Review

Après avoir atterri sur Next-Gen et PC en mars 2017 pour tenter d’assouvir le rêve de construction des amoureux de petits briques jaunes, LEGO Worlds et ses mondes aléatoires sandbox ont décidé de profiter du succès de la Nintendo Switch pour se faire une place au soleil d’une ludothèque encore un peu vide de titres du genre, Dragon Quest Builders ne devant pas nous parvenir avant l’année prochaine et Minecraft étant toujours en chemin. De quoi se laisser tenter?

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 10/20

Fidèle à l’univers LEGO, le design artistique nous offre des environnements variés et des personnages reconnaissables entre mille, ainsi que quelques effets de lumière sympathiques durant les cycles jour/nuit. Par contre, la profondeur de champ est totalement au rabais par rapport aux opus Next-Gen, le titre est truffé de chutes de framerate intempestives, les bugs de collision sont légion et la caméra ultra capricieuse n’aura de cesse de vous gêner lors des grosses constructions ou de votre terraformation. Rageant.

Gameplay/Scénario: 13/20

L’histoire sert juste de prétexte à vous faire récolter un maximum d’éléments et réaliser une pléthore de quêtes pour amasser vos petites briques jaunes nécessaires à voyager de monde en monde. Le souci, c’est que ces fameuses missions annexes sont loin de motiver sur le long terme comme pouvaient le faire celles d’un Dragon Quest Builders, par exemple. Du coup, LEGO Worlds souffre d’un côté répétitif plus prononcé que la concurrence, mais le jeu en coop permet de varier les plaisirs heureusement. Niveau jouabilité, les Joy-Con ne sont pas aussi convaincants qu’une manette classique, et l’accessibilité pas vraiment au rendez-vous à cause d’une mauvaise gestion de boutons. Ajoutez à cela les errances pour bien placer vos blocs par moments, et vous comprendrez que malgré d’impressionnantes possibilités offertes pour qui a de l’imagination, il faudra surtout une bonne dose de patience pour prendre du plaisir.

Bande-Son: 15/20

Une voix-off digne d’un gros film hollywoodien contrebalance des dialogues en « yaourt » que l’on aurait aimé voir doublés. La musique, quant à elle, est aussi guillerette qu’aventureuse en fonction des situations et les bruitages font leur boulot dans un côté très cartoon.

Durée de vie: 12/20

De deux choses l’une : Soit vous êtes un adepte de la collectionnite aigüe et dans ce cas vous allez passer des dizaines d’heures à tout récupérer et tout tester dans ce LEGO Worlds, soit vous lâchez le morceau avant à cause d’une grosse redondance des mécaniques de jeu et des quêtes à accomplir. On aurait vraiment aimé quelque chose de plus travaillé à ce niveau pour pousser le gamer à aller de l’avant, comme dans Dragon Quest Builders.

Note Globale N-Gamz.com: 12/20

Amateurs de Minecraft, Terraria et autres Dragon Quest Builders, pour peu que vous soyez fans de l’univers LEGO, vous pouvez jeter un œil sur ce LEGO Worlds certes perfectible et répétitif à moyen terme, mais qui offre d’intéressantes possibilités dans son univers bac à sable fait de petites briques nous ramenant direct en enfance, manette entre les mains cette fois.Un bon potentiel, un gros contenu, mais une réalisation qui aurait clairement pu être optimisée tant elle s’avère frustrante entre ses chutes de framerate, ses bugs de collision et sa caméra capricieuse.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!