Review

Babylon’s Fall est un Action/RPG multijoueur développé par PlatinumGames et édité par Square Enix exclusivement sur PC et consoles PlayStation ! Le titre situe son action après la chute de l’Empire Babylonien dont il ne reste à présent qu’une immense tour, la Ziggurat, recélant de nombreux mystères et dangers mais aussi d’incroyables trésors ! Des trésors qui ne laissent pas indifférents le nouvel empire Domitinien, lequel a décidé de tester en masse l’implantation du Gideon Coffin, une relique mortelle dans 99% des cas, sur de malheureux quidams absolument pas volontaires. Les rares survivants se voient ainsi dotés de fantastiques pouvoirs spectraux au point d’en devenir de super soldats : les Sentinelles. Vous faites partie de cette « élite » et vous allez entrer dans le mystérieux édifice avec trois autres de vos pairs dans ce jeu service arborant un look plus qu’atypique inspiré des fresques moyenâgeuses. De quoi démarquer Babylon’s Fall des autres titres du genre ? On l’espérait mais hélas… c’est loin d’être le cas !

Un jeu service… chez PlatinumGames ?

« Gravir la Tour de Babylone, votre nouveau but dans la vie ! »

Les jeux service sont un modèle économique qui a fait ses preuves puisqu’il permet un engagement sur le long terme des joueurs, lesquels achetant à tire-larigot des DLCs, Skins et autres contenus payants pour continuer à financer le soft. On pense bien entendu à des jeux comme Destiny ou encore The Division, et on sent bien qu’après le pétard mouillé de son Marvel’s Avengers, Square Enix veut retenter sa chance dans le domaine en s’alliant à un studio qui a fait ses preuves en termes de méga-hits : PlatinumGames ! Du coup, voici que débarque Babylon’s Fall sur PC et consoles PlayStation avec un format qui s’apparente à du hack’n slash à plusieurs au travers de zones bien cloisonnées en plein coeur de la mythique Tour de Babel. Une idée qui aurait pu marcher mais qui trouve hélas ici vite ses limites à cause d’un level design totalement plat et d’une construction en couloirs vraiment frustrante, sans parler de monstres qui sont de vrais sacs à P.V. au point de vous dégoûter de relancer une partie.

Des rixes réussies ?

babylon fall

« Des combats face à de gros sacs à PV… Génial ! »

Adulé par de nombreux fans dans le monde entier pour la perfection de son gameplay lorsqu’il s’agit de mettre en scène des combats incroyablement grisants comme ceux de NieR : Automata ou Bayonnetta, le studio Platinum Games a tenté de varier les plaisirs et propose ainsi d’embarquer avec son perso et la classe que vous aurez choisie (Huysien, Agavien ou Géléilionien) pas moins de quatre armes pour combattre du Gallus à foison ! Deux armes sont ainsi bien réelles, tandis que les deux autres deviennent spectrales et proposent des coups différents dans ce mode. Impeccable pour un gameplay diversifié, me direz-vous ? Et bien non car au final tout se ressemble bien trop et l’on aura tôt fait de trouver un combo unique qui marche bien ou de privilégier les armes à distance. Ajoutez à cela un équilibrage bien raté des niveaux qui vous oblige à farmer comme un dingue, un endgame qui manque d’envergure et des options intéressantes impossibles à acquérir en monnaie ingame mais uniquement en microtransactions, et vous comprendrez que Babylon’s Fall rate le coche de tout ce qui fait un bon jeu service.

Des graphismes d’un autre temps

« Un filtre artistique… raté ! »

En voulant s’inspirer des peintures du Moyen-Âge pour l’esthétique de son bébé, PlatinumGames prenait un risque et est malheureusement tombé dans le piège ! A trop vouloir se démarquer visuellement, Babylon’s Fall est devenu illisible et avouez que pour un jeu où l’action et l’esquive parfaite sont prédominantes, ça la fout un peu mal. Heureusement que de leur côté les musiques sont assez réussies et parviennent à instaurer une ambiance vraiment spécifique à ce soft qui, hélas, ne brillera pas non plus par son scénario ni vos compagnons de route comme Dame Sophia, Gallagher, Sylvi et j’en passe.

Vous l’aurez compris, Babylon’s Fall se rate sur de trop nombreux points pour sortir la tête de l’eau, et on sent bien que ni PlatinumGames ni Square Enix n’investiront plus d’argent dans le soft pour corriger le tour alors… passez votre chemin !

Babylon’s Fall : Le Vidéo-Test par Neoanderson

Note N-Gamz.com: 6/20 

Durant notre preview que l’on vous propose juste au-dessus, nous avions indiqué que le premier contact avec Babylon’s Fall était assez particulier puisque d’entrée de jeu le design artistique avec ce filtre genre « peinture du Moyen-Age » rebute. C’est flou, ça bave, et on se demandait à quoi avait pensé PlatinumGames quand il a opté pour cette charte graphique, surtout pour un soft typé action où la lisibilité doit être optimale. Petit à petit, nous nous étions faits au graphisme si particulier pour se lancer dans l’inconnu à cause du manque d’explications. On comprend rapidement que le titre se joue purement multi puisqu’il vous impose trois compagnons d’armes (à moins qu’il n’en trouve aucun et là vous jouerez en solo mais les combats seront terriblement longs). On vous envoie alors en plein coeur d’une tour dont les décors sont assez répétitifs, dans une boucle de gameplay qui ne change pas : des couloirs pour ramasser de l’or et du butin suivis de zones artificiellement closes pour vous obliger à combattre des monstres qui spawnent un peu trop et que vous devrez éradiquer jusqu’au dernier pour vous ouvrir l’accès à un nouveau couloir, puis une nouvelle zone de combat, quatre fois de suite pour boucler chaque étage de la Tour. Fort heureusement, on retrouvait durant notre preview la patte « action » des titres PlatinumGames avec des attaques qui en jettent, une esquive vitale pour survivre et la possibilité d’utiliser deux armes réelles et deux armes spectrales pour autant de combinaisons que de styles de jeu. Vous ajoutiez à cela un loot très conséquent et une bonne progression du personnage pour vous donner envie d’enchaîner les parties malgré la redondance, et étrangement vous obteniez un titre pas comme les autres, un jeu service qui se démarquait même si parfois ce n’était pas pour les bonnes raisons. Bref, une espèce de « vilain petit canard » qui semblait s’embellir au fur et à mesure des Closed Beta et du retour des joueurs, avec ce feeling Platinum et cette ambiance dont seul le studio avait le secret. Et pourtant, il restait encore pas mal de chemin à parcourir pour en faire un hit… et cela n’a pas été fait ! Résultat des courses : entre un graphisme illisible, un manque de joueurs flagrant, une politique tarifaire pas au top et une répétitivité monumentale, Babylon’s Fall a fait un bide monstre dans les ventes, et c’est plus que logique au vu du peu de travail fourni par PlatinumGames, qui semble avoir expédié le développement d’un soft qui ne l’intéressait sans doute pas, un peu façon Scalebound… A éviter donc.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!