Review

Assassin’s Creed et sa franchise ne sont pas prêts de faire une pause, qu’on se le dise! Ainsi, alors que les nombreux bugs à la sortie de l’opus Unity avaient poussé les fans à demander à Ubi d’arrêter son rythme de parution annuel, le développeur nous livrera quand même, en fin d’année, un Assassin’s Creed Syndicate. Et ce n’est pas tout, puisque déboule à présent un Assassin’s Creed Chronicles, volet découpé en trois parties qui vous feront chacunes voyager à travers le monde et les époques! Avant de pouvoir profiter de l’Inde et de la Russie, vous allez d’abord devoir vous immerger dans les merveilles de la Chine!

L’Empire ne tombera pas !

La belle Shao Jun vous entraînera dans de trépidantes aventures !

L’histoire d’Assassin’s Creed Chronicles: China se déroule en l’an 1526 de notre ère. Suite à sa rencontre avec le grand Ezio Auditore, Shao Jun, notre héroïne asiatique, va se lancer dans une quête personnelle pour se venger des Templiers, le tout s’additionnant à une course contre la montre histoire de récupérer un coffret offert à Ezio mais volé par la suite.

Qu’on se le dise, là où les précédents opus d’Assassin’s Creed cherchaient à mêler habilement histoire et aventure au travers de nombreuses descriptions de monuments rencontrés, ici votre motivation à jouer à ces « Chroniques » chinoise, sera sans doute plus artistique que scientifique. En effet, le côté « cours scolaire » est un peu trop esquissé via les divers parchemins à rassembler au fil des niveaux, mais il faut bien avouer que l’effet aquarelle qui embellit le soft vous donne clairement l’impression de jouer en plein coeur d’une estampe chinoise. Un spectacle visuel plus qu’instructif.

Kung-Fu’s creed !

Les combats sont dynamiques mais un peu trop répétitifs!

Du côté du gameplay, Assassin’s Creed Chronicles : China suit les grandes lignes de la licence. Le titre mêle ainsi déplacements acrobatiques, séquences d’infiltration, assassinats furtifs à base de lames secrètes et bien évidemment combats rapprochés. Petite différence néanmoins avec les précédents volets: l’aventure ne se déroule pas dans un monde en 3D mais dans des niveaux horizontaux comportant des zones accessibles sur plusieurs plans, la fameuse 2.5D .

Pour mener à bien sa mission, des objets seront mis à disposition de Shao Jun pour détourner l’attention des ennemis (pétards, dagues à cordes, couteaux de lancers). Il est également possible de siffler pour attirer les adversaires dans une direction voulue. Pratique pour contourner les dangers… et terminer le jeu à 100%. Et pour cause : le titre s’appuie sur un système de notes (or, argent, bronze) qui récompensent la furtivité. Apprenez donc à jongler entre d’une part les adversaires qui discutent et ne vous calculent pas du tout, et d’autre part ceux qui vous verront et ne lâcheront pas l’affaire tant qu’ils ne vous auront pas mis à terre.

Niveau action, ne vous attendez pas à être passif, loin de là. En effet, lorsqu’il vous sera impossible de fuir via le mode parkour, vous n’aurez pas d’autre choix que de sortir votre arsenal, composé notamment d’une épée et d’une lame secrète. Les combats ne sont, hélas, pas très difficiles, mais vous aurez néanmoins tout le loisir de diversifier un peu vos joutes à coup d’esquives et de contre-attaques bien ficelées. Rien de transcendant, et un petit côté répétitif qui vient gâcher la fête au final.

Avec ou sans riz(alisme) !

Une « saga » visuellement prometteuse à condition d’y mettre plus de vie!

Assassin’s Creed Chronicles : China jouit d’une direction artistique très propre dans l’ensemble. La modélisation des environnements en 2.5D, associée à des graphismes rappelant fatalement une estampe peinte à l’aquarelle, offre une expérience visuelle plutôt agréable. Mais on regrette que les décors ne soient pas suffisamment diversifiés ou que les cinématiques ne soient pas plus animées. D’autant plus que les décors se trouvent par moment complètement gâchés par les « cônes » indiquant la zone de vision de vos ennemis.

Côté bande-son, elle n’est ni agressive ni perturbatrice, et propose une certaine douceur et une harmonie qui plaira aux fans d’infiltrations, bien qu’on ne puisse parler de chef d’oeuvre à ce niveau, le tout passe très bien.

On nem ou on nem pas !

Assassin’s Creed Chronicles: China vous proposera une aventure d’environ 3 à 4 heures de jeu pour en voir le bout, et on espère qu’il en sera de même pour les deux autres épisodes de la trilogie. La replay value est présente puisque les scores que vous aurez obtenus dans les zones pourront être battus afin d’avoir accès à de nouvelles améliorations. Bref, les fans apprécieront cette expérience de jeu qui ne ressemble à aucun Assassin’s Creed, mais plus à un Prince of Persia 2D. La petite promenade dans cette Chine du XVIème siècle vous donnera des envies de voyages sur les toits, notamment grâce à ses touches « aquarelles » qui donnent un aspect extrêmement doux au soft. Il n’empêche, le titre souffre de quelques défauts qu’on aimerait vraiment voir corrigés dans les deux autres opus.

La bande-annonce

Réalisation: 12/20

Si les décors en arrière plan sont réussis et que le style aquarelle fonctionne bien, les bâtiments se ressemblent hélas un peu tous et les aides au gameplay polluent trop le rendu « dessin à l’encre de Chine ». Dommage, on aurait aimé un style plus épuré.

Gameplay/Scénario: 12/20

Un gameplay qui propose des commandes simples et rend l’infiltration efficace, c’est bien, mais le tout offre un côté trop répétitif malheureusement. Le scénario manque d’envergure et on sent clairement que la trilogie « Chronicles » ne sert que de spin-off en attendant le prochain véritable Assassin’s Creed.

Bande-Son: 14/20

Pas de musique assourdissante ou de bruit perturbateur, place au calme et à une bande-son issue de l’atmosphère chinoise qui se laisse écouter avec plaisir. Rien de transcendant non plus, mais le travail est fait.

Durée de vie: 15/20

Comptez environ 4 heures en prenant votre temps. Deux modes de jeu supplémentaires se débloquent par la suite mais l’aventure reste d’une linéarité cataclysmique.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

Les aficionados de la franchise Assassin’s Creed et de son univers immense risquent de se sentir légèrement claustrophobes dans la suite de tableaux issus d’un level design un peu trop linéaire offerte par Assasssin’s Chronicles: China. Néanmoins, si on occulte la liberté d’action et le fait que les combats semblent tous se ressembler au bout d’un moment, on appréciera le côté infiltration du titre et surtout son aspect visuel totalement raccord avec la période historique.



About the Author

Deyleina

Joueuse le jour et streameuse la nuit (avec une grande passion pour le cosplay), je suis une adepte des jeux PC depuis ma plus tendre enfance (mon premier jeu étant « Prince Of Persia ») ! J’adore également les films (surtout d’animation), la littérature (manga powa!) et la musique ! Ma devise : « Enjoy and Play » !