Review

Si certaines mauvaises langues disent que la Nintendo Switch est « LA » console du recyclage des licences de Big N avec, il est vrai, pas mal de portages de jeux Wii U ou 3DS, c’est aussi une machine qui permet, grâce à son succès, de pousser les développeurs à nous fournir des titres jamais sortis chez nous ! C’est ainsi le cas dans ce The Great Ace Attorney Chronicles qui cumule deux opus préquelles à l’excellente série d’enquête et de batailles juridiques de Capcom : Phoenix Wright ! Ici, vous allez incarner un célèbre ancêtre de notre héros, Ryunosuke Naruhodo, en plein coeur d’un Japon venant tout juste d’ouvrir ses portes à l’Occident ! Tout un programme que l’on s’est un plaisir de tester pour vous sans « Objections » !

Deux préquelles jamais sorties en Occident !

« Faites équipe avec le célèbre… Herlock Sholmes ! »

The Great Ace Attorney Ace Chronicles contient deux opus inédits chez nous de cette saga, alias le The Great Ace Attorney Adventures de 2015 et le The Great Ace Attorney 2 Resolve de 2017, lancés sur Nintendo 3DS uniquement sur l’archipel nippon. L’occasion de découvrir deux titres préquelles à Phoenix Wright en plein coeur d’un Japon s’ouvrant tout juste à l’Occident, à la fin du XIXème siècle. A vous d’incarner l’ancêtre de notre célèbre avocat, dénommé Ryunosoku Naruhodo, lequel va devoir mener l’enquête aussi bien au Pays du Soleil Levant… qu’au Royaume-Uni !

Le titre commence d’ailleurs très fort puisque d’entrée de jeu, votre héros est accusé d’un meurtre qu’il nie avoir commis. Ce cas, qui fait office d’immense tuto, n’est que la première des dix « enquêtes/batailles juridiques » que vous aurez à élucide/plaider, en plus de 8 mini-scénarios additionnels histoire de bien faire les choses, le tout aux côtés de personnages atypique et notamment le fameux « Herlock Sholmes », un ersatz de Sherlock Holmes aux déductions fulgurantes mais souvent légèrement à côté de la plaque ! Bref, vous allez en voir de toutes les couleurs !

Un gameplay rafraîchissant pour un titre « old school » ?

« Un portage Full HD visuellement réussi »

Que les fans de Phoenix Wright se rassure, le gameplay habituel de la saga est bien présent dans cette compilation, avec notamment les deux phases bien distinctes que sont l’enquête et le procès. Durant la première, vous devrez récolter des indices et questionner des témoins sur les lieux du crime, calmer les ardeurs de Herlock Sholmes, et déjà commencer à faire vos propres déductions.

La seconde phase, qui fait tout le sel de la licence, s’axe autour du procès du prétendu « assassin ». A vous de démonter un par un, preuves à l’appui, les faits tels que racontés par le Procureur ou les déclarations de témoins, utiliser au bon moment votre capacité « d’objection » pour couper la parole et faire valoir vos contre-arguments.

« Les examens de synthèse offrent une mécanique de jeu rafraîchissante »

« Trop classique », allez-vous me répondre mais c’est sans compter sur les spécificités de ces deux opus qui, en plus de leurs lieux d’investigation situés au Japon et au Royaume-Uni et de leur ère historique de la fin du XIXème siècle, nous livre carrément deux mécaniques de gameplay inédite pour la franchise : la « danse de la déduction » pour les enquêtes histoire de trouver les illogismes dans le raisonnement de Herlock Sholmes pour découvrir de nouveaux faits et les « examens de synthèse » pour les procès afin de faire se contredire entre eux les membres du jury populaire pour espérer obtenir un jugement « Non Coupable ».

Un portage visuel paresseux ?

Que nenni ! Capcom a fait du bon boulot en offrant à ses deux bébés un bon gros lifting en Full HD qui lui sied à merveille et propose des personnages bien plus fins et encore plus expressifs pour le coup ! De plus, le côté tactile est géré avec brio, et c’est assez rare pour être signalé.

Du bon boulot auquel s’ajoute une bande-son de grande qualité, une très bonne traduction anglaise mais hélas… aucune traduction française ! Sachant à quel point les dialogues sont extrêmement importants notamment durant les phases de procès, on ne comprend vraiment pas pourquoi Capcom n’a pas fair l’effort de passer ses textes dans la langue de Molière. Dommage car le public cible sera du coup bien moins grand alors que le soft, lui, est de qualité…

La bande-annonce

Note Globale N-Gamz.com: 15,5/20

Si on soulignera l’excellente idée de Capcom d’enfin occidentaliser deux opus préquelles de Phoenix Wright jamais sortis chez nous et que la qualité du portage est plutôt convaincante, on regrette vraiment l’absence complète de traduction française, ce qui va cantonner ce titre où les dialogues sont nombreux et cruciaux à un groupe réduit de gamers là où il aurait pu encore ouvrir un peu plus la licence au grand public. Pour le reste, les dix affaires manquent parfois d’équilibre et si la majorité sont excellentes, certaines sont un peu soporifiques au final (notamment la première, qui sert de trop gros tuto selon nous), mais dans l’ensemble nous avons affaire à un bon cru qui a en plus le mérite d’être totalement dépaysant grâce à son époque historique et ses deux pays emblématiques : le Japon et le Royaume-Uni !



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!