Review

Suite directe de l’excellent Devil May Cry 4 sorti il y a plus de onze ans déjà sur PlayStation 3 et Xbox 360, Devil May Cry 5 a pour mission de renouer avec les fondamentaux de cette mythique saga d’action/aventure née sur PlayStation 2 en 2001, tout en faisant oublier aux fans hardcore le « reboot » de 2013 développé par Ninja Theory, alias « DmC: Devil May Cry » (un opus que nous avons beaucoup aimé pour notre part). On retrouve donc avec plaisir Dante et Nero ainsi qu’un troisième guerrier, le mystérieux V et ses bêtes spectrales, pour un volet dont le maître-mot est simple: démesure! Plus de niveaux, plus de monstres, plus d’armes, plus de techniques de gameplay pour… Plus de fun? La réponse dans notre vidéo-test juste en dessous effectué sur Xbox One X!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 19/20

Le RE Engine nous a déjà prouvé de quoi il était capable avec le très beau Resident Evil 7 et l’envoûtant Resident Evil 2 Remake, mais Devil May Cry 5 pousse encore la barre plus loin, se permettant une 4K à 60fps rutilante sur Xbox One X. La modélisation des visages de vos héros est criante de réalisme, les courbes du trio de demoiselles bien badass sont affriolantes en diable, les effets de lumière flattent la rétine comme jamais et les différents niveaux sont extrêmement détaillés. On se prend une claque visuelle de chaque instant et la violence graphique des affrontements est sublimée par une pléthore d’effets spéciaux et de cool attitude en tous sens, sans jamais gêner la lisibilité de l’action. Deux bémols cependant: une redondance des environnements dans la seconde moitié du soft qui a tendance à lasser un peu, et une caméra qui a parfois un peu de mal à suivre durant les phases d’exploration.

Gameplay/Scénario: 18,5/20

Assurément le meilleur scénario de toute la saga, tout simplement. En reprenant les personnages phares de la licence pour une espèce d’affrontement final du plus bel effet, Capcom joue autant sur le fan service que sur une histoire de famille aussi touchante que violente, tout en assurant le spectacle à grands renforts de narration maîtrisée et de mise en scène jubilatoire à souhait. Niveau gameplay, le titre introduit des microtransactions (optionnelles, rassurez-vous) et ne révolutionne pas la franchise, mais la magnifie en tous points, notamment en multipliant les héros, chacun se contrôlant radicalement différemment des autres pour trois styles de baston qui feront forcément chavirer les coeurs des amoureux du combo de qualité, même si V se révèle un peu en retrait de ses deux autres frères d’armes. Il faut dire que rivaliser avec Nero et ses Devil Breakers stratégiques à souhait ou encore Dante et ses quatre postures de combat, ses nombreuses armes et sa transformation démoniaque était quasiment mission impossible. Cerise sur le gâteau, le titre propose énormément d’exploration dans sa première moitié, des stages qu’il est possible de refaire avec d’autres héros pour des embranchements différents, une customisation des capacités qui pousse à la collecte d’orbes rouges et même un simili online pour accueillir un gamer lambda dans votre partie, histoire d’éviscérer du démon en duo. Croyez-nous: les sensations offertes par les joutes de Devil May Cry 5, manette en main, sont tout bonnement grisantes.

Bande-Son: 19,5/20

Doublages anglais de haute qualité et bourrés d’humour badass (avec possibilité d’opter pour les voix japonaises également), sous-titres français qui ne mâchent par leurs mots, bruitages qui claquent comme il faut et surtout… mélodies divines allant de chants grégoriens à des rythmes anxiogènes lancinants, en passant par du bon gros hard rock qui tâche pour les séquences d’action, autant dire que la bande-son de ce Devil May Cry 5 est déjà culte!

Durée de vie: 18,5/20

Une vingtaine de missions pour une quinzaine d’heures de durée de vie en mode normal, le tout sans compter la possibilité de faire certains stages avec d’autres personnages du trio pour découvrir de nouvelles zones. Sachant que le titre incorpore une pléthore de modes de difficulté mais aussi de missions secrètes et même d’armes bien planquées comme le bazooka de Lady, et vous comprendrez que le nouveau bébé de Capcom va vous accrocher très longtemps pour peu que vous visiez le 100%.

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Certes, ce Devil May Cry 5 ne révolutionne en rien la franchise comme avaient su le faire Resident Evil 7 ou Resident Evil 2 Remake grâce à une autre approche visuelle de l’horreur, et il se permet même quelques petites erreurs avec des microtransactions d’orbes rouges et une répétitivité des décors durant sa seconde moitié, mais il est clair qu’il s’agit du meilleur Devil May Cry de tous les temps! En effet, chaque aspect du soft a été fignolé jusque dans ses moindres détails pour nous proposer un beat’em up d’action/aventure aux joutes d’une rare intensité et d’une beauté plastique affolante, aux cinématiques d’une mise en scène ultra badass et à la bande-son nerveuse à souhait. Un Must Have absolu pour les fans de Dante autant que pour les amoureux du genre, d’autant que le scénario (et son final!) est aussi diaboliquement jouissif que ses héros! Un épisode… DANTESQUE en tous points!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!