Review

Vous sentez vous l’âme d’une princesse ? Bon ok, dit comme ça, l’envie n’est pas pressante…on se voit déjà dans l’univers de la célèbre poupée blonde. Et bien détrompez-vous ! Long Live the Queen vous propose d’incarner une jeune fille de quatorze ans, propulsée dans un univers sans foi ni loi, où coups de couteaux dans le dos et «alliés» intéressés sont légion. Vos choix dans l’éducation de la belle et le discours qu’elle devra tenir dans diverses situations influenceront la suite des évènements.  Prêt(e) à tout faire pour que la belle soit couronnée ?

Il était une fois

A vous d'instruire la jolie Elodie afin qu'elle devienne… Reine!

Editeur et développeur, Hanako Games est un habitué du genre jrpg ou encore visual novel. Ce genre ne vous dit rien ? Asseyez-vous et ouvrez grand les oreilles : Tatie Lady va vous donner un petit cour ! Le visual novel est un style très populaire au Japon, offrant des jeux ressemblant plus à des livres animés interactifs qu’à un jeu traditionnel comme on a l’habitude d’en voir. Long Live The Queen reprend aussi bien le style précité pour le côté texte défilant sur une image type manga et les divers choix à faire lors de conversations, mais aussi le côté RPG avec des aptitudes à faire évoluer.

Comme toute bonne histoire de princesse et autre conte, le scénario de ce Long Live The Queen commence par un drame, à savoir la mort de la mère de votre héroïne, la jolie Elodie, cette dernière venant tout juste de fêter ses quatorze printemps. Votre but ? Faire en sorte que la princesse reste en vie jusqu’à son couronnement. Et autant dire que cela sera plus facile à dire qu’à faire.

Entre deux humeurs et deux cours de maintien

Choisissez les cours que vous donnerez à la belle

Le gameplay de Long Live the Queen est relativement simple : notre chère et tendre Elodie doit se renforcer dans certaines matières afin de devenir une souveraine avertie. Mais attention ! Son humeur peut vous pénaliser comme vous aider en vous octroyant un pourcentage bonus afin d’apprendre plus vite. Par exemple, si la belle est énervée, faites-la s’entrainer aux armes et elle progressera à la vitesse de l’éclair. Cependant, n’allez pas essayer de lui inculquer l’art de la flatterie alors qu’elle est déprimée, elle n’apprendra rien et vous aurez perdu une journée.

Une fois ses leçons prises (vous pouvez choisir deux matières pour une matinée), vous pourrez décider de ce que la douce fera du reste de sa journée. Ira-t-elle pleurer sur la tombe de sa mère, augmentant sa déprime ? Fera-t-elle le mur afin de s’amuser et d’augmenter sa joie de vivre ? A vous de voir. Bien souvent vous aurez des évènements à gérer, allant de la visite d’une amie à une invitation pour un bal…et selon vos connaissances vous bénéficierez d’options de réponses plus ou moins avancées lors des conversations, débloquant une histoire différente à chaque fois que vous recommencerez une partie. Réussirez-vous à déjouer les stratagèmes de vos ennemis ? Rien n’est moins sûr !

Kawaii attitude même en se prenant des flèches empoisonnées !

Des écrans fixes typiques du visual novel

Du rose bonbon, du bleu pâle, des couleurs pastel, des tenues de magical girl… bref, Long Live The Queen joue à mort dans le style kawaï-girly! C’est joli, mais ça reste figé, malgré les changements d’expressions de la demoiselle selon son humeur. On ressent clairement le côté visual novel du soft. Les interfaces, elles, sont claires et soignées et l’on comprend vite le fonctionnement du jeu qui, en plus d’être intuitif, est chronophage le bougre ! On prendrait presque plaisir à faire mourir la petite Elodie de diverses façons afin d’obtenir les succès qui vont avec.

Bien entendu, la majorité du soft se passe en pure 2D, avec des dessins typés mangas qui sont certes simplistes mais jolis. A noter que le principe de débloquer des tenues selon les matières étudiées est original et sert de boost pour avancer plus vite dans l’apprentissage de son futur rôle de reine. Enfin, la musique de fond est agréable, présente juste comme il faut, mais on se sentira vite seul…pas une voix, pas un dialogue, la problématique des visual novels…

Longue vie à la Reine !

Long Live the Queen est donc clairement une agréable surprise, que l’on aimera faire et refaire à l’infini, choisissant de faire de sa princesse une militaire aguerrie connaissant l’art de la bataille navale mieux que quiconque ou encore de la changer en prêtresse ou encore intellectuelle connaissant l’histoire et les coutumes de toutes les peuplades de chaque continent. Bref, aucune de vos parties ne sera similaire à une autre, et rien que pour ça, le soft vaut le coup d’œil !

La bande-annonce

Réalisation: 14/20

Autant le dire, on ne peut juger un jeu comme Long Live the Queen comme on juge un Battlefield. Les graphismes sont exclusivement basés sur des dessins figés, mais la qualité est présente. Les diverses expressions de notre princesse nous font vite comprendre son état d’esprit sans pour autant s’embêter à ouvrir l’onglet qui nous décrit ses états d’âme.

Gameplay/Scénario: 16/20

Si l’histoire peut paraître mielleuse au départ, on comprend vite que la majorité de l’entourage de la jeune enfant n’est pas aussi gentil et serviable qu’il y paraît. Le scénario est changeant selon l’éducation que vous déciderez d’inculquer à la princesse, offrant une rejouabilité assez impressionnante. Le gameplay est simple et se met en place dès les premières minutes, pas besoin de posséder une dextérité à toute épreuve, vous devrez juste user de votre souris pour vaquer à vos occupations princières telles que boire le thé en mangeant des macarons. Néanmoins, vous devrez absolument faire bosser vos méninges afin de ne pas répéter les mêmes erreurs au cours de vos diverses parties.

Bande-Son: 10/20

Malheureusement, le visual novel n’est pas réputé pour ses bandes-son épiques et mémorables. Vous n’aurez donc droit à aucun dialogue doublé. Il n’y aura que de la lecture au menu, et dans la langue de Shakespeare (cependant il n’est pas nécessaire d’avoir un niveau d’anglais très avancé, je vous rassure). Malgré tout, les musiques de fond sont mélodieuses et loin d’être désagréables.

Durée de vie: 16/20

Une partie peut durer 15 minutes comme des heures. Tout dépendra de vos choix. Seront-ils assez judicieux pour faire couronner notre jeune et jolie princesse, ou la condamnerez-vous à une mort rapide ?

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Long Live the Queen est un titre mignon et et attachant. Son système de jeu rend vite accro : Il y a tellement de choix dans les dialogues,  qui ouvrent à tant de possibilités de nouveaux dialogues, qui eux même ouvrent à de nouvelles possibilités scénaristiques… bref on n’en finit pas et on se mord les doigts quand notre princesse se fait zigouiller, ce qui nous pousse à relancer une partie afin de laver son honneur. Ce petit soft est une touche de fraicheur qui permet de se détendre entre des titres plus sombres, et ce pour la modique somme de 8 Euros à peine. Un assez bon rapport qualité/prix pour les fanas du genre. Sur ce, j’y retourne, j’ai une armada à vaincre !



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !