Review

Marvel surfe  depuis quelques années déjà sur la vague des adaptations ciné de ses Super Héros bien connus tels que Iron man, Hulk ou encore Thor… Mais qu’en est-il des personnages que l’on pourrait qualifier, sans les dénigrer aucunement, de « secondaires ». Oui, ceux-là même qui  ont su gagner le cœur des fans malgré le fait qu’il ne soient pas toujours sous les projecteurs. Parmi eux, le charismatique Docteur Strange, que j’adore, et dont les aventures se voient aujourd’hui transposées sur grand écran grâce à Scott Derrickson! Vous vous en doutez, quand Disney a proposée à N-Gamz d’assister à l’avant-première du film, j’ai sauté sur l’occasion sans hésitation… quoiqu’avec appréhension !

"Stephen Strange va se lancer dans une quête qui va changer sa perception du monde"

« Stephen Strange va se lancer dans une quête qui va changer sa perception du monde »

Peu nombreux sont ceux qui connaissent ce cher et tendre Docteur Strange plus que de nom. Les enfants d’une dizaine d’année en ont probablement bien plus entendu parler que certains adultes grâce à la série animée « Hulk et les agents du S.M.A.S.H. » mais les aventures du Docteur Stephen Strange furent originellement créées par Stan Lee dans les années 60. Elles retracent la vie d’un éminent neurochirurgien cynique et égoïste. Totalement imbu de sa personne et d’une intelligence rare, il en a même oublié la raison d’être du médecin. Ainsi, grâce à son incroyable don, notre homme, incarné par Benedict Cumberbatch, sélectionne carrément ses patients suivant le défi que leur pathologie représente ou encore… le niveau de leur compte en banque !

Pourtant, suite à un grave accident de la route, son destin va littéralement basculer. Strange est transporté dans l’hôpital où il exerce et se réveille après une intervention longue et délicate. Malheureusement, ses mains sont totalement brisées et il perd sa célèbre dextérité, lui ôtant toute possibilité d’exercer à nouveau. Détruit par cette nouvelle, le Docteur sombre dans une profonde dépression, consultant tous les spécialistes possibles, subissant de nombreux procédés expérimentaux et dangereux afin de retrouver l’usage de ses doigts… Sans succès. C’est alors qu’il entend parler, en rééducation, d’une guérison miraculeuse. Vous l’aurez deviné, Strange se met à la recherche du fameux miraculé et apprend l’existence d’un guérisseur résidant en plein cœur de l’Himalaya.

"Un apprentissage long et difficile attend notre Docteur"

« Un apprentissage long et difficile attend notre Docteur »

Voilà donc que débute son long voyage jusqu’à Katmandou et sa quête pour trouver le lieu sacré dénommé Kamar-Taj. Il y trouvera l’Ancien qui lui apprendra que sa réalité n’est pas la seule existante dans l’univers et qu’il n’est, malheureusement pour lui, pas le nombril du monde! De plus, l’Ancien se révèlera être la Sorcière Suprême, maîtresse des sciences occultes. Elle lui enseignera les arts mystiques, dans lesquels Strange excellera rapidement. Hélas, au cours de son apprentissage, son Sanctuaire est attaqué par Kaecilius (Mads Mikkelsen), ex-prodige du mentor. Ce dernier est bien décidé à livrer notre planète au cruel Dormammu, souverain de la Dimension Noire (ou Dimension de l’Ombre, pour les fans du comics). Strange parviendra-t-il à maîtriser ses pouvoirs à temps pour l’en empêcher ?

Maintenant que les présentations sont faites, voyons voir ce que le film a dans le ventre ! Ayant eu la chance de le voir en 3D, je peux vous avouer que je me suis royalement régalée face aux effets spéciaux qui arborent un très haut niveau ! Complètement immergée par les visuels, je me suis même surprise à avoir le tournis lors des grandes scènes au sein des dimensions parallèles, lesquelles m’ont parfois donné l’impression de sortir tout droit de la maison d’Houdini ! On peut donc affirmer sans se tromper que la 3D est réalisée avec brio dans ce Doctor Strange, et apporte un plus graphique indéniable! Bien entendu, j’ai déjà hâte de visionner le long métrage sans cet artifice mais j’avoue avoir quelques craintes : la qualité globale du film en pâtira-t-elle ?

"Les dimensions alternatives sont un magnifique terrain de jeu visuel pour le réalisateur"

« Les dimensions alternatives sont un magnifique terrain de jeu visuel pour le réalisateur »

Il faut dire que Scott Derrickson, le réalisateur, a décidé de nous mettre la tête à l’envers avec ses jeux de profondeur, de superpositions et de couleurs qui sont tout simplement époustouflants, le tout sur une incroyable bande-son qui colle parfaitement à l’univers ! On sent clairement que l’homme derrière « L’Exorcisme d’Emily Rose » n’a pas perdu la main lorsque l’on touche à l’univers du paranormal, et ce pour le plus grand plaisir des fans du Docteur! De plus, le choix de Marvel d’opter pour le compositeur Michael Giacchino (Jurassic World, Star Trek : Into Darkness) s’avère être un véritable succès pour une première collaboration. En effet, l’artiste parvient d’emblée à captiver le public grâce à un thème très seventies arborant tantôt des notes orientales (et oui, l’action se déroule pour une bonne partie au Népal), tantôt carrément… psychédéliques !

Niveau jeu d’acteur, je dois vous avouer n’être pas particulièrement fan de Benedict Cumberbatch au demeurant. Pourtant, j’ai été agréablement surprise quand j’ai découvert la première bande-annonce le dévoilant dans le rôle de Stephen Strange. Le héros semblait lui aller comme un gant physiquement, et tout au long du film il faut bien se rendre à l’évidence : l’acteur nous livre exactement avec maestria tout le côté maniaque et obsessionnel du Docteur, tout en y ajoutant une pointe d’humour peut-être manquante dans les comics, mais très appréciable ici !

"Benedict Cumberbatch est parfait dans le rôle du Doctor Strange... tout comme le reste du casting dailleurs!"

« Benedict Cumberbatch est parfait dans le rôle du Doctor Strange… tout comme le reste du casting d’ailleurs! »

Le scénario parvient donc à rendre un peu plus sympathique notre cher Strange aux yeux des spectateurs, lui qui a tendance à être plutôt acariâtre dans les comics ! Notons également le choix osé d’une femme dans le rôle de l’Ancien alors qu’il s’agit originellement d’un homme. On vous rassure,  Tilda Swinton (Snowpiercer, Constantine) est parfaite tout au long du récit, alliance parfaite de sérieux, de discipline, de grande maîtrise et… de second degré!

Pour les fans, sachez que le personnage de Wong n’est pas en reste puisqu’il est incarné avec ferveur par l’excellent Benedict (oui, encore)… Wong ! Autant dire qu’il était taillé pour le rôle, non ? Fidèle compagnon de Strange tout au long de son périple, on espère le voir encore et encore dans les suites ! Mads Mikkelsen, quant à lui, est parfait en disciple déchu et démoniaque tandis que, fan service oblige, on est heureux de retrouver l’oeil d’Agamotto et la cape de lévitation qui… déchire tout quand même ! Honnêtement, mieux qu’un animal de compagnie, choisissez une cape du style, elle vous protégera des dangers en vous faisant des suggestions avisées !

En conclusion: avec ses visuels bluffants, son jeu d’acteurs génial et sa narration qui ne s’essouffle jamais malgré un manque de place accordé à Dormammu et deux-trois détails minimes qui pourraient faire tiquer les connaisseurs, cette adaptation cinématographique du comics ne pourra que combler les fans du Dr Stephen Strange et intéresser au plus haut point ceux qui ne connaîtraient pas le charismatique et posé personnage. Et si vous êtes tombé sous le charme, sachez que vous pourrez retrouver ce cher Docteur dans le nouvel opus des Avengers « Infinity War » début 2018 !

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Samouss
Samouss
J’ai débuté avec une Game Boy color et Pokémon dans toutes les versions possibles (jusqu’à obtenir la cartouche jaune… en Italien !), je me suis « vite » retrouvée face au monde de Sony, grâce auquel j’ai passé des soirées géniales avec mon frangin, sur PS1, puis sur PS2… Pour en arriver à m’accrocher corps et âme à l’univers des PC…. <3 Les jeux qui ont marqués mon enfance : Final Fantasy VIII (mon grand amour <3), Final X et X2, mais aussi les Crash Bandicoot, les Sims. Et puis Call of Duty et Battlefield m’ont ouvert les bras, et depuis le fps est sans doute ce à quoi je joue le plus, et ce que je préfère. Et maintenant on peut me retrouver sur l’excellent Titanfall ! =D Ce qui m’a toujours épaté, c’est qu’ayant joué pendant des années sur OGame, personne ne croyait qu’une fille pouvait aimer cet univers, les jeux, les PCs, etc…. Et encore plus la fierté de ma team de présenter une bonne joueuse, UNE … muahahahah *rire diabolique*