Review

Quand Crytek a présenté pour la première fois un trailer de son Robinson: The Journey à destination du PlayStation VR, tout le monde est resté en admiration devant la maîtrise graphique du studio et les promesses d’immersion du projet. Il faut dire que déambuler sur une planète hostile au beau milieu des dinosaures dans l’espoir de trouver les survivants d’un crash spatial, avait de quoi titiller nos envies les plus folles. A présent que le titre est enfin sorti, on peut dire qu’avec le surpuissant Cry Engine, vous allez vivre cette aventure… comme si vous y étiez! Attention cependant, ceux qui s’attendaient à un blockbuster hollywoodien bourré d’action façon Jurassic Parc futuriste risquent d’en être pour leurs frais: ce Robinson va vous demander d’explorer et surtout… de réfléchir!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 19/20

Honnêtement, après avoir pu contempler le design artistique et la réalisation dantesque de Batman Arkham VR, on pensait avoir vu ce que le PlayStation VR pouvait offrir de mieux, en se disant hélas qu’un tel niveau de réalisation ne pouvait être atteint qu’au travers d’un jeu terriblement statique. Et pourtant, Crytek et son Cry Engine nous prouvent le contraire en nous téléportant dans une jungle hostile et luxuriante bourrée de végétation et de créatures, avec une finesse du trait et un niveau de détail qui force le respect malgré un léger flou au loin… et sans que cela ne ralentisse un seul instant! Une prouesse rendue possible par un ajustement des textures bien pensé au fur et à mesure que l’on se rapproche des éléments, qui pourrait presque passer inaperçu au beau milieu de cette densité végétale et de ces panoramas à couper le souffle. Ouvrez la porte de votre pod de survie… vous allez être soufflé par la beauté de l’horizon jurassique!

Gameplay/Scénario: 18/20

Si certains regretteront de ne pouvoir jouer avec le PS Move, on saluera l’excellente gestion des mouvements, des interactions et de l’escalade avec la DualShock 4, les développeurs ayant automatisé certain processus pour nous faciliter la tâche (cible de la lévitation d’objets à la vue, mains qui apparaissent automatiquement en face de nous quand on peut escalader une paroi). Cela couplé avec pas moins de 3 modes de déplacement pour les plus ou moins sujets au motion sickness permet de se sentir réellement libre de ses actions dans cet univers ô combien immersif et dangereux. Attention cependant, le titre se la joue « cool » la plupart du temps, afin de vous laisser tout le temps d’explorer les cinq zones offertes pour trouver le meilleur moyen d’accéder à votre objectif (il y en a plusieurs). Les énigmes sont bien pensées et certaines pourraient même vous bloquer quelque peu si ne vous faites pas montre d’un bon sens de l’observation et de la physique. Le côté recherche d’unités mémorielles pour s’imprégner de l’histoire, l’analyse des diverses espèces animales et le dressage de votre T-Rex Laïka sont également des plus pour diversifier le gameplay, sans parler du scénario qui va vous tenir en haleine tout du long, avec un joli cliffhanger à la fin.

Bande-Son: 19/20

Intégralement doublé en français (une nécessité pour profiter pleinement de la réalité virtuelle) et bénéficiant d’une bande-son mystico-épique à souhait, ce Robinson The Journey incorpore également des bruits environnementaux de toute beauté qui vous propulsent, dès les premières secondes, en pleine jungle jurassique, entouré de titanesques dinosaures et de bêtes étranges. Fermez les yeux… vous y êtes!

Durée de vie: 14,5/20

Robinson: The Journey se boucle en 5 heures, et 2 à 3 de plus pour atteindre les 100% de cartographie, analyse des espèces animales et récolte des enregistreurs audio de l’équipage de la station spatiale. Après, vous pouvez vraiment rester bloquer sur l’une ou l’autre énigme, mais le fait qu’elles possèdent souvent plus d’une approche pour les résoudre devrait vous permettre de vous en sortir. Alors oui, pour 60 Euros, certains trouveront le constat un peu amer… mais c’est un peu la norme dans les jeux en réalité virtuelle: une durée de vie moins grande que les triple A sur télé classique… mais quelle immersion!

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Ne cherchez plus le plus beau jeu du PlayStation VR, vous l’avez en face de vous! Alors que l’on pensait tous que Batman Arkham VR tiendrait la première place du podium pendant de longs mois, voilà que Crytek et son surpuissant Cry Engine nous livrent, avec ce Robinson: The Journey, une jungle jurassique dense, luxuriante et incroyablement peuplée pour des déplacements totalement libres, des séances d’escalades vertigineuses, des énigmes intelligentes et des panoramiques aptes à vous décrocher la mâchoire malgré un petit effet de flou au loin (une constante dans les jeux PS VR). Certes, la durée de vie de 5 heures à 60 Euros pourrait refroidir certains gamers qui s’attendaient à un Open World titanesque en lieu et place des cinq zones restreintes proposées ici, mais le titre offre une telle immersion et un tel spectacle qu’il doit faire partie de votre ludothèque impérativement. Et dire que nous ne sommes qu’au début du PS VR…



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!