Review

C’est un fait, Rise Against the Empire, le PlaySet pour Disney Inifinity 3.0 reprenant les moments forts de la saga Star Wars originelle, nous avait clairement plu. J’en veux pour preuve notre test et notre vidéo-test à cette adresse : http://n-gamz.com/video-game-review/star-wars-rise-against-the-empire-test-et-video-test-playset-disney-infinity/. Aussi, nous attendions avec impatience le Pack Aventure dédié au « Réveil de la Force », dernier film de la franchise qui bat tous les records au box office ! Avec les mêmes équipes aux commandes, on espérait un résultat épique… mais quelques écueils qui sentent à plein nez le développement « rushé » viennent malheureusement entacher notre plaisir.

Le premier jeu… sans spoilers ?

Visitez les lieux emblématiques du film, dans une aventure où le spoiler semble avoir été banni

Visitez les lieux emblématiques du film, dans une aventure où le spoiler semble avoir été banni

Si nous avions pris soin, il y a bientôt trois semaines, de vous faire une critique ciné du Réveil de la Force sans aucun spoilers (http://n-gamz.com/movie-review/star-wars-le-reveil-de-la-force-critique-cine-sans-spoilers/), à présent que le film est sorti depuis un petit temps, nous allons pouvoir avoir un peu plus de liberté avec le PlaySet Disney Infinity qui lui est dédié. Ne vous inquiétez pas, vous n’apprendrez pas ici les deux-trois grosses révélations du long métrage de J.J. Abrams, non… puisque le jeu lui-même en est exempt ! En effet, Disney semble avoir mis un véto sur son œuvre vidéoludique et étrangement expurgé son scénario de quelques moments forts de la narration. Certes, on avait déjà soulevé ce point dans le PlaySet Rise Against the Empire (RATE), mais il semblait justifié de faire autant de raccourcis en voulant condenser une trilogie en un soft alors qu’ici, il s’agit de l’adaptation d’un seul et unique film.

Le Premier Ordre va tenter par tous les moyens de retrouver BB-8!

Le Premier Ordre va tenter par tous les moyens de retrouver BB-8!

On vous rassure néanmoins, vous retrouverez quelques moments épiques de l’oeuvre sur grand écran, comme la fuite de Jakku à bord du Millenium Falcon ou le combat enneigé contre Kylo Ren, mais on ne s’explique pas l’absence totale de niveaux dans la base rebelle ou encore l’attaque du complexe Starkiller par l’escadron de X-Wings de Poe Dameron, pourtant l’une des séquences les plus spectaculaires du film ! D’ailleurs, les rixes spatiales scriptées et immersives de Rise Against the Empire manquent ici cruellement à l’appel, ce qui est d’autant plus étonnant quand on voit l’importance de ces joutes dans le long métrage. Un peu comme si on n’avait pas donné tout le matériau scénaristique nécessaire aux équipes de développement. Pour éviter les fuites ? En attendant, on se complaira à suivre les péripéties de Rey, jeune femme abandonnée sur une planète désertique depuis son enfance et qui va se prendre d’affection pour BB-8, un droïde dont les entrailles cachent un secret qui pourrait mettre à mal un groupe militaire tyrannique construit sur les cendres du démoniaque Empire Galactique: le Premier Ordre et son Sith le plus puissant, Kylo Ren. Aidée par Finn, un Stormtrooper repenti, notre jolie combattante va tenter de livrer son compagnon robot à la Résistance, et rencontrer ce faisant certains visages bien connus des fans de la trilogie originelle.

Plus de diversité… moins d’inspiration

Des Open World plus vastes mais moins inspirés dans leurs mécaniques de gameplay

Des Open World plus vastes mais moins inspirés dans leurs mécaniques de gameplay

Le PlaySet du Réveil de la Force reprend dans les grandes lignes le gameplay mis au point sur Twilight of the Republic et Rise Against the Empire. On se retrouve donc avec deux superbes figurines de Rey et Finn (pour peu que l’on adhère à l’esprit « cartoon » propre à Disney Infinity), que l’on pourra interchanger à l’envie pour traverser trois mondes clés du long métrage : Jakku, Takodana et la « planète » Starkiller. Premier bémol, si dans l’opus précédent chacun des trois univers était construit pour offrir une expérience radicalement différente des autres (de l’action-aventure sur Tatooine, de la construction ainsi que du combat aérien sur Hoth et de la défense de base sur Endor), ici le constat est un plus amer avec la même structure pour les deux premiers niveaux, et un oubli total de quêtes annexes pour le dernier. Fort heureusement, les développeurs ont pallié ce manque d’inspiration par une certaine variété au sein même des stages via des missions optionnelles. Certes, on retrouvera toujours les classiques : « Tue tel type de bestioles » ou « Ramène-moi tel objet » mais on se plaira aussi, par exemple, à construire un parcours d’obstacles aquatiques pour les mercenaires de Takodana ou à exploser les scores de l’Hologame X-Wing, shooter 2D plutôt tripant dont les multiples tableaux sont disséminés au sein même des stages du soft.

Les missions annexes sont plus travaillées que dans RATE

Les missions annexes sont plus travaillées que dans RATE

D’autres nouveautés sont également présentes, à commencer par la capacité de vos héros à recueillir des pièces de rechange en fouillant les innombrables tas de ferrailles présents dans les niveaux, ce qui leur permettra de réparer différentes structures et de débloquer l’accès à des zones cachées ou divers bonus et raccourcis salvateurs. Les véhicules ont également été revus, à la baisse malheureusement puisqu’il sera désormais impossible de piloter un engin volant comme l’A-Wing au sein des stages terrestres. Vous aurez donc accès à deux montures animales et trois speeders, à la maniabilité souvent bien trop nerveuse et imprécise pour être plaisants à conduire. On est loin des engins motorisés ultra funs de Rise Against the Empire, et cet écueil va même vous gâcher une bonne partie des missions optionnelles de Takodana, dont le lac est propice à de nombreuses courses au score et au timer. Heureusement qu’à contrario, d’autres éléments déjà présents dans l’opus antérieur, comme la chasse aux Mynocks, ont été amélioré pour devenir moins rébarbatifs.

Le duo Rey/Finn est mieux balancé que ses aînés, pour des combats un peu plus tactiques

Le duo Rey/Finn est mieux balancé que ses aînés, pour des combats un peu plus tactiques

Enfin, le système de combat est resté totalement inchangé par rapport aux autres PlaySets de Star Wars Disney Infinity 3.0, même si on appréciera un duo Rey/Finn mieux balancé que les surpuissants Luke et Leia ou Anakin/Ahsoka jouables précédemment. On retrouve donc des combos qui sortent facilement, un super pouvoir propre à chaque héros, des capacités d’attaque au corps à corps et à distance ainsi qu’un boost de saut et un sort de soin. Le tout est totalement upgradable via des points de capacités à répartir sur quatre arbres de compétences distincts, obtenus grâce à l’expérience que vous engrangerez au fur et à mesure des missions réussies. Chaque amélioration gagnée sera conservée dans votre figurine, lui offrant de fait un caractère personnel très plaisant. A noter d’ailleurs que vous pourrez acquérir l’acrobatique Poe Dameron, mais aussi l’excellent Kylo Ren, dont la représentation en résine est une vraie réussite ! De plus, vous pourrez incarner toutes vos statuettes made in Star Wars D.I. dans le soft, simplement en récupérant la pièce de champion les représentant, en fouillant un peu les niveaux. Oui, Dark Vador à l’assaut de la base Starkiller… c’est possible !

Aussi impressionnant visuellement que le film ?

Visuellement, ce Réveil de la Force améliore encore ce qui avait été fait sur RATE. Les distorsions de la Force en ressortent très impressionnantes

Visuellement, ce Réveil de la Force améliore encore ce qui avait été fait sur RATE. Les distorsions de la Force en ressortent très impressionnantes

Si ce PlaySet se révèle abouti visuellement et très fluide, reprenant le moteur Disney Infinity 3.0 déjà présent dans le vibrant Rise Against the Empire, il n’en est pas moins rempli de petits bugs très gênants, notamment au niveau des collisions. Cela se ressent terriblement à bord des véhicules, qui n’hésiteront pas à rester bêtement bloqués sur un élément du décor, ou à se retourner carrément sur le toit à la moindre touchette. Les angles de caméra, surtout en combat, partent parfois dans tous les sens, et certaines phases de plateformes sont un peu brouillonnes. Bref, ça sent les phases de Beta-Tests vite expédiées pour coller avec la sortie du film… Loin du résultat techniquement léché du Pack Aventure issu de la trilogie originelle, même si on appréciera le soin apporté aux décors et éléments immersifs comme la poussière sur Jakku ou encore les insectes et autres effets d’eau sur Takodana. Mention spéciale aussi pour la superficie des niveaux revue à la hausse par rapport à RATE. Bref, s’il s’améliore en termes de surface de jeu et d’effets spéciaux (le rush de Kylo Ren et les distorsions qui accompagnent ses coups sont vraiment impressionnants), ce Réveil de la Force pêche par manque de finition.

Rey Vs Kylo Ren sur fond de Duel of the Fates... why?

Rey Vs Kylo Ren sur fond de Duel of the Fates… why?

Niveau musical, John Williams est aux commandes de la B.O. du film, et le soft en reprend les meilleurs morceaux pour un résultat digne de la saga. On s’étonnera, par contre, de l’insertion d’un « Duel of the Fates » propre aux épisodes I-II-III pour illustrer harmoniquement le combat entre Rey et Kylo Ren, alors que cette piste sonore n’est jamais utilisée dans le long métrage. Encore une fois, on sent que Disney a volontairement biaisé les éléments mis à disposition des développeurs, qui se sont retrouvés en manque de musique guerrière épique pour l’affrontement final. On déplorera aussi l’absence des doubleurs officiels, nous offrant ingame un Han Solo moins charismatique que son homologue sur grand écran et une Rey un peu plus « ado » dans sa voix. Heureusement, donc, que les bruitages ne souffrent d’aucune fausse note, nous immergeant à nouveau dans cette galaxie lointaine, très lointaine à grands coups de tirs de blaster et autres vrombissements de sabre-lasers !

Film culte pour… bon jeu seulement !

Des figurines finement réalisées... et un Kylo Ren absolument incroyable dans sa version "statuette"!

Des figurines finement réalisées avec un Kylo Ren absolument incroyable dans sa version « statuette »!

Si Star Wars : Le Réveil de la Force est juste déjà culte dans sa version cinématographique grâce au talent des nouveaux acteurs et à un J.J. Abrams au sommet de son art narratif et visuel, on ne peut malheureusement pas en dire autant du PlaySet qui lui est dédié dans Disney Infinity 3.0. Reposant sur les bases solides d’un très bon Twilight of the Republic et d’un excellent Rise Against the Empire, le dernier bébé de Ninja Theory se paie le luxe d’améliorer quelques points controversés de ses aînés comme la superficie des niveaux ou la variété des quêtes annexes, mais se retrouve prisonnier de son développement sans doute biaisé par l’embargo de Disney sur le matériau de base (le film, son scénario, sa B.O.), mais également rushé pour coller à la sortie du long métrage, lui valant pas mal de bugs horripilants qui auraient pu être évités avec des phases de tests plus longues. Il n’empêche, le résultat se montre très sympathique, offrant de superbes figurines pour un peu plus de 8 heures d’amusement. Et puis, il s’agit du seul jeu officiel sur consoles, Battlefront n’accueillant aucun DLC issu de Force Awakens. Les fans savent donc ce qu’il leur reste à faire.

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Tournant, comme ses aînés, sous le moteur de Disney Infinity 3.0, ce Réveil de la Force nous offre des environnements visuellement travaillés et des effets spéciaux aguicheurs, pour une animation toujours fluide. Hélas, la finition semble avoir été mise de côté avec une pléthore de bugs de collisions, notamment en véhicule, et des angles de caméra qui n’en font parfois qu’à leur tête durant les combats.

Gameplay/Scénario: 14/20

Si le principe-même du jeu demeure inchangé et offre des phases d’action/exploration mâtinées de combats plutôt dynamiques ainsi qu’un système de capacités à acquérir sur quatre arbres de compétences distincts, on déplore la similitude de level design des deux premiers mondes là où Rise Against the Empire offrait une expérience différente par univers traversé (Tatooine, Hoth et Endor). On regrette l’absence des incroyables combats spatiaux scriptés de RATE alors que les scènes du film s’y prêtaient allègrement. Pire, on a même l’impression que les trois mini-stages à parcourir dans le soft, à savoir le vaisseau de contrebande d’Han Solo et deux planètes artificielles près de Takodana, ont été ajoutés à la va-vite, tout comme le rush final de la base Starkiller. Heureusement que les missions annexes ont été améliorées et que le duo Rey/Finn propose une jouabilité les rendant moins puissants que les Jedi des opus antérieurs, pour des affrontements plus tactiques. Niveau scénario, on s’étonne de l’absence d’éléments importants issus du film, ce qui fait presque de ce PlaySet le premier jeu… sans spoilers !

Bande-Son: 17/20

John Williams reprend avec ferveur certains thèmes emblématiques de la première trilogie pour leur donner un côté plus mélancolique et sombre dans ce Réveil de la Force, tandis que les bruitages sont toujours aussi grisants entre tirs de blaster tonitruants et choc violent de sabres laser. Hélas, l’absence des doubleurs officiels se fait cruellement sentir en nous proposant un Han Solo moins charismatique et une Rey bien trop ingénue vocalement. De plus, on ne comprend toujours pas l’utilisation de Duel of the Fates sur le combat final alors que ce thème est intimement lié aux épisodes I-II-III. Manque de matériau musical fourni par Disney ?

Durée de vie: 14/20

Le Réveil de la Force propose le même nombre de mondes principaux que Rise Against the Empire, et même si la Base Starkiller est ultra linéaire et se finit bien plus rapidement que l’open world d’Endor, ce dernier PlaySet incorpore trois sous-niveaux et des quêtes annexes plus variées, certaines se débloquant même une fois le jeu fini, rééquilibrant donc la donne pour une durée de vie hélas un peu moindre que son aîné: environ 8 heures de jeu pour tout débloquer.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Si les bases solides et les bonnes idées de gameplayn qui ont fait de Twilight of the Republic et Rise Against the Empire des ambassadeurs de choix pour Disney Infinity 3.0, sont respectées voire pour certaines améliorées, ce Réveil de la Force souffre d’un développement sans doute rushé pour coller avec la date de sortie de l’excellent film éponyme, ce qui induit malheureusement des niveaux au level-design trop similaire, d’étranges oublis scénaristiques, des ajouts qui ressemblent aux réparations de fortune de Rey et des bugs qui nuisent parfois à l’expérience de jeu. Fort heureusement, le binôme des héros est très technique à jouer, les missions un poil plus variées que précédemment et le titre en lui-même propose une bonne dose de plaisir pour une durée de vie très correcte. Moins épique que l’incroyable RATE, mais plutôt bon quand même.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!