Review

2016 marquait le grand retour de la saga Doom sur nos consoles de salon après plus de 12 ans d’absence, et quel retour! Gore, nerveux, viscéral et speed à souhait, le titre d’id Software avait enflammé les gamers qui n’avaient rien vu venir, échaudés qu’ils étaient par une beta multi loin d’avoir déchaîné les passions. Et pourtant, Doom 2016 s’est imposé en maître incontesté du shooter le plus pur et le plus jouissif qui soit (confer notre test complet juste ici), aussi apprendre qu’il allait être porté sur Nintendo Switch avait de quoi nous inquiéter. Tout d’abord parce que le constructeur traîne derrière lui une énorme réputation de « family friendly » mais aussi car les capacités techniques de la Switch sont bien en deçà des machines actuelles qui faisaient tourner le soft en 1080p@60fps constant. Le miracle a-t-il eu lieu ou ce Doom n’est-il au final qu’un portage à la va-vite pour faire du bénéfice à moindre frais? La réponse dans notre vidéo-test!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16/20

Impressionnant, c’est le premier mot qui vient à l’esprit quand on voit tourner Doom sur Nintendo Switch en mode portable. Avec son animation certes réduite à 30fps mais fluide 95% du temps, ses niveaux vastes et glauques à souhait, ses effets spéciaux qui flattent la rétine et ses graphismes Next-Gen incroyables pour une Switch, le titre de Bethesda est un régal visuel qui souffre néanmoins de deux gros points négatifs: un 720p seulement en mode télé et un effet de flou permanent qui peut s’avérer pesant à la longue.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario est totalement bateau et ne sert que de justification à votre périple en enfer, sans réel souci de mise en scène soignée. Niveau gameplay, par contre, ce DOOM a absorbé toute l’essence viscérale de son modèle pour la retranscrire de façon encore plus nerveuse et instinctive, profitant d’un système d’affrontement centré sur la récupération d’énergie et de munitions en abattant du monstre avec style, mais aussi sur un panel d’armes variées et upgradables ainsi que sur quelques phases d’exploration sans réelles prises de têtes, mais toujours sympathiques entre deux gros affrontements en « arène ». Dommage que les Joy-Con ne soient pas le top pour exploser du high-score, vous obligeant à acquérir une manette pro si vous souhaitez faire autre chose que juste finir l’aventure principale en normal.

Bande-Son: 16/20

Les bruitages sont une réussite et vont vous glacer le sang lors des Glory Kills. Les musiques d’ambiance sont immersives et anxiogènes à souhait, surtout sur Mars, pour se transformer en mix improbable et pourtant jouissif de guitare électrique basse et chœurs grégoriens en Enfer. Dommage qu’elles tournent un peu trop en boucle. Enfin, les doublages font dans le correct, mais le scénario n’aide pas vraiment à ce qu’ils soient présents en nombre… et puis rappelons que votre cher Marine DOOM est… muet.

Durée de vie: 16/20

Si vous comptez terminer la campagne solo en mode normal, comptez entre douze et quinze heures avec une bonne paire de morts. Par la suite, vous pourrez toujours tenter le coup en… Permadeath ! La recherche des bonus vous occupera également un petit temps, et le mode arcade avec son aspect scoring peut largement devenir chronophage. Bref, en solo il y a de quoi faire. Reste à voir si le multi sera fréquenté pour allonger la durée de vie, mais honnêtement, on en doute un peu.

Note Globale N-Gamz.com: 16,5/20

Techniquement, Doom sur Nintendo Switch est un petit miracle qui permet de découvrir LE shooter le plus jouissif de 2016 au creux de la main dans une version intégrale parfaitement jouable. Certes, elle a du faire des concessions et tourne à présent en 720p@30fps avec un effet de flou un peu pesant, mais elle n’en demeure pas moins nerveuse à souhait et nous prouve que la Switch en a dans le ventre et veut s’adresser à un public bien plus large que les précédentes consoles du constructeur. En attendant un Wolfenstein II qui devrait tout déchirer, ruez-vous sur ce Doom violemment impressionnant pour son support!



About the Author

Neoanderson

Hardcore gamer dans l’âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j’apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N’hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!