Review

Même s’il a affronté une tempête de bash (clairement pas justifiée selon moi) pour son Mass Effect Andromeda, Bioware renoue pourtant avec la science-fiction en nous proposant une nouvelle licence sous l’édition d’EA : Anthem! Après quelques bêtas compliquées à cause de problèmes de chargement et de serveurs, le soft est enfin sorti le 22 Février dernier sur PC et consoles. L’occasion de voir ce que nous propose réellement ce looter/shooter TPS et si le studio va enfin renouer avec son lustre d’antan. Alors Freelancers… à vos Javelins! On embarque sans plus tarder pour le test d’Anthem !

Des dieux, des colosses et…vous !

« Un jeu service à quatre en coop pour un vaste monde à explorer »

Aux commandes de Star Wars KOTOR, Dragon Age ou encore Mass Effect, Bioware nous a déjà prouvé par le passé être capable de créer des univers aux backgrounds puissants et des personnages inoubliables s’il en est. De fait, dans Anthem, nous sommes plongé dans un monde où les dieux ont maîtrisé l’hymne de la création afin de faire naître des terres fabuleuses à la faune et la flore aussi belles que potentiellement meurtrières. Cependant, ces fameux dieux ont disparu, laissant leur création inachevée aux mains de monstres et colosses imposants et destructeurs.

Afin de protéger l’Humanité de ces atrocités, des armures exosquelettes ont été crées : les javelins, avec à leurs commandes ce qui furent des héros. Mais les temps ont passé, l’aura de ces guerriers s’est fanée et la population a perdu foi en ses sauveurs. A vous de changer les mentalités tout en conservant cette lourde charge de sauveur du monde, accompagné d’autres freelancers ! Une fois passée cette immersion narrative, place à un didacticiel permettant de comprendre les mécaniques de jeu qui vont vous attendre une fois lâché dans les contrées sauvages d’Anthem ! Mais avant le grand pain, il va falloir se la jouer comme dans Pokemon et choisir… son starter!

Diversité et affinité

« Les capacités de vol de votre Javelin et la classe choisie varient agréablement le gameplay »

Au menu de ce Destiny-Like à la troisième personne: 4 javelins proposant chacun un gameplay propre. Le Tempête mise ainsi sur le pouvoir des éléments: entre givre, feu et foudre, les troupes ennemies n’ont qu’à bien se tenir ! L’Intercepteur joue quant à lui sur sa rapidité ainsi que son agilité et se montrera destructeur au corps à corps. Le Colosse, de son côté, porte son nom à merveille puisque puissance, robustesse et lourdeur sont ses maîtres-mots: le tank parfait dont toute équipe a besoin ! Enfin, le Commando est le touche-à-tout du soft: polyvalent, il est certainement le plus simple à prendre en main ainsi qu’à maîtriser.

Entre choix des armes et des compétences offensives comme défensives, Anthem propose une diversité de gameplay franchement sympathique avec des rôles bien définis et pensés assez intelligemment pour se compléter sans jamais chercher à s’éclipser. Tous les javelins offrent un gameplay facile à prendre en main au départ mais plus complexes à maîtriser à haut niveua, notamment grâce aux capacités de vol de vos exosquelettes. Lors de vos sorties, la collecte d’éléments va vite devenir le centre de vos occupations afin de pouvoir crafter de nouvelles armes et skills toujours plus puissantes, histoire de monter son javelin à sa sauce, bien que le fond de ce dernier soit forcément imposé (on ne fera pas d’un tank un adepte des forces élémentaires ou de l’esquive). De plus, chaque armure est hautement personnalisable sur le plan esthétique, afin que vous ne croisiez pas une centaine de vos clones ingame.

La coopération, clef du succès !

« Les déplacements dans Fort Tarsis sont bien trop lents et cassent l’immersion »

Bien que l’on puisse se jeter corps et âme en solitaire dans le soft, la coopération poindra forcément le bout de son nez ! Et oui, bien qu’en partie libre, les sorties peuvent se faire tranquillement sans compagnie, le soft oriente vraiment ses missions de façon à rendre le multi obligatoire. Bref, si vous pensiez avoir affaire à un shooter solo, fuyez, il ne s’agit clairement pas de cela ! Rassurez-vous cependant, la communauté sur PC est franchement sympathique et c’est un réel plaisir de jouer avec ses potes. La diversité offerte par les 4 javelins permet ainsi des combinaisons de combo intéressantes et aptes à faire des ravages.

Le jeu oscille donc entre quêtes principales permettant d’en savoir plus sur le monde dans lequel on évolue et missions secondaires offrant la possibilité de faire grimper votre réputation auprès des divers groupes évoluant au sein de Fort Tarsis. Les Forteresses, quant à elles, proposent un système de progression ressemblant à un donjon. Longues et exigeantes, elles livrent un contenu qui ne se joue qu’en full team et où la communication prendre tout son sens. Enfin et comme déjà teasé plus haut, la partie libre permet d’évoluer à son gré dans le monde, entre récolte, événements, découvertes… le plaisir se retrouve ici dans la liberté de mouvement offerte par le vol. Hélas, la redondance peut vite montrer le bout de son nez pour qui n’est pas adepte du loot intensif, et c’est donc avec une certaine hâte et curiosité que l’on va attendre les prochaines mises à jour qui doivent apporter des nouveautés scénaristiques et de gameplay.

L’hymne d’une création sous Frostbite 3 ! 

« Visuellement, Anthem est superbe et détaillé à outrance, mais la technique flanche clairement sur Xbox One. »

Anthem nous offre un monde ouvert de taille appréciable et aux environnements majestueux. La faune et la flore invitent au voyage et on reconnait la patte de Bioware dans le background costaud que l’on découvre au fil de nos pérégrinations pour peu que l’on n’ait rien contre un peu de lecture. L’exploration est un ravissement pour les yeux et on apprécie prendre son temps dans cet univers extrêmement détaillé et bourré de vie, un contraste assez marrant quand on voit le côté ultra speed proposé par nos javelins et qui nous fait parfois passer à côté de ces paysages toujours joliment pensés. Que l’on soit dans les airs, les pieds sur terre, sous l’eau ou encore dans les tréfonds des cavernes, le plaisir graphique est toujours de la partie… du moins sur PC. En effet, sur notre version Xbox One, les lags étaient tellement omniprésents et les temps de chargement si violemment indécents et récurrents qu’ils m’ont totalement vaccinée de retenter l’aventure sur ce support.

Niveau bande-son, Anthem propose un contenu de qualité. L’ambiance musicale est bonne et toujours dosée avec parcimonie, les bruitages sont calés avec précision et permettent une grande immersion, tandis que le casting vocal est convaincant et nous rend tout de suite attachant les protagonistes qui peuplent notre aventure (mention spéciale à l’adorable Owen). Hélas, tout n’est pas tout rose dans le jeu de Bioware et il est regrettable de voir certains points obscurcir le tableau, comme les déplacements infernalement lents dans Fort Tarsis qui nuisent carrément à l’expérience de jeu. Cette pause hors de notre javelin, qui devrait être rapide et plaisante afin de consulter les diverses factions et boutiques, se transforme rapidement en passage obligé bien frustrant qui relève plus de la torture qu’autre chose. On a alors qu’une hâte : sortir de la Cité pour retrouver le dynamisme offert par le gameplay à l’extérieur du Fort.

En route freelancers ! 

« Même après 60h de jeu, je continue de me plonger dans Anthem avec plaisir! »

Au vu du bad buzz engendré par l’Early Access de Anthem et maintenant que nous avons pu retourner le soft en tous sens, il faut croire que Bioware est devenu le studio à abattre sans le mériter. Car oui, bien qu’Anthem souffre de quelques problèmes, il n’en reste pas moins un jeu des plus plaisants à parcourir. Le fun est présent, le challenge aussi et la beauté du soft est indéniable. Certes, la lenteur de déplacement dans Fort Tarsis et les gros problème de loot (qui commencent à être corrigés) peuvent rendre l’expérience frustrante mais jamais aussi catastrophique et mauvaise que ce que l’on peut lire sur le net. Les licences usées jusqu’à la corde et ne se renouvelant plus depuis des années parviennent encore à grappiller des notes totalement supérieures à ce qu’elles valent, là où des nouveautés comme Anthem se font descendre sous le grondement des trolls nous balançant les problèmes de la bêta. Néanmoins, je comprends la grogne pour les supports consoles qui souffrent de gros soucis d’optimisation et de temps de chargement qui peuvent foutre en l’air l’expérience en jeu. Par contre sur PC, je dois reconnaître que même après une soixante d’heures ingame, je continue de me plonger dans le soft avec un plaisir certain ! Un signe qui ne trompe pas!

La Bande-Annonce

Réalisation: 16/20 sur PC, 10/20 sur Xbox One

Avec ses environnements magnifiques et une identité propre quant à sa faune et sa flore, Anthem propose une réalisation soignée. On regrettera cependant les soucis de lenteur dans Fort Tarsis et quelques PNJ qui paraissent éteints comparés à d’autres au charisme assez dingue. Bioware nous montre une fois de plus qu’il excelle dans la création d’univers au background complet. Un titre techniquement très bon donc… du moins sur PC! En effet, la version Xbox One souffre d’énorme lags et surtout de temps de chargement fréquents et parfois carrément scandaleux!

Gameplay/Scénario: 15/20

Le scénario d’Anthem repose sur des bases fortes et attrayantes, mais on aurait voulu en avoir plus sans avoir besoin de passer par des tonnes de lecture optionnelles. Les personnages, de leur côté, sont attachants même si l’on reste loin de la dream team du Normandy SR-2 ou encore de nos compagnons de lutte contre l’Engeance. La narration a également besoin de se développer avec l’avenir du soft pour éviter le sentiment de trop peu qui assaille le gamer à la fin de l’aventure. Niveau gameplay, les joutes sont dynamiques et les possibilités de combat très diversifiées grâce aux facultés de vol de votre Javelin. Un mix entre du Destiny et… Iron Man qui a de quoi vite rendre accro, même si la répétitivité des missions pourra énerver, tout comme les temps de chargement et autres lags sur Xbox One qui ne facilitent pas le changement d’équipement. De même, si le level design est pensé de façon intelligente et plutôt en verticalité, on regrette que le drop n’ait pas été pensé de la même façon.

Bande-Son: 15/20

Musiques d’ambiance agréables et rythmées, bruitage de qualité et voxo à la hauteur, toute la partie sonore d’Anthem nous immerge en plein coeur de Tarsis et de sa jungle avoisinante. Léger bémol par contre au sujet de la version française, un peu en dents de scie par rapport à la version originale.

Durée de vie: 15/20

Tout dépend de la volonté que l’on a à se jeter corps et âme dans le soft. Le côté répétitif des missions peut effectivement freiner votre motivation et il en va de même pour le loot rare qui peut se montrer frustrant par moment, mais globalement l’expérience reste agréable, surtout à plusieurs, et c’est avec plaisir que l’on relance encore et encore sa partie d’Anthem.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20 sur PC, 13/20 sur Xbox One

Anthem ne mérite pas le shit storm qu’il se mange en pleine tête. Cette mode de casser du jeu et du développeur est une maladie qu’il faudrait tuer dans l’œuf. EA n’a visiblement pas compris que son Early Access est plus problématique qu’autre chose, et ces softs sortent du coup sans être aussi polis qu’à leur sortie officielle, ce qui permet à certains joueurs de hurler au scandale (après tout ils paient pour cet accès anticipé) et entraîner un phénomène boule de neige de haine parfois non méritée. Pour nous, Anthem est une promenade speed, intuitive et agréable en solo mais clairement faite pour être vécue à plusieurs. Le contenu répond présent, la qualité également, mais le bébé de Bioware n’est vraiment pas exempt de défauts, comme une réalisation mitigée et des temps de chargements horripilants sur Xbox One notamment. On espère que ces soucis seront rapidement corrigés dans les semaines à venir afin de conserver la communauté qui s’est forgée autour du soft. Seul l’avenir nous dira donc si Anthem méritait tout la hype engendrée avant son lancement en Early Access…



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !