Review

Saga phare de l’animé japonais robotique, Gundam est sans doute le plus beau représentant du genre « Mecha » qu’a pu engendrer l’archipel nippon. Si les nostalgiques lui préféreront le Goldorak de notre enfance ou le très (trop) philosophique Evangelion, force est de constater que Gundam a pour lui une durée de vie titanesque puisqu’il fut créé… en 1979 ! Allant forcément de pair avec le succès ciné et télévisuel, une pléthore de jeux vidéo a vu le jour mais nombre d’entre eux n’ont jamais franchi les frontières du Pays du Soleil Levant. Alors quand on a appris que le nouveau Gundam Extreme VS Force sur Vita débarquait chez nous, on n’a pas hésité… et en voici le test !

Un tournoi pour les diriger tous

Participez au 13ème tournoi de méchas pour déterminer qui dirigera les colonies!

Participez au 13ème tournoi de méchas pour déterminer qui dirigera les colonies!

L’histoire de ce Gundam Extreme VS Force se déroule en l’an 60 du Futur Century.  Les ressources de la Terre étant quasiment épuisées, l’Humanité a été contrainte de coloniser l’espace. De fait, chaque nation possède à présent une colonie et tous les quatre ans, un tournoi de méchas (les fameux Gundam) a lieu afin que le vainqueur octroie le droit à son pays de gouverner tous les autres jusqu’à la prochaine joute. Nous suivons donc le 13ème tournoi du genre, dans la peau de Domon Kasshu, le pilote du Neo-Japon, accompagné de sa fidèle équipière Rain Mikamura. Sous la couverture d’un simple participant, notre héros recherche surtout des informations sur le vol d’une machine terriblement dangereuse.

Mecha VS… Mecha

Ce Mobile Suit Gundam Extreme VS Force nous propose d’entrée de jeu deux modes distincts. Tout d’abord le « Extreme Force » qui représente l’histoire principale. Son action se déroule au sein d’une arène dans laquelle vous allez devoir accomplir une mission donnée par combat, comme protéger ou détruire un warship ou encore capturer une zone. Pour les connaisseurs de la série, sachez que ce mode se réfère directement à l’Universal Century, le calendrier fictif de la licence. Vous y incarnez une intelligence artificielle, accompagnée de Tereno et Aire, voyageant dans les différentes réalités virtuelles pour revivre les prestigieuses batailles qui y sont référencées. A noter que vous pourrez également prendre le contrôle des machines de la Fédération, en plus des dizaines de Méchas disponibles.

Une jouabilité facile d'accès... trop peut être

Une jouabilité facile d’accès… trop peut être

Le mode VS Extend, quant à lui, nous propose du Free Battle qui permet d’entamer librement n’importe quel combat, accompagné d’un allié contrôlé par l’I.A., et de le paramétrer à sa guise : type de mécha, équipe, durée de la mission, … tout est modifiable avant d’entamer l’affrontement contre deux autres adversaires. On trouve également, toujours en Extend, le Course Battle constitué de plusieurs missions destinées à être réalisées le plus rapidement possible sur divers niveaux de difficulté. Un score s’accumule en fonction des résultats obtenus. Enfin, le dernier mode n’est autre que le Force Battle qui vous donne la possibilité de combattre aux côtés d’un ami en coop locale pour des captures de bases et des éliminations de vaisseaux, ou tout simplement d’affronter votre meilleur pote ! Hélas, aucun mode online n’a été implanté…

Simple à jouer

Le gameplay de ce Gundam sur Vita, qui se présente comme un TPS en arène à la troisième personne façon Virtual ON, se veut très aisé à prendre en main : la touche carré pour tirer avec l’arme à feu, triangle pour l’épée, croix pour sauter, l’enfance de l’art.  Il est également possible de se mettre en garde ou d’utiliser une attaque spéciale spécifique à chaque Mecha, telle qu’un shoot de lance-roquette, une puissante frappe au sabre, etc… A noter que vous pourrez également vous élever dans les airs histoire de varier les plaisirs et autres angles d’approches.

Certaines missions proposent de la capture de zones en duo, mais l'animation en paie le prix

Certaines missions proposent de la capture de zones en duo, mais l’animation en paie le prix

Niveau infos sur l’écran, vous aurez à disposition une mini-carte qui sert également de radar, un chrono pour bien vous mettre la pression, un compteur de munitions (si vous êtes à court, il suffit d’attendre pour qu’elles se rechargent automatiquement), et surtout la sacro-sainte jauge de durabilité. Si cette dernière tombe à 0, c’est la destruction pure et simple de votre mécha.

En jeu, les sensations se montrent plutôt plaisantes, même si l’on déplorera au final le faible nombre d’actions possibles et la répétitivité de l’ensemble.

Beau comme un Mécha ?

Graphiquement, les cinématiques du soft réalisées façon Visual Novel sont plutôt réussies, tout comme les incrustations en plein combat, nous faisant retrouver avec plaisir et dynamisme les personnages phares de l’animé. Malheureusement, une fois dans la bataille, le moteur de jeu est loin d’être ce qui se fait de mieux sur PlayStation Vita : les Mechas sont un peu trop pixellisés, les maps et autres arènes trop simples, trop peu détaillées et manquant cruellement de variété. L’animation a également tendance à méchamment ramer dès que l’action s’emballe. Heureusement que les effets spéciaux sont plutôt travaillés et que certains boss se montrent vraiment gigantesques.

Si les incrustations en animé sous superbes, on ne peut pas en dire autant des méchas

Si les incrustations en animé sous superbes, on ne peut pas en dire autant des méchas

Niveau bande-son, si les musiques ne resteront pas dans les annales (classiques pour une adaptation d’animé hélas), on soulignera le très bon opening et les voix japonaises qui feront plaisir aux fans. Dommage, par contre, que la traduction de ces dernières se fasse uniquement en anglais sur votre écran… jeu de niche oblige on dirait. Enfin, les bruitages font leur boulot, sans plus.

Pour les fans only

Mobile Suit Gundam Extreme VS Force offrira de chouettes sensations de jeu aux fans de la saga, qui retrouveront avec plaisir des combats en zone fermée façon Virtual On, principalement en 2 contre 2, mais aussi des missions de captures de zones plutôt sympathiques histoire de varier le plaisir. Le souci, c’est qu’il est totalement hermétique pour le non adepte de la saga, et propose un gameplay terriblement répétitif et simpliste, sans parler de son moteur 3D souffreteux dès que l’action s’emballe et de l’absence totale de mode réseau. Il ne sortira donc clairement pas du cadre de « petit jeu sans prétention mais amusant pour les fans ». A vous de voir si vous faites partie de ceux-ci.

La bande-annonce

Réalisation: 11/20

Si on apprécie les cinématiques animées et le style visual novel du scénario et des incrustations en plein combat, on déplorera le moteur 3D proposant des maps trop étroites, des textures pixellisées et surtout une animation qui a tendance à souffrir lorsque trop de choses se passent à l’écran.

Gameplay/Scénario: 12/20

Le gameplay est très simple d’accès. Trop simple en fait car hormis l’attaque spéciale de chaque Mécha, on a l’impression de faire toujours un peu la même chose. Le scénario, quant à lui, vous permettra de revivre certains combats clés de la licence Gundam, ce qui ne parlera réellement qu’aux fans.

Bande-Son: 13/20

L’opening est excellent, tous comme les doublages japonais de qualité. Si les bruitages sont plutôt convaincants, on pestera par contre contre les mélodies parfois trop génériques des combats, même si aucune n’est déplaisante à écouter.

Durée de vie: 11/20

Pour terminer les quatre chapitres du mode histoire, comptez une dizaine d’heures, ce qui reste raisonnable pour ce genre de jeu malgré le fait que l’on aurait pu en proposer bien plus avec une saga pareille. A côté de cela, vous pourrez toujours pratiquer un scoring mode ou une coop en locale, mais rien n’est prévu en réseau.

Note Globale N-Gamz.com: 12/20

Mobile Suit Gundam Extreme VS Force sur PlayStation Vita se révélera très plaisant à pratiquer pour le fan, notamment grâce à ses nombreux personnages jouables issus de la saga, à ses joutes nerveuses et à son respect de l’histoire originelle. Par contre, les nouveaux venus risquent d’être largués, et ce n’est pas le gameplay, certes facile à prendre en main, mais hautement répétitif, ni le moteur de jeu un peu bancal qui rattraperont le tout.



About the Author

Chizuna
Chizuna
Passionnée de jeux vidéo depuis l'âge de mes 7 ans, j'ai commencé à jouer à des survival horror tel que Resident Evil mais je suis avant tout une grande passionnée de RPG, surtout les Final Fantasy et plus particulièrement le VII et le X. Depuis peu, je me suis mise à jouer à des FPS. Pour les mangas, j'aime beaucoup les seinens, particulièrement ceux axés sur le thriller (Doubt, Judge et Consuctor), J'aime aussi le shonen avec une petite préférence pour Arata. Je vais très souvent au cinéma, au minimum deux fois par mois et mes genres de prédilection sont le fantastique, l'horreur, l'action et les films de guerre.