Review

Déjà sorti en 2019 sur PC, Assetto Corsa Competizione y a fait forte impression par la beauté de sa réalisation graphique et la pureté de sa conduite, prenant d’une traite la couronne de reine de la simulation automobile pour les aficionados du genre. De fait, on doit bien avouer que l’on avait un peu peur d’un portage sur consoles de salon qui aurait pu dénaturer ce soft où souci du détail est le maître mot. Kunos Simulazioni a-t-il réussi son pari un peu fou de nous livrer les mêmes sensations que l’année dernière, manette en main?

Quantité ne rime pas avec qualité

« La reine des simus PC débarque sur consoles! »

Si pour vous une simulation de conduite doit contenir des centaines de véhicules et des dizaines de circuits vastes et variés, oubliez tout de suite cet Assetto Corsa! En effet, le jeu prend le contre-pied de franchises comme Gran Turismo ou Forza et se concentre uniquement sur les séries GT Blancpain de 2018 et 2019, soit 24 véhicules au total pour 11 circuits! Vous trouvez que c’est peu? Ne vous fiez à cette apparente pauvreté car l’A.D.N. de la licence n’est pas là!

En effet, rien ne vaut le fait de se concentrer sur quelques surpuissants bolides et une paire de tracés pour les reproduire avec une fidélité totalement insensée et faire plaisir aux fans du genre, plutôt que de proposer du réchauffé sur une kyrielle d’automobiles. Et en ce sens cet opus Competizione parvient à nous bluffer par son niveau de détail plutôt dingue et surtout… cette impression de réellement conduire ces monstres de puissance!

Des modes classiques

« D’excellentes sensations de conduite si vous avez le matos »

Idem au rayon des modes de jeu puisque le bébé de Kunos ne propose que du basique avec un mode Carrière assez linéaire et fade, un mode solo et un mode multi en course rapide ou événements spéciaux. Pas de course aux permis façon Gran Turismo ou de Collectibles à la Forza Horizon, ici on est là pour ressentir toute la fougue de ces moteurs boostés aux hormones, ces aspérités de la piste, ces changements radicaux dans la direction à la moindre goutte de pluie sur le bitume et j’en passe! Signalons d’ailleurs que si ce volet est jouable à la manette (moyennant des réglages pour rendre le tout moins apte à vous sortir du circuit à la moindre inclinaison du stick), les puristes se jetteront sur un combo volant/pédalier pour avoir un maximum de sensations.

Il faut dire que tout a été pensé dans les moindres détails pour faire frisonner les amoureux de la mécanique, tout étant paramétrable au garage, et ce même dans les plus infimes aspects de votre véhicule. Ceux qui veulent donc mettre les mains dans le cambouis pourront s’en donner à coeur joie, tandis que les débutants bénéficieront de nombreux tutos pour leur expliquer les tenants et aboutissants de la suspension, du survirage, de l’inclinaison, etc… L’aspect simu est là, et pas qu’un peu!

Un Unreal Engine qui a du mal

« Visuellement, ce portage n’est pas à la hauteur de son modèle »

Bref, si tout est parfait sur le plan du gameplay et des sensations ingame, on doit malheureusement avouer que le portage graphique a perdu de sa superbe alors que le moteur de jeu est le même! Et oui, nos consoles actuelles sont déjà vieilles de 7 années et cela se sent: aliasing, vitesse d’animation amoindrie, effets spéciaux moins impressionnants et bugs sont bien présents, ce qui a tendance à gâcher la fête selon nous.

Heureusement que de son côté, la bande-son est inattaquable avec des bruits de moteurs et de réactions de votre voiture réalistes en diable, au point que l’on pourra même détacher ses yeux du compteur de vitesse pour uniquement se fier au vrombissement de son bolide afin de gérer son comportement. Un régal!

La simu reine par excellence?

Si vous avez le matos nécessaire pour en tirer pleinement parti, à savoir un bon volant à retour de force et un pédalier digne de ce nom, vous prendrez un plaisir fou à maîtriser les voitures de cet Assetto Corsa Competizione qui pêche hélas par un mode carrière très loin de la concurrence en termes d’intensité et de narration, mais aussi et surtout par une réalisation bien en deçà de son homologue PC. Alors si vous avez l’argent, foncez vers la mouture sur ordi, mais si ce n’est pas le cas, sachez que le titre vous prodiguera de très bonnes sensations sur consoles, ce qui n’est déjà pas si mal en attendant, qui sait, une relève de choix et bardée de contenu avec Gran Turismo 7 sur PlayStation 5?

Le Trailer

Réalisation: 13,5/20

C’est assurément le gros point noir de ce portage: une réalisation loin d’être aussi bluffante que sur PC, la faute à la puissance réduite de nos machines de salon actuelles mais aussi à un Unreal Engine qui semble un peu mal maîtrisé sur PlayStation 4 et Xbox One par Kunos. En résultent pas mal d’aliasing, des bugs un peu étranges, des effets spéciaux moins réalistes et une vitesse d’animation forcément amoindrie qui ont parfois tendance à nous sortir de l’immersion. Mention spéciale par contre à la réalisation des voitures criante de vérité et au tracé des circuits conçu grâce à un scanning laser.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario est terriblement plat et le mode carrière suit la donne alors qu’on aurait adoré suivre le récit d’un coureur et ses aléas et inimitiés éventuelles dans le championnat. Ici, c’est impersonnel au possible. Niveau gameplay, par contre, le soft est inattaquable pour les pros de la simu qui y trouveront simplement le titre le plus complet à ce jour en termes d’options mécaniques et de réglages automobiles. Ajoutez à cela des sensations grisantes au volant, et vous comprendrez tout le plaisir que dégage le bébé de Kunos, du moins si vous avez un volant et un pédalier car à la manette, vous êtes parti pour pas mal de customisation avant d’être à l’aise.

Bande-Son: 20/20

Parfaite, tout simplement. Le vrombissement des moteurs est un régal pour les oreilles et les bruitages liés aux réactions de votre bolide sont incroyablement réalistes.

Durée de vie: 13/20

Tout dépend dans quelle catégorie vous vous trouvez. Si vous souhaitez maîtriser votre véhicule au millimètre près et péter le chrono online, vous en aurez assurément pour votre argent. Par contre, si vous recherchez une pléthore de voitures et de circuits, vous risquez de rester carrément sur votre faim.

Note Globale N-Gamz.com: 15,5/20

S’il a toutes les cartes en main sur le plan de l’aspect simulation pure grâce à un gameplay maîtrisé de bout en bout, des sensations de conduite hors normes et un souci du détail affolant dans les options mécaniques des véhicules, Assetto Corsa Competizione aurait mérité un contenu un peu plus riche mais surtout un moteur de jeu plus performant sur consoles. Cela l’empêche d’atteindre les cimes vidéoludiques espérées par son développeur, mais gageons qu’une itération sur Next-Gen permettra au soft de libérer le plein potentiel qui nous a enivrés sur PC!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!