Review

La licence de karaoké made in Playstation revient dans les salons pour faire chanter les copains sur les derniers tubes du moment. Dans l’idée d’améliorer vos tonalités ou tout simplement pour animer une soirée, Singstar promet des heures de fun et de rire. Avec une nouvelle génération de Singstar qui arrive et propose une application smartphone en complément, l’Ultimate Party promet une évolution sur la base qui avait fait le succès de la licence. Alors, cette nouvelle version est-elle vraiment améliorée par rapport aux précédents opus ?

[/box_dark

L’ultime Singstar

Singstar revient, avec son appli smartphone en prime

Il y a dix ans, la licence Singstar s’installait sur les consoles Playstation 2 pour le plus grand bonheur des fans de karaoké. S’en sont suivies de nombreuses déclinaisons, tantôt un spécial années 80, tantôt un spécial Disney, le tout faisant la joie de ceux qui aiment pousser la chansonnette face à leur écran, seul ou avec un ami. Puis est venue la version PS3 entraînant avec elle la licence vers un côté inexorablement commercial qui fit pester les joueurs peu enclin à devoir faire l’achat de nouveaux titres sur la plateforme dédiée, le Singstore.

Avec l’arrivée d’une nouvelle génération de console, qui fête sa première grosse année d’existence, Sony revient donc avec un nouveau titre qui tente de surfer sur la modernité et propose Singstar : Ultimate Party, qui s’accompagne de son application smartphone. Celle-ci, appelée le Singstar Mic, permet d’utiliser votre téléphone comme un micro sans fil pour jouer et d’arranger vos playlists. En outre, le jeu vous offre également la possibilité de vous filmer en plein exploit et de partager vos plus beaux vibratos sur Twitter ou Facebook. Hélas, d’Ultimate, le soft n’a pas grand-chose de plus.

Attention yaourt !

Seule amélioration de gameplay: les vibratos sont pris en compte dans la version PS4

Du côté du gameplay, pas de grande différence avec les versions précédentes non plus. Il s’agit toujours de sélectionner un clip musical qui s’accompagnera des paroles en sous-titres et d’une sorte de portée sur laquelle s’affichent des blocs correspondants aux tonalités à prendre pour être dans le ton juste de la chanson choisie. Seul ou avec un ami, le concept consiste uniquement à reproduire l’intonation puisque le fredonnement ou le yaourt pourra tout aussi bien vous valoir une place de choix dans le leaderbord.

Tant mieux, car la playlist a beau être bien fournie en proposant trente titres plutôt diversifiés, elle ne fait la part belle qu’aux chansons anglophones (à l’heure où le monde entier peut, par exemple, rependre à tue-tête plusieurs tubes de Stromae, Belge francophone). Si votre accent anglais est à couper au couteau, tout n’est donc pas perdu. En revanche, la version PS4 de Singstar prend en compte les vibratos, et ça c’est une avancée technique en comparaison des précédents opus.

Passe-moi le mic’ !

Chanter dans son smartphone a un petit côté… ridicule, sans parler de la batterie qui se vide à toute vitesse!

Pour le côté star, le soft n’envoie pas vraiment du rêve non plus. C’est l’application dédié, le Singstar Mic, qui permet de transformer votre smartphone en micro, si tant est que votre mobile soit sous Android ou iOs (les possesseurs de Windows Phone n’auront donc pas la possibilité de s’adonner à un karaoké enflammé sur leur Playstation). Fausse bonne idée. Si le côté moderne de l’utilisation d’un téléphone nouvelle génération peut paraître séduisant, la synchronisation manque cruellement de précision et l’application consomme énormément, même quand toutes les tâches de fond ont été désactivées au préalable, ce qui laisse rapidement le micro de fortune en rade.

Ceci dit, au niveau du glamour, chanter dans son téléphone a un petit quelque chose de ridicule qui laisse parfois à penser qu’on est diablement plus efficace à chanter dans la salle de bain avec la brosse à cheveux dans la main (et en particulier quand l’application décide de ne plus fonctionner). Pour pallier ce défaut, rien ne vous empêche toutefois de vous servir de micros branchés sur les ports USB de la console, bien plus efficaces, plus précis et bien plus classes. Attention en revanche, vous ne pourrez pas jouer à la fois avec un micro USB et l’application smartphone. Si vous jouez à deux, il vous faudra donc deux téléphones ou deux micros  USB. D’ailleurs, on se demande pourquoi il n’est pas possible de jouer avec la Playstation caméra.

Un couac de plus

Une tracklist "english only" et des errances de gameplay malvenues pour ce nouveau Singstar

Ceci dit, à quoi ça sert d’être classe si au mieux l’Ultimate Party ne se joue qu’en tête-à-tête ? Là où on aurait aimé jouer à quatre voire plus, pour animer une soirée entre potes, on ne peut au mieux qu’affronter un ami qui chante en même temps que le joueur principal. Des modes de jeu diversifiés auraient pu ravir les joueurs, tant sur une possibilité de jouer à plusieurs avec un mode tour à tour par exemple, que sur la possibilité de choisir un niveau de difficulté. Surtout que cela aurait pu compenser les temps de chargement horriblement longs, en particulier après le lancement d’une chanson.

Enfin, l’autre aspect technique agaçant du jeu prend sa source sur l’impossibilité d’enregistrer un profil, vous obligeant à chaque bon score (le maximum étant de 3.000.000, là où la version précédente plafonnait les notes à 10.000) à rentrer votre nom et prendre une nouvelle photo, un procédé pouvant rapidement casser le rythme si vous vous servez du jeu pour animer une soirée. Bref, de party, ce Singstar n’a pas grand-chose non plus.

La base ou le catalogue

Mais revenons un peu sur la tracklist proposée dans le jeu. Si vous pouvez d’emblée jouer avec trente titres disponibles, vous ne les connaîtrez probablement pas tous car certains ne sont pas vraiment de véritables tubes. En revanche, on retrouve de très bonnes surprises notamment côté rock et la diversification des titres permettra de passer un bon moment même si certains ne sont pas très adaptés à un jeu de karaoké.

Le Singstar Mic n’est pas du tout fiable et plombe complètement l’expérience de jeu

Et si la trentaine de chansons 100% anglophones ne vous suffisent pas, vous pourrez toujours mettre la main au porte-monnaie et faire l’achat de nouveaux titres sur le Singstore pour la somme d’1,39€ par clip téléchargé. Pour les habitués de la licence, certaines chansons téléchargées pour le précédent opus peuvent de nouveau venir agrémenter votre tracklist (malheureusement ce n’est pas le cas de tous les titres). En revanche, le catalogue proposé sur la boutique reste plutôt juste.

Dix ans d’évolution ?

Singstar : Ultimate Party ne tient pas vraiment ses promesses. Si le jeu saura amuser le temps d’une soirée ou deux, il se limite à jouer en solo ou affronter un seul ami. Si on aime le karaoké, ce n’est même pas là le but du jeu puisqu’il s’agira uniquement de conserver les bonnes tonalités. Un concept qui pourra lasser rapidement et en particulier quand on aura atteint le bout des quelques chansons que l’on connaît dans le tracklist. Pour couronner le tout, les problèmes techniques et les limites de jeu viennent gâcher une expérience qui pourrait pourtant être vraiment fun. Alors qu’on aurait pu avoir une version beaucoup plus élaborée avec la possibilité de jouer à plusieurs, de chanter sans un gadget en utilisant la Playstation caméra, Ultimate Party accumule les couacs et s’installe dans un modèle mercantile invitant les joueurs à étoffer sa tracklist en achetant de nouveaux titres sur le Singstore. Enfin, la plus grande innovation de la licence qui est le Singstar Mic, une application pour smartphone qui sert de compagnon au jeu et permet d’utiliser son mobile comme micro, n’est pas du tout fiable et plombe complètement l’expérience de jeu. Bref, la licence semble plus près d’avoir régressé que d’avoir amélioré sa gamme.

La bande-annonce

Réalisation: 11/20

Singstar reprend son concept de base qui a fait son succès, celui de proposer au joueur de chanter sur un karaoké en faisant la meilleure performance possible. L’Ultimate Party apporte avec elle son application pour smartphone dédiée, celle-ci servant de micro sans fil et de trieur de tracklists. Problème, l’application  n’est vraiment pas terrible et manque de précision. De nombreuses autres difficultés techniques viennent également gâcher l’expérience de jeu.

Gameplay/Scénario: 11/20

Trop basique, Singstar se contente de proposer un karaoké où les paroles peuvent être incorrectes puisque seule la justesse de vos tonalités sera prise en compte. De plus, il est uniquement possible de jouer en solo ou en affrontant un seul ami. Il aurait été pourtant possible de créer des modes de jeu différents avec des niveaux de difficultés ou la possibilité de jouer en tour par tour à plusieurs. Un peu trop juste donc pour un jeu de karaoké en 2014 puisque la concurrence propose beaucoup mieux.

Bande-Son: 12/20

La tracklist de base est plutôt correcte, proposant une trentaine de titres aux genres variés. En revanche, ceux-ci sont uniquement anglophones et certains sont inconnus au bataillon. Pour compléter sa collection de chansons, il est toujours possible de mettre la main au porte-monnaie en se connectant au Singstore, moyennant le tarif assez élevé de 1,39€ par clip téléchargé.

Durée de vie: 9/20

Le jeu lasse rapidement et agace par ses défauts. Si un karaoké une fois de temps en temps peut amuser les groupes d’amis, la limite de deux joueurs et l’unique mode de jeu empêchent le fun. Les différents défauts techniques comme les temps de chargements longs ou l’instabilité de l’application vous feront probablement raccrocher le micro rapidement. A moins que, vraiment, vous ne soyez extra-fan du concept de fredonner des chansons devant votre console.

Note Globale N-Gamz.com: 11/20

Avec un titre pareil, Singstar Ultimate Party aurai pu faire tellement mieux. La licence a pourtant passé dix ans a essayé de faire évoluer ses jeux. Si l’idée d’une application smartphone servant de compagnon au jeu (et permettant de se passer de l’achat d’un micro USB) peut paraître séduisante sur le papier, elle a ses limites et son instabilité et son manque de précision sont vraiment décevants. Face à la concurrence, Singstar ne tire pas vraiment son épingle du jeu, ne proposant qu’un seul mode de jeu et à deux joueurs maximum. L’Ultimate Party pourrait peut-être bien être l’ultime titre de la licence.



About the Author

CerberusXV3
CerberusXV3
Un smartphone greffé dans la main gauche, une manette dans la droite, polyvalente, rebelle, débrouillarde, un poil geeky, tatouée, piercée, pas fataliste mais réaliste, n’aime pas les préjugés, addict au café et à la junk-food, bref : comme tout le monde, mais en pire.