelque peu d’un côté épique.

Changement de recette réussi ?

On avait peur que transformer un pseudo MOBA ultra compétitif et fun de la PlayStation 3 en Hack & Slash simplifié sur PlayStation 4 soit une mauvaise idée, mais force est de constater qu’on s’amuse énormément avec ce Fat Princess Adventures. S’il pourra être très répétitif en solo, en multijoueur c’est une toute autre histoire, surtout en local avec vos amis autour de vous ! Une aventure drôle, dépaysante, immédiatement fun et sans aucune prise de tête, pour moins de vingt Euros… autant dire que si vous voulez passer un bon moment entre potes, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

La Bande-Annonce

Réalisation: 16/20

Le jeu arbore certes une esthétique simple, mais la patte artistique « Fat Princess » est bien présente, la réalisation très propre et l’animation ne souffre d’aucun ralentissement, même à quatre ! De plus, le côté cartoon de l’ensemble sied étrangement à merveille aux gerbes de sang qui giclent sur votre héros, entièrement personnalisable d’ailleurs. Seuls bémols : des cinématiques impossibles à passer et une caméra unique pour le multi local.

Gameplay/Scénario: 16/20 en multi, 14/20 en solo

Préparez-vous à sauver le monde avec 4 classes de personnages radicalement différentes, le tout dans un hack & slash simplifié, sans prises de têtes, mais terriblement fun. Les mécaniques de jeu sont rapidement assimilées, le scénario expédié, mais l’humour est bien présent et la répétitivité de l’action en solo disparaît totalement lorsque vous jouez en multi. De plus, le mode Grindhouse et ses défis apporte un peu d’air frais au genre et le côté RPG répond présent avec des armes upgradables et des personnages qui peuvent évoluer sur pas moins de 20 niveaux. Alors oui, c’est simple et ça pourrait manquer de profondeur, mais bon sang qu’est-ce que c’est fun entre amis!

Bande-Son: 14/20

Les voix intégralement en français sont de bonne facture, balançant diverses anecdotes en fonction des traits de caractères choisis par le joueur. Le souci, c’est que si certains dialogues sont hilarants, d’autres sont vraiment accessoirement et finiront même par devenir gonflants à la longue. Les musiques, quant à elles, sont réussies mais un peu trop discrètes à notre goût.

Durée de vie: 15/20

Pour un jeu qui compte moins de 20 Euros, la durée de vie est plus que convenable avec une quête principale qui vous tiendra en haleine une huitaine d’heure, différents niveaux de difficultés et surtout le mode Grindhouse idéal pour parfaire vos items avec ses défis qui relancent largement l’intérêt du titre. Il y a de quoi faire pour qui veut améliorer au niveau max toutes ses pièces d’équipement !

Note Globale N-Gamz.com: 16/20 en multi et 14,5/20 en solo

La licence Fat Princess nous revient dans un nouveau type de jeu : le Hack & Slash simplifié, et propose au final de très bonnes choses à petit prix, à commencer par un mode multijoueur en local jusqu’à 4, des mécaniques de gameplay sans prises de têtes, une aventure plutôt longue et une réalisation très propre et fluide. Le titre ne se prend pas au sérieux et est bourré de clins d’oeils sur l’univers des gamers (on aime ça, à N-Gamz), pour un dépaysement et un amusement garanti, surtout à plusieurs !



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen