Review

Death Stranding Director’s Cut est un Action/RPG post-apocalyptique développé par Kojima Productions sur PlayStation 5. Portage amélioré du monumental Death Stranding de 2019 sur PlayStation 4, cette version Director’s Cut a pour ambition de nous livrer la vision finale d’un Kojima en totale roue libre pour sa première production hors du giron de Konami, et pour ce faire le titre a décidé de mettre les petits plats dans les grands avec deux modes graphiques faisant la part belle à une résolution 4K en 60 images par secondes, trois quêtes scénarisées supplémentaires, des ajouts de gameplay comme le Maser Gun, le Jet-pack ou la Catapulte mais aussi une kyrielle de nouvelles musiques et même un mode course sur circuit ! De quoi convaincre tous ceux ayant injustement boudé l’opus originel d’enfin découvrir ce pur OVNI vidéoludique prophétique (car oui, Death Stranding semblait carrément avoir prédit la pandémie actuelle !) qui nous entraîne dans un monde où la frontière entre la vie et la mort est plus ténue que jamais ? La réponse dans mon vidéo-test sans concession, avec en bonus une présentation du calendrier officiel de la sublime Tanya Croft !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Note Globale N-Gamz.com: 20/20

Avec Death Stranding en 2019, Hideo Kojima nous a montré tout le génie mais aussi la folie dont il était capable quand on lui ôtait tout contrôle éditorial et qu’on lui donnait les moyens de ses ambitions. Le résultat fut un titre prophétique hallucinant de beauté contemplative, de gameplay unique en son genre et de métaphores en tous sens qui a marqué au fer rouge tous les gamers ayant réussi à passer le cap des premières heures de jeu un peu trop rébarbatives. Avec la Director’s Cut aujourd’hui lancée exclusivement sur PlayStation 5, les aventures de Sam Porter Bridges s’affranchissent des limitations techniques de la Old Gen pour nous offrir des visuels encore plus grandioses et une animation d’une rare fluidité, mais aussi de ces écueils qui avaient fait trébucher une partie des joueurs et de la presse à l’époque. En effet, le soft livre des ajouts de gameplay bien sentis pour une plus grande accessibilité plus que bienvenue, des compléments scénaristiques très intéressants, un mode course bien fun ainsi qu’un camp d’entraînement qui vous permet enfin de vous faire la main sur les armes du jeu sans claquer de précieuses munitions réelles (et on ne vous parle même pas de l’immersion dégagée par les gâchettes adaptatives et le retour haptique de la DualSense !). Tout cet océan de bonnes idées se retrouvent qui plus est rythmé par d’envoûtantes musiques additionnelles et un doublage français d’exception, pour un récit poignant de bout en bout et une durée de vie portée à 50h sans soucis en ligne droite, 80h pour les livraisons annexes et plus d’une centaine d’heures pour les complétistes ! Alors certes, ceux qui étaient réfractaires au concept même du jeu trouveront toujours à redire mais avec cette version finale, ils brilleront d’autant plus par leur mauvaise foi tant ce Death Stranding Director’s Cut nous livre la vision ultime du Maître Kojima ! Inoubliable !!!


About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!