Review

Playground Games en collaboration avec Turn 10 Studios, à l’origine de la série Forza Motorsport, nous livre la suite du très apprécié Forza Horizon (en test et vidéo-test ici) au sein d’un monde ouvert trois fois plus grand qu’auparavant. Ici, le volant et le hors-piste font la loi, mais les nouveautés sont-elles au rendez-vous?

Du pur circuit aux routes libres

Les plus beaux bolides au monde s’adonnent à un festival illicité pour votre plus grand plaisir!

La saga Forza a démarré en 2005, lorsque Forza Motorsport fit son apparition sur Xbox première du nom afin de concurrencer Gran Turismo, la simulation automobile made in Sony. Tout en connaissant plusieurs itérations sur Xbos 360 (tous les deux ans) et ayant offert un cinquième opus  comme titre de lancement à la Xbox One (2013), la série s’est permis un peu de hors-piste avec un spin-off nommé Horizon qui fait la part belle à l’arcade et au monde ouvert. Le soft a pris tout le monde à contre-pied mais s’est révélé diablement jouissif. Assez pour mettre une suite en chantier qui pourrait bien nous amener à voir fleurir un Forza par an : une fois le classique, une fois le spin-off. Mais place à Forza Horizon 2 aujourd’hui, qui vous envoie en plein festival de voitures traversant le Sud de l’Europe. Oui, je sais, comme scénar, on a fait mieux.

Un festival de voitures

D’emblée, ce qui frappe dans Forza Horizon 2 est son énorme roster de véhicules avec plus de 200 voitures au compteur. Hélas, diront certains, aucune Porsche n’est présente à… l’Horizon (mais on pinaille)! Il n’empêche qu’au sein de décors tels que le Sud de la France ou l’Italie, vous comprendrez très vite que chaque caisse a sa personnalité, aussi bien visuelle avec des extérieurs et des intérieurs soignés, qu’au niveau de sa maniabilité. Un exemple : le jeu débute en mettant entre vos mains une sublime Lamborghini, autant dire « conduite souple et agréable », puis vous permettra d’acquérir une Camaro SS qui se veut caractérielle et a une fâcheuse tendance à laisser son train arrière se déporter lors de virages trop serrés pour un autre plaisir de conduite. On vous rassure, en cas d’erreur, une option rewind vous permet de « rembobiner » la course et reprendre à un point antérieur histoire de corriger votre trajectoire « foireuse » ou éviter un accident.

Bien entendu, qui dit jeu de course dit forcément « tuning ». Point de vue améliorations de voitures, vous pourrez modifier six paramètres à savoir : moteur, plateforme/adhérence, transmission, pneus/jantes, style/aérodynamisme et conversion (changer la nature de votre caisse). Par exemple, le moteur se décompose en filtre à air, collecteur d’admission et boîtier papillon, alimentation, allumage, échappement, arbre à cames, soupapes, volumétrie, pistons et compression, huile et refroidissement et enfin, le volant moteur. Bref, rien que pour cette partie, il y a déjà de quoi faire, alors imaginez que les autres sont tout aussi fournies ! De plus, un mode Car Meets permet de rencontrer d’autres joueurs online, d’admirer leurs véhicules et de s’échanger des pièces de tuning. De quoi y passer des heures, en plus de la possibilité de créer ses propres stickers !

Concernant les courses, on reprend les épreuves du premier opus (lisez notre test pour en savoir plus) et on y ajoute les défis de cross country qui consistent… à ne pas s’occuper des routes mais à jouer à fond le hors-piste! Au niveau des classiques, on retrouve donc Street race, Circuit, Sprint, Road Trip en ligne, ainsi que le défi collector dont le principe est de réussir un défi avec une voiture imposée. Vous pourrez aussi récupérer des panneaux d’expérience ou de voyage rapide, vous faire flasher à une certaine vitesse par des radars, et immortaliser vos créations avec un mode photo incluant de nombreux effets possibles. Si vous vous perdez, les flèches directrices sur le sol répondent toujours à l’appel, tout comme le wheelspin pour gagner une voiture ou de l’argent virtuel. Enfin, pour un peu plus de réalisme, la difficulté peut être changée dans les options, de même que l’utilisation de l’ABS ou l’usure des pneus qui peuvent être activées ou désactivées à l’envie.

Jolie carrosserie que voilà !

Graphiquement, Forza Horizon 2 sur Xbox One est une jolie claque!

Vous en conviendrez comme moi, dans un jeu de voitures, il faut principalement que les graphismes se concentrent sur les bolides, du coup on en voudra pas trop à Forza Horizon 2 d’avoir laissé de côté la modélisation des conducteurs. Pour le reste, c’est de l’excellent boulot avec une vue habitacle plus travaillée que dans le premier épisode et des voitures toujours aussi sublimes. Les petits détails des essuie-glaces, fissures du pare-brise, pluie qui s’écrase sur votre véhicule et j’en passe donnent une sacrée impression de réalisme ! Une vraie joie à regarder, et encore plus à conduire ! Mieux, en fonction des chocs, la carrosserie se modifiera, si bien qu’il sera très compliqué de jouer en vue cockpit avec un capot brinquebalant. Ce souci du détail se reflète même sur les poignets de votre avatar puisqu’il arborera fièrement les bracelets gagnés durant le festival pour accéder aux épreuves.

Niveau son, Thomas Bible gère la B.O. auss bien qu’il l’a fait pour Judge Dredd : Dredd VS Death, Star Wars : The Force Unleashed 1 & 2 ou encore Monkey Island. Entendez par là que les voix sont dans le ton et collent assez bien aux personnages, que la musique style électro du début des années 2000 est bien dans l’esprit « cool » voulu par le titre (même si on aurait souhaité qu’elle soit un peu plus entraînante) et que les bruits de moteur, frein et dérapages sont réussis. Du bon boulot.

Y en-a-t-il plus sous le capot ?

Spin-off de la saga de simulation automobile la plus poussée sur consoles, Forza Horizon 2 conserve l’aspect arcade débridé de son aîné, ses environnements détaillés et une vitesse d’animation à 30FPS tout à fait satisfaisante. Le terrain de jeu est énorme, les défis variés et le nombre de caisses hallucinant, sans parler de la pléthore d’options de tuning. Bref, on aurait tort de se priver sur Xbox One ! (Par contre, évitez la version 360, tout bonnement honteuse).

La bande-annonce

Réalisation: 17/20

Un paysage en bord de mer qui fait rêver, de superbes voitures qui filent à toute allure, des spectateurs qui vous acclament tandis que vous admirez les courbes luisantes du soleil sur les vagues et que vous faites crisser la gomme pour un démarrage canon… voilà Forza Horizon 2, un titre techniquement abouti sur Next-Gen et dont le souci du détail, comme la pluie ruisselant sur votre pare-brise, laisse béat d’admiration. On regrettera juste la modélisation des conducteurs un peu en deçà.

Gameplay/Scénario: 14/20

Toujours le même style de conduite typé arcade, pas vraiment de scénario (d’où la note un poil négative), Forza Horizon 2 reste sur les bases posées par son aîné. Les drifts et les virages serrés s’enchaînent au travers de différentes courses et défis offrant pas mal de variété au soft. L’open-world est gigantesque, le online stable et le tuning apporte un réel plus visuel et niveau gameplay, changeant radicalement le comportement et les performances de votre bolide. Par contre, adeptes de la simu pure et dure, passez votre chemin.

Bande-Son: 15/20

La bande-son bourrée d’électro n’est clairement pas mauvaise, mais manque un peu de rythme. Il n’empêche : Thomas Bible a quand même un beau palmarès à son actif et bat plutôt bien la mesure sur Forza Horizon 2. Niveau bruitages, entendre gronder un V6 ou un V8 est un pur bonheur et le crissement des pneus lors d’un virage serré vous hérissera le poil de plaisir.

Durée de vie: 17/20

Plusieurs championnats à accomplir avec un grand nombre de voitures à débloquer et des courses assez variées pour vous occuper un bon moment sont les maîtres-mots de ce Forza Horizon 2. Sans parler des road trip online, des défis à réaliser, des panneaux d’expérience à récupérer, des voitures cachées dans les granges, etc… Une belle durée de vie, en somme.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Forza Horizon 2 est un spin-off sans grosse prise de risque qui préfère continuer sur la lancée de son aîné en en proposant plus, et qui gère sans trop de soucis l’aspect technique de son passage à la Next-Gen. Une saga qui a de beaux jours devant elle… pour l’instant et si elle parvient à se réinventer un peu pour le troisième épisode !


pub
pub



About the Author

Dan
Dan

Salutations! Je suis passionné de jeux vidéo, un peu touche à tout. J’ai commencé à l’âge de 5 ans sur une Jaguar et depuis je collectionne beaucoup (en plus des jeux: statuettes, BD, et manga un peu). Ce que je préfère? Un titre avec un vrai scénario! Bien que je ne sois pas rebuté par un petit Survival/Horror, j’adore donc forcément les RPG, mais aussi les beat’em all et tant d’autres genres encore ! Niveau films, c’est sans conteste le monde de l’horreur qui m’attire (Alien, un mythe en plus d’un chef d’oeuvre), bien qu’il soit devenu difficile de trouver actuellement de bons représentants du genre. Mes jeux préférés? Final Fantasy (du 7 au 10, ainsi que le 12), la saga Assassin’s Creed, Red Dead Revolver/Redemption, Prince of Persia, Mass Effect, F.E.A.R. (Alma est… Charmante ^^), Saints Row, Borderlands, Splatterhouse, les WWE de 2007 à 2010 (Legends of Wrestlemania compris), Dragon (Bruce Lee sur Jaguar, quel pied!), … bon, je vais m’arrêter là, non? ;P