Review

Alita : Battle Angel est l’adaptation cinématographique du seinen manga « Gunnm » de Yukito Kishiro, paru au début des années 90. Une oeuvre phare de la culture nippone, un véritable monument du Cyberpunk qui nous semblait quasiment impossible à adapter sur grand écran tant l’intensité du récit et la maestria visuelle de l’ouvrage avaient de quoi se faire casser les dents à plus d’un réalisateur. Et pourtant, avec James Cameron à la manoeuvre, on se doutait qu’on allait en avoir plein les yeux dans ce film réalisé par Robert Rodriguez… et c’est une sacrée claque visuelle qu’on s’est prise en pleine figure! Mais une technique de rêve ne fait clairement pas tout, vous le savez. Cet Alita: Battle Angel rejoindra-t-il le rang des adaptations ciné ratées? La réponse dans notre critique complète!

« Alita, redoutable cyborg amnésique en plein coeur d’un monde post-apocalyptique »

Alita est une cyborg au cerveau humain retrouvée inanimé à la casse d’Iron City, une ville qui sert de poubelle à la cité volante de Zalem, seule mégalopole terrienne ayant résisté au conflit armé avec la planète Mars qui a provoqué la catastrophe connue sous le nom de « L’Effondrement », il y a 300 ans de cela. Réparée tant bien que mal par le Docteur Ido, un médecin spécialisé dans les modifications robotiques pour humain, notre héroïne n’a plus aucun souvenir de son passé. Cependant, des bribes de son ancienne personnalité semblent étrangement resurgir quand elle est en situation de danger, tout comme sa capacité à maîtriser un art martial ancestral connu sous le nom de Panzerkunst. Mais les redoutables aptitudes de la belle vont vite attirer l’attention des sombres autorités qui contrôlent Iron City ainsi que d’un mystérieux homme de l’ombre résidant à Zalem: Nova! Alita parviendra-t-elle à survivre dans cet univers hostile où la loi du plus fort règne en maître? Retrouvera-t-elle son passé perdu et surtout… réussira-t-elle à protéger les gens qu’elle aime?

N’y allons par par quatre chemins: si on devait nommer le plus gros point fort du film, on signerait sans hésiter pour… ses effets spéciaux. Le bébé de Robert Rodriguez nous livre une ode futuriste visuellement spectaculaire, à commencer par le personnage de cette chère Alita, entièrement réalisée en 3D grâce à la motion capture pour lui donner un visage spécifique, avec des yeux plus grands que la moyenne, façon manga. Un aspect qui peut faire tiquer les dix premières minutes mais que l’on oublie rapidement tant ce choix artistique magnifie les émotions et le langage non verbal de l’héroïne. On soulignera aussi le fait que tous les personnages humains ayant des extensions robotiques, voire un corps cybernétique tout entier, nous semblent totalement réalistes. Rien ne vient choquer l’oeil et l’incrustation des acteurs est tout simplement parfaite, tout comme les décors qui jouissent d’un souci du détail hallucinant et nous font voyager comme jamais dans l’univers de Yukito Kishiro.

« Les séquences d’action vont vous scotcher à votre siège! »

A cela s’ajoute le fait que toutes les scènes de combat sont aussi rapides que magnifiquement chorégraphiées et découpées pour être totalement compréhensibles, mais aussi que le rythme du long métrage ne souffre d’aucun temps morts, et vous comprendrez que ce Battle Angel est inattaquable sur le plan technique. Rien que les phases de Motorball ont le don de vous couper le souffle, tout comme la beauté des paysages proposés. D’ailleurs, n’hésitez pas à voir le film en 3D. Pour une fois que cette dernière est utilisée comme il faut, ce serait dommage de s’en priver.

Par contre, si le côté visuel a de quoi vous exploser la rétine de bonheur, on ne peut malheureusement pas être aussi catégorique pour la bande-son. En effet, si les bruitage sont de toute beauté et que les sons environnementaux reflètent bien le caractère bondé d’Iron City et la fureur qui règne dans le stade de Motorball, les mélodies composées par Junkie XL, qui avait déjà oeuvré sur Mad Max : Fury Road, ne sont pas inoubliables. Attention, elles sont loin d’être mauvaises et correspondent bien au film, mais disons qu’aucune ne vous restera en tête après votre passage au ciné… pas comme l’histoire qui, elle, fera largement parler d’elle par son originalité, son ingéniosité et les émotions qu’elle véhicule. Un récit portés par des acteurs toujours bien choisis, que ce soit la ravissante Rosa Salazar pour Alita, l’excellent Christoph Waltz pour Ido ou encore l’ultra flippant Ed Skrein en redoutable Zapan.

« Un casting de choix pour une réalisation incroyable! »

Au final, Alita : Battle Angel est une adaptation incroyable! Les effets spéciaux sont dingues, l’historie est prenante et les acteurs sont tous vraiment bons dans leur rôle, sans compter un rythme tonitruant et des séquences d’action aptes à vous scotcher à votre siège. Un film grandiose, avec des scènes qui ont de grandes chances de servir de références pour les longs métrages suivants (le Motorball!!!). Seul bémol à côté d’une OST moins inoubliable qu’espérée: une fin qui suppose carrément une suite et qui arrive un poil trop vite tant j’aurais aimé rester dans cet univers cyberpunk un peu plus longtemps.

En conclusion Alita: Battle Angel est sans doute la meilleure adaptation filmique d’un manga mais surtout… c’est un blockbuster vraiment réussi qui pourra plaire au grand public également! Un sacré tour de force que vous vous devez d’aller voir en salles, autant pour passer un moment marquant que pour permettre à James Cameron de nous produire un second épisode afin de continuer l’incroyable histoire d’Alita!

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau
Dévoreur de livres, de séries ou de films, j'adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C'est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d'action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j'ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j'aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d'avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l'histoire de mon pseudo, elle est très simple: j'adore les chapeaux, tout simplement! J'espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j'éprouve à vous les rédiger!