Review

Apparu en 2011 sur nos consoles, la saga Skylanders d’Activision a lancé la mode des jouets vidéoludiques, à base de figurines à placer sur un récepteur pour les matérialiser en jeu. Depuis, le genre fait recette et d’autres développeurs de renom se sont également lancés sur le marché comme Disney et son excellent Disney Infinity, LEGO et son « fanboy » LEGO Dimensions ou encore Nintendo et ses Amiibo qui s’arrachent à prix d’or. Face à tout ce beau monde, le Roi du créneau n’entend pas laisser son trône si facilement et décide de devancer ses adversaires avec une nouveauté de taille : les véhicules. Vous l’aurez compris, dans Skylanders SuperChargers, en plus de compter sur une pléthore de statuettes en plastique/résine, il faudra désormais passer à la caisse pour acquérir des engins motorisés au design plutôt accrocheur. Nouveau concept ou simple argument marketing ? La réponse dans ce test.

Kaos est de retour… comme chaque année

Un starter pack à l'excellente finition, certes, mais chiche en contenu...

Un starter pack à l’excellente finition, certes, mais chiche en contenu…

Les Skylands sont au plus mal ! Kaos, le génie diabolique, a réussi à emprisonner tous les Skylanders et à fermer l’intégralité des portails vous permettant d’accéder à ces terres que vous connaissez, depuis le temps, comme votre poche. Utilisant la puissance des ténèbres, il crée le Sky Eater, une machine dont l’unique but est d’absorber l’espace céleste. Heureusement pour vous, il a omis un léger détail : certains véhicules antiques issus des Skylands peuvent générer leur propre portail grâce à leur incroyable vitesse. Ça tombe bien, vous en avez un à disposition, Hot Streak, ainsi que deux fiers guerriers prêts à tout pour botter les fesses du méchant de service : Spitfire et Super Shot Stealth Elf (oui, certains noms ne sont pas franchement « inspirés »…). Aidés de Flynn le baroudeur gaffeur, Hugo l’intello et Cali l’experte en mécanique, vos héros vont traverser une pléthore de stages à pied, sur roues, dans les airs ou sous les océans, pour tenter de vaincre le tyran sur pas moins de quatre niveaux de difficultés différents.

Bowser et Donkey sont de la partie sur Wii U, avec les premiers Skylanders... Amiibo!

Bowser et Donkey sont de la partie sur Wii U, avec les premiers Skylanders… Amiibo!

C’est donc par le biais d’un starter pack d’une soixantaine d’Euros comprenant le véhicule et les deux Skylanders précités que vous allez partir à l’aventure. Le portail qui vous est offert est d’une très bonne finition, tout comme les figurines et le bolide, et dispose d’une entrée pour les cristaux du jeu précédent : Trap Team, qui vous octroieront différents bonus ingame. Du coup, le titre est intégralement compatible avec TOUS les Skylanders et Cristaux issus de la saga. Idéal pour ceux qui ont déjà une belle collection chez eux. Si vous êtes passés à côté de la licence, sachez également que les statuettes peuvent fonctionner sur n’importe quelle console, seul le portail est attitré à tel ou tel support.

88 miles à l’heure !

Hot Streak a clairement un look d'enfer... et une sacrée vitesse de pointe!

Hot Streak a clairement un look d’enfer… et une sacrée vitesse de pointe!

D’entrée de jeu, ce SuperChargers vous balance au volant de votre Hot Streak histoire de justifier votre nouvel achat. Les véhicules proposent deux types de maniabilité : à la Mario Kart lorsqu’ils sont vus de dos pour des phases de course plutôt dynamiques, et à la façon d’un jeu d’action, en vue de ¾ haut, pour des séquences d’exploration. Le changement de gameplay n’est pas toujours évident à opérer mais au bout d’un moment on s’y fait, votre engin pouvant utiliser deux pouvoirs différents mais également un boost de vitesse qu’il engrangera en dérapant. Il est customisable via des rouages à récupérer dans les niveaux et que vous pourrez échanger pour augmenter votre défense ou votre puissance de frappe. Vous récolterez également de nouveaux moteurs, roues ou klaxons dans les coffres disséminés çà et là, qui influeront sur l’une des cinq capacités de votre véhicule : armure, vitesse max, accélération, maniement et poids. A vous de trouver le compromis idéal, tout en sachant que vous pourrez « surcharger » votre machine en puissance si vous lui adjoignez le Skylanders-Pilote prévu par les développeurs. Enfin, on retrouve le principe des affinités élémentaires (eau/feu/vent/vie/tech/magie) qui vous donneront plus ou moins de force de frappe en fonction du type de terrain et d’ennemi rencontré.

Les phases océaniques ou aériennes varient le gameplay... mais il faudra passer à la caisse!

Les phases océaniques ou aériennes varient le gameplay… mais il faudra passer à la caisse!

Hormis ces phases à bord de votre bolide terrestre, vous pourrez également parcourir les cieux en avion ou visiter les profondeurs océaniques à bord d’un sous-marin, vendus séparément hélas (on parle d’une vingtaine de véhicules). De fait, de bonnes portions du jeu vous seront interdites, les développeurs ayant cru bon d’inclure deux objectifs sur trois à accomplir avec ces engins non inclus dans le pack, pour chaque niveau. Vraiment dommage, tout comme le mode course à la Mario Kart, qui vous permet de concourir seul, à deux en écran splitté ou jusqu’à quatre en online sur douze circuits et six modes. Gros soucis en vue : six circuits ne sont disponibles qu’avec l’achat de packs de courses vendus au prix fort (35€ !!!), qui vous débloqueront également trois des six modes précités, et les six autres tracés se répartissent en deux terrestres, deux aériens et deux marins requérant les bolides adéquats pour y participer. Faites le calcul… vous allez banquer ! Déplorable d’autant plus que les épreuves, si elles proposent un level design sympathique, sont loin d’égaler le génie du plombier moustachu, vous empêchant même de stocker le moindre bonus. La chance s’invitera donc trop souvent à la fête, pour autant de frustration.

L’habit ne fait pas le Skylander… mais le chapeau si !

Hormis les phases en véhicules, le titre offre un gameplay classique mais fun pour un jeu d'action-plateforme réussi

Hormis les phases en véhicules, le titre offre un gameplay classique mais fun pour un jeu d’action-plateforme réussi

Maintenant que nous avons fait le tour des possibilités offertes par vos véhicules, place aux Skylanders en eux-mêmes, qui ne proposent qu’une petite fournée de vingt figurines seulement cette année (dont Bowser et Donkey Kong sur Wii U). Les contrôles de ce jeu d’action/aventure en 3D sont identiques aux précédents opus, avec deux touches d’attaque, un saut et la possibilité de changer simplement de héros en plaçant celui que vous voulez incarner sur le portail, moyennant une cut-scène un peu longuette au bout d’un moment. Les stages ne tournent cependant pas autour des affrontements uniquement, et il y aura de la plateforme avec caméra imposée, pas mal de phases de recherche, quelques énigmes, et surtout la possibilité de customiser votre personnage en lui ajoutant des couvre-chefs modifiant ses stats (vitalité, puissance de frappe, …), mais également en lui faisant passer des niveaux, synonymes de pouvoirs à choisir sur deux arbres de compétence distincts. Ainsi, Spitfire pourra se la jouer plus « foudre » ou plus « fournaise » suivant vos envies. Comme toujours, l’intégralité de ces changements est sauvegardée sur votre statuette nominative.

L'Académie propose une foule de choses à faire et à récolter

L’Académie propose une foule de choses à faire et à récolter

Pour le reste, ce SuperChargers offre une belle diversité de situations, une durée de vie convaincante et une bonne rejouabilité puisque vous pourrez accomplir toute une série de mini-défis (occire autant d’ennemis, gagner autant de modifications de véhicules, etc…) qui vous octroieront de la poussière d’étoile, vous permettant de franchir des niveaux de Maître de Portail et de récolter, au choix : plus d’or, d’expérience, de rouages et j’en passe. Vous aurez également tout le loisir d’explorer l’Académie, vaste Hub Central bardé de choses à faire, et de trouver les (accrochez-vous) 10 saphirs, 18 gemmes d’âme, 10 tablettes, 65 trésors épiques, 33 étoiles et… 266 chapeaux du jeu ! Bien entendu, impossible de tout obtenir… sans passer à la caisse pour au moins récupérer un avion et un sous-marin.

Il a en sous le capot, ce SuperChargers!

Sur Next-Gen, ce Skylanders SuperChargers est vraiment très beau

Sur Next-Gen, ce Skylanders SuperChargers est vraiment très beau

Techniquement, Skylanders SuperChargers est clairement un beau jeu sur Next-Gen (nous l’avons testé sur PS4), proposant des environnements travaillés et un design artistique reconnaissable entre mille tant il fait furieusement penser à… Spyro, le dragon de l’ère PlayStation 1 & 2 ! Plutôt logique quand on sait que le premier titre de la saga s’appelait Skylanders Spyro’s Adventure. Il en résulte un monde coloré, enchanteur et des personnages vraiment charismatiques qui déambulent dans des niveaux dotés d’une mise en scène ultra-dynamique façon film hollywoodien, sans aucun ralentissement. Les effets spéciaux sont légions et les différentes explosions chatoient agréablement la rétine pour un tableau sans réelle fausse note. Mention spéciale pour le niveau trois et sa brume volumétrique vraiment impressionnante.

L’aspect sonore du jeu n’est pas en reste, avec des musiques épiques à souhait, des bruitages immersifs et surtout un doublage français d’une incroyable qualité. Pour tout dire, certaines séquences cinématiques sont si travaillées qu’il nous tarde de voir sur nos écrans la série animée tirée des Skylands, désormais une réalité depuis qu’Activision s’est doté d’une structure cinématographique propre. Seul réel bémol : l’absence de sous-titre durant les cut-scenes, ce qui peut nuire à une certaine compréhension de l’ensemble lorsque l’environnement alentour est trop bruyant.

Achat indispensable ?

Dommage que les courses online vous obligent à acheter un pack spécial pour y jouer pleinement...

Dommage que les courses online vous obligent à acheter un pack spécial pour y jouer pleinement…

Pour les fans de Skylanders, oui très clairement. En effet, ils pourront agréablement rentabiliser les statuettes et les cristaux qu’ils possèdent déjà dans cette nouvelle aventure haute en couleur et à la durée de vie convaincante. Pour les autres, ceux qui débutent, il est clair que le soft n’est pas avare en conseils et aides à la jouabilité histoire de vous introduire à l’univers de ces figurines en douceur, mais le budget pour correctement s’équiper peut vite devenir rébarbatif. Avoir à ce point intégré le concept des véhicules dans le gameplay du soft et n’en proposer qu’un seul… et d’un seul type (terrestre) avec le kit de démarrage n’est vraiment pas une bonne idée de la part d’Activision, sans parler des trois modes courses et six circuits inaccessibles sans acheter des packs spécifiques à 35 Euros chacun ! Bref, le jeu est bon, les véhicules sont ultra fun à jouer, les figurines et le portail assurent question finition… mais l’attitude mercantile est un peu trop prononcée à notre goût au vu de ce que propose la concurrence, Star Wars Disney Infinity 3.0 en tête.

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16/20

Skylanders SuperChargers propose une réalisation soignée en nous faisant traverser des décors très colorés et bourrés de détails, notamment en arrière-plan, pour une animation toujours fluide et une mise en scène terriblement dynamique. On déplore juste la vitesse de mouvement un peu réduite des héros mais les véhicules rattrapent largement le tout. La finition des statuettes, quant à elle, est impeccable. Du bon boulot, surtout sur Next-Gen.

Gameplay/Scénario: 15/20

Si le scénario se laisse agréablement suivre sans gros retournements de situation, le gameplay, quant à lui, est plutôt basique pour les phases uniquement dédiées aux Skylanders, avec un Hub Central qui fourmille d’activités et pas mal de petites choses à récupérer et à faire dans les niveaux pour augmenter votre rang de Maître du Portail et les attaques de votre avatar. Par contre, une fois en véhicule terrestre, vous switcherez allègrement d’une jouabilité typée jeu d’action à des commandes issues de Mario Kart, où le dérapage est roi. Les avions et autres sous-marins sont également assez intéressants à jouer… dommage qu’il faille les acheter !

Bande-Son: 17/20

Vicarious Visions ne se moque clairement pas de nous en termes de bande-son, avec des musiques vraiment réussies et qui parviennent à donner un sacré côté épique à l’aventure. Les doublages français sont impeccables et les bruitages collent parfaitement à l’action. Mention spéciale pour le vrombissement des véhicules qui donne un réel sentiment de puissance.

Durée de vie: 13/20

Si le titre est relativement long, même en ligne droite, et propose pas mal de diversité, on ne peut malheureusement pas cautionner le fait que deux trophées sur les trois par niveaux vous demanderont obligatoirement de passer par l’acquisition d’un véhicule aérien et d’un engin sous-marin. On gonfle artificiellement la replay value en bloquant plus d’un tiers du titre par des achats obligatoires. Certes, l’aventure peut se boucler sans utiliser son portefeuille, mais elle sera clairement biaisée.

Note Globale N-Gamz.com: 15,5/20

Skylanders SuperChargers est sans conteste l’un des meilleurs titres de la franchise et le plus beau des épisodes parus à ce jour. Avec sa mise en scène soignée, son habillage visuel travaillé et ses héros charismatiques, le dernier bébé de Vicarious Visions offre une aventure longue et variée au sein des Skylands. Les véhicules proposent un gameplay plutôt fun en solo tandis que les courses en multi, bien que plombées par l’impossibilité de stocker des bonus, présentent un level design aguicheur. En fait, le seul gros point noir du jeu est simple : l’aspect mercantile bien trop présent ! Ainsi, si vous pouvez tout à fait finir le soft avec le simple starter pack et son unique bolide, vous serez obligés de passer à la caisse pour acquérir deux autres engins et un pack de course (au prix clairement prohibitif) si vous voulez profiter du titre à 100%, un peu plus d’1/3 de ce dernier étant cloisonné par les achats précités. Une politique commerciale bien trop agressive à notre goût.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!