Review

Suite du très bon Grand Knights History exclusif aux PSP japonaises, Grand Kingdom débarque en Europe sur PlayStation 4 et PS Vita pour nous faire livrer bataille dans un mix alléchant entre Tactical RPG nippon et… MMO ! Le studio Monochrome est-il parvenu à réunir ces deux univers pourtant clairement différents ?

Mercenaire un jour… 

Dirigez un groupe de mercenaires en plein coeur d'une guerre sans fin

Dirigez un groupe de mercenaires en plein coeur d’une guerre sans fin

Uldein, un ancien empire déchu, tente de refaire surface en s’appropriant une par une les terres de votre monde désormais partagé entre quatre royaumes rivaux. Membre d’une guilde de mercenaires dirigée par Godfrey, vous vous retrouvez impliqué dans un incident qui va bouleverser tout le continent. Avec votre troupe de combattants, vous allez devoir partir à l’aventure pour empêcher un sombre futur qui vous fera rencontrer entre autres Lillia Sforza, alias la fille du chef de guilde, mais aussi Flint Poker, guerrier téméraire qui ne recherche que le prestige, ou encore le capitaine des Loups Blancs qui veut être le meilleur de tous et aura tendance à vous provoquer même dans certaines situations délicates.

Si cette brochette de personnages semble haute en couleurs d’un premier abord, vous vous rendrez hélas vite compte que ces derniers manquent cruellement de personnalité, tout comme le scénario inventé pour l’occasion et ô combien banal… Dommage, mais n’oublions pas que le titre incorpore une dimension MMO, non ?

Tactical-MMO ?

Les déplacements se font au tour par tour, façon RPG papier avec un simple pion

Les déplacements se font au tour par tour, façon RPG papier avec un simple pion

NIS America nous propose cette version européenne de Grand Kingdom avec tout le contenu additionnel vendu au Japon, et ce de façon totalement gratuite ! Vous aurez donc accès dès le départ à pas moins de 17 classes (guerrier, archer, arcaniste, healer, lancier, …) et de nombreuses quêtes rajoutées au mode campagne. Ce mode justement, vous propose de vivre l’histoire principale du soft en vous octroyant des missions au nombre de tours déterminés, durant lesquelles il vous sera impossible de sauvegarder. Ces missions se divisent en cinq catégories : aller d’un point à un autre, collecter un certain type d’objet, défendre des zones, battre des adversaires désignées et s’infiltrer dans un lieu donné en évitant tout contact avec l’ennemi. La représentation se fait sous forme de plateau de jeu, avec déplacement d’un pion vous symbolisant, de case en case. Ces dernières peuvent renfermer des pièges, des armes, des trésors mais aussi… être le point de rencontre entre votre faction avec un groupe d’ennemis !

Chaque combat remporté génère des TP, nécessaires pour ouvrir des coffres sur la map ou tout simplement utiliser la capacité spéciale de « terrain » propre à chaque membre de votre équipe (regain d’énergie à votre troupe, détection des items, pose de balistes pour vous protéger, …). Le nombre de tours permis pour clôturer une mission étant assez restreint, vous comprendrez très vite qu’il va falloir réfléchir avant chaque action que vous souhaiteriez entreprendre.

Des combats nerveux et tactiques

Les combats sont clairement le principal atout de Grand Kingdom!

Les combats sont clairement le principal atout de Grand Kingdom!

Parlons maintenant de ce qui fait le sel de tout bon Tactical-RPG : les combats ! Ces derniers nous offrent un très bon mélange entre tour par tour classique et… soft d’action ! Ainsi, votre aire de jeu se décomposé en trois lignes horizontales qui sont autant de profondeurs différentes sur votre décor en 2D. Vous faites face à vos opposants avec votre team de quatre personnages (pas plus), et allez devoir déplacer vos héros en sollicitant une jauge d’action. Vide, vous ne pouvez plus bouger… mais vous pouvez tout à fait ne pas en arriver et là et laisser un petit quelque chose dans ladite jauge avant de stopper votre tour, ce qui aura pour effet de vous donner un boost de défense supplémentaire en cas d’assaut adverse. Après avoir placé votre combattant, vous allez devoir sélectionner son attaque, très différente en fonction de la classe choisie.

Chaque classe se maîtrise radicalement différemment des autres!

Chaque classe se maîtrise radicalement différemment des autres!

Ainsi, les archers verront apparaître une ligne de trajectoire pour leur flèche et devront appuyer sur rond au bon moment pour toucher au but, les mages auront besoin d’un temps de concentration pour leurs sorts tandis que les guerriers effectueront des combos à chaque pression sur la touche d’action, lesquels seront à paramétrer avant la rixe pour faire le plus long enchaînement possible. C’est justement l’une des grandes forces de ce Grand Kingdom : sa diversité de gameplay en fonction des personnages incarnés. Ajoutez à cela une gestion du terrain avec la pose de barricades, de tonneaux explosifs ou encore de tours de guets, et vous comprendrez que les affrontements se révèlent terriblement jouissifs, vous demandant une connaissance parfaite de votre espace histoire de ne pas toucher, lors d’un assaut, l’une de vos unités ou pire… envoyer votre potion de soin dans une zone occupée par l’ennemi !

Le mode online vous propose de choisir une nation parmi les cinq et dassurer sa grandeur

Le mode online vous propose de choisir une nation parmi quatre et d’assurer sa grandeur

L’autre gros atout du soft, du moins sur le papier, réside dans son mode en ligne qui vous propose de rejoindre l’une des quatre grandes nations pour partir en guerre contre le monde entier et obtenir des récompenses alléchantes pour votre partie solo. L’intérêt de prêter allégeance à l’un des royaumes réside surtout dans la possibilité d’accéder à sa boutique nationale offrant des objets que vous ne pourrez jamais récupérer autrement, mais aussi des informations spécifiques ou de nouvelles quêtes et ressources. L’aspect multi rentre principalement en action lors des votes : chaque joueur pouvant émettre son avis sur les royaumes adverses à envahir et les stratégies à adopter, mais également sur tout l’aspect évolutif de la nation. Quelle compétence sera boostée lors du prochain affrontement pour tous les mercenaires, quelles recherches scientifiques doivent être menées pour créer de nouvelles armes et protections… on peut même invoquer un monstre tout puissant, c’est dire !

Les rixes en multi ne vous font combattre que les fantômes des autres joueurs...

Les rixes en multi ne vous font combattre que les fantômes des autres joueurs…

Une fois entré en guerre, vous pourrez choisir le terrain de vos opérations, poser vos défenses et attaquer sans relâche les forteresses adverses jusqu’à les faire tomber. Ces dernières seront protégées par d’autres joueurs… enfin par le « fantôme » de leurs statistiques, ce qui est clairement dommage. De plus, le titre online offre cette désagréable sensation que vos votes et actions ne servent pas à grand-chose, noyées dans la masse des décisions des autres gamers. Fausse bonne idée au final…

Enfin, on signalera que le côté personnalisation est bien présent puisque vous pourrez créer de A à Z les membres de votre équipe en déterminant leur nom, leurs vêtements, leur coupe de cheveux ou encore leur regard et leur voix, avant de leur attribuer divers points de compétence. Sachant que vous pourrez avoir beaucoup d’équipes de quatre combattants sous vos ordres histoire de les envoyer en online combattre à votre place, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie.

Une 2D qui fait envie !

La réalisation graphique du soft est somptueuse pour qui aime la 2D

La réalisation graphique du soft est somptueuse pour qui aime la 2D

Les graphismes en 2D de Grand Kingdom rappellent avec plaisir la beauté des titres estampillés Vanillaware tels que Odin Sphere ou Muramasa, par exemple. Pas étonnant quand on sait le directeur du jeu n’est autre que Tomohiko Deguchi, que l’on retrouvait déjà à l’œuvre sur le dernier cité notamment. Les personnages sont donc furieusement charismatiques, les incrustations façon Visual Novel ultra aguicheuses, et les effets spéciaux lors des combats flattent la rétine. Oui, assurément, le titre de Spike Chunsoft et Monochrome est un très beau jeu et se paie en plus le luxe de nous proposer des décors dessinés à la main.

Les musiques, quant à elles, fleurent bon l’épique médiéval, se révélant entraînantes à souhait et très agréables à écouter en continu. Ajoutez à cela un doublage en anglais ou en japonais très réussi, au choix, et vous comprendrez que rien ne devrait troubler votre plaisir auditif dans ce Grand Kingdom.

Mix improblable mais recette savoureuse ?

Grand Kingdom nous propose un mélange plutôt atypique de Tactical RPG/MMO/Jeu de plateau qu’il n’est pas facile d’appréhender au départ. Néanmoins, pour qui s’arme de patience et n’est pas rebuté par une difficulté plutôt importante, le plaisir est bien présent, notamment grâce à une grosse capacité de création des unités, un spectacle visuel somptueux et une jouabilité très différente en fonction du personnage incarné. Le souci vient donc principalement du fameux mode online dans lequel on se sent bizarrement étrangement seul… ou noyé dans la masse. Dommage, il s’agit justement de l’un des gros arguments de vente du titre.

Notre présentation de la Beta

Réalisation: 17/20

Visuellement, Grand Kingdom est vraiment somptueux avec sa 2D aguicheuse, ses décors dessinés à la main et ses personnages ultra charismatiques dans le plus pur style animé japonais. On sent que l’homme qui se cache derrière le titre a également officié sur l’un des ténors de la 2D : Muramasa !

Gameplay/Scénario: 13/20

Apprendre le gameplay propre à chaque classe de personnage va vous demander pas mal de temps, et une erreur peut vite arriver lorsque vous lancez une attaque, croyez-moi ! A contrario, les rixes ont au moins le mérite de se montrer terriblement dynamiques pour un Tactical. On regrette aussi les tutos un peu trop vite expédiés pour les aspects plus complexes du soft. Enfin, le gros point réside clairement dans l’histoire solo, peu intéressante et dépourvue de personnages réellement attachants.

Bande-Son: 17/20

La bande-son de Grand Kingdom est une totale réussite. Pleine de mélodies épiques médiévales, elle vous plonge de suite dans l’ambiance de ce Tactical-MMO riche en batailles. On appréciera aussi le doublage japonais ou anglais, au choix, et les bruitages des diverses attaques plutôt bien réalisés. Bref, on s’y croit !

Durée de vie: 14/20

Sans les DLC inclus de base dans cette version européenne, la campagne solo se bouclait en à peine 15h. Ici, on tourne facilement autour des 40h. Hélas, toutes ces missions annexes sont loin d’être enthousiasmantes, et l’histoire principale peine à décoller. De plus, le multi qui aurait dû se révéler passionnant vous fait juste combattre les fantômes d’autres joueurs, et les prises de décision par vote sont terriblement impersonnelles. Bref, à moins de vous accrocher pour saisir toutes les subtilités du soft, vous risquez de ne pas avoir le courage d’aller plus loin que le mode story.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Grand Kingdom est clairement un bon Tactical RPG dans son gameplay, qui se veut dynamique à souhait et vous propose une pléthore de classes radicalement différentes les unes des autres, le tout sur fond de réalisation 2D tout bonnement sublime et de bande-son magistrale. Qu’est-ce qui cloche alors ? Tout le reste ! Une histoire principale peu intéressante et trop courte sans les DLC, un mode online bourré de « fantômes » d’autres joueurs et terriblement impersonnel, et enfin une difficulté qui risque d’en rebuter plus d’un, notamment à cause de tutos trop vite expédiés sur des points clés du soft. Bref, si vous vous accrochez, l’investissement vaut le coup… Sinon, il faudra une suite pour parfaire l’excellent concept.



About the Author

Chizuna
Chizuna
Passionnée de jeux vidéo depuis l'âge de mes 7 ans, j'ai commencé à jouer à des survival horror tel que Resident Evil mais je suis avant tout une grande passionnée de RPG, surtout les Final Fantasy et plus particulièrement le VII et le X. Depuis peu, je me suis mise à jouer à des FPS. Pour les mangas, j'aime beaucoup les seinens, particulièrement ceux axés sur le thriller (Doubt, Judge et Consuctor), J'aime aussi le shonen avec une petite préférence pour Arata. Je vais très souvent au cinéma, au minimum deux fois par mois et mes genres de prédilection sont le fantastique, l'horreur, l'action et les films de guerre.