Review

Sorti en juillet 2015 au Japon, Aegis of Earth : Protonovus Assault débarque enfin chez nous en ce printemps 2016, sur PS Vita, PS3 et PS4. Développé par Acquire, studio japonais notamment à l’origine du très déjanté Akiba’s Trip ou de l’ovni Rain, le titre nous fait miroiter un jeu tout aussi original et décalé. Aegis of Earth est-il le tower defense au gameplay unique que l’on espère ? N-Gamz l’a testé pour vous.

Une ville sous protection

Une fine équipe sera présente pour vous épauler!

Une fine équipe sera présente pour vous épauler!

L’aventure de Aegis sur déroule sur Terre, mais à une période sombre, où les monstres sont légion et les cités régulièrement détruites. Vous êtes nommé en tant que Commandant de Kimberley, petit endroit paisible situé en Australie. Très vite, vous faites la connaissance de votre équipage, plutôt restreint, de quatre membres.

C’est Towa, votre assistante, qui vous expliquera le fonctionnement du jeu, tout au long de celui-ci, et non sans humour. Vous dirigez ainsi votre ville depuis la Tour de Contrôle, située au centre de celle-ci. De là, vous avez une vue circulaire sur l’environnement alentour. Votre mission ? Tout faire pour garder votre métropole sûre et paisible, donnant ainsi l’envie à plus de migrants de venir s’installer chez vous, ces derniers étant indispensables à votre économie.

Et on fait tourner… les maisons !

Vous êtes donc le responsable d’une ville entière. S’il faut veiller à la défendre, il faut bien évidemment aussi s’intéresser à son développement. De fait, si la cité dispose d’une enceinte extérieure circulaire, elle est également bâtie sur plusieurs cercles intérieurs concentriques. Chacun de ces cercles peut être bougé indépendamment des autres (pratique quand on n’aime pas ses voisins) afin d’adapter votre stratégie de combat en temps réel. Du combat ? Et oui, dans Aegis, les monstres vous attaquent sans relâche. Vous devrez donc construire des résidences et des lieux de détente pour vos habitants ; mais aussi et surtout mettre en place des armes terriblement efficaces afin de ne pas laisser les ennemis s’approcher. Vous l’aurez compris, Aegis a tout du Tower Defense stratégique, dans lequel il faudra placer vos armes de façon judicieuse pour défaire vos opposants. Notons qu’une fois une unité bâtie, que ce soit une résidence ou un armement, vous aurez toujours le loisir de la déplacer histoire de revoir vos options de combat.

Un Tower Defense Rotatif Post-Apocalyptique... il fallait oser!

Un Tower Defense Rotatif Post-Apocalyptique… il fallait oser!

Les phases de combat, justement, venons-en. Appelées « strikes », elles rythmeront votre aventure en vous obligeant à effectuer diverses rotations de votre cité, sous votre contrôle, afin de repousser l’envahisseur. En effet, vos armes visent automatiquement les intrus, mais uniquement dans un certain sens et à une certaine portée ; à vous donc de les placer de façon efficace. Les ennemis peuvent arriver de toutes parts, à 360 degrés, et il faut donc être très attentif pour ne pas les laisser entrer dans vos murs. Pour vous aider, un petit signal « emergency » vous indique d’où arrivent les prochains monstres. Niveau gameplay, les affrontements sont souvent rapides et se déroulent sur plusieurs fronts, ce qui vous assure une bonne montée d’adrénaline ! Au fur et à mesure du jeu, la prise en main de ce système original devient plus familière, mais les ennemis plus puissants et plus difficiles à repousser également, le challenge se montrant de taille.

Lorsque vous survivez à une attaque, vous obtenez plusieurs récompenses : votre ville gagne en niveau et vous récoltez de l’argent et des cristaux. Le level de bonheur de votre cité augmente également, et de nouveaux résidents viendront y poser leurs bagages. Les fonds et les cristaux vous servent à construire de nouvelles unités tandis que les résidents, en payant des taxes, vous fournissent … plus de fonds ! Evidemment, le côté stratégique se prépare également hors combat. Durant les phases de repos, vous aurez ainsi accès à différents menus qui vous permettront de gérer votre équipe, ou encore de vous occuper de la section Recherche et Développement pour construire des armements de plus en plus puissants.

Un visual-novel-tower-defense

Visuellement, Aegis souffre de son support nomade, old-gen et next-gen, qui tire les visuels vers le bas

Visuellement, Aegis souffre de son support nomade, old-gen et next-gen, qui tire les graphismes vers le bas

L’univers de Aegis nous dépeint un monde post apocalyptique. Les villes, entourées de hauts murs, se trouvent encerclées par des environnements désertiques et peu avenants modélisés en 3D. En total contraste avec cet univers morne, les personnages sont eux dotés d’un design manga futuriste et se montrent tous haut en couleurs. Chacun dispose de son caractère propre et il est certain que vous trouverez vite un chouchou grâce à leur look qui fait furieusement penser à du J-RPG ou du Visual Novel pure souche.

Rassurez-vous, cette différence de traitement entre les décors en 3D et les personnages en 2D n’est pas choquante ; bien que l’on ressente assez fortement que les capacités de la Next-Gen sont largement sous-exploitées pour ce jeu. Attention, le titre est loin d’être laid mais il paraît évident qu’il a été créé pour pouvoir convenir aux trois consoles de Sony que sont la PS Vita, la PS3 et la PS4. Certains aspects graphiques nous apparaissent donc moins pertinents selon les consoles.

Niveau bande-son, Aegis est doublé en anglais, et les dialogues sont plutôt de bonne facture. La musique est sympathique et les bruitages plutôt réussis. Certes, on ne retiendra pas de thème particulièrement épique, mais l’habillage sonore convient parfaitement à l’univers du jeu.

Classique et original à la fois ?

Avec son gameplay novateur et efficace pour un genre déjà surpeuplé, Aegis of Earth mérite clairement le titre de « bon jeu ». Ses lacunes graphiques et légers temps morts le privent hélas d’une place parmi les « grands softs », mais il est certain que les fans de Tower Defense et de stratégie en général se montreront conquis par le challenge offert et l’univers dépeint. Une bonne pioche !

La Bande-Annonce

Réalisation: 14/20

Jeu techniquement prévu aussi bien pour PS Vita que pour PS4, Aegis présente forcément quelques faiblesses graphiques qui, rassurez-vous, ne rendront pas le soft visuellement désagréable pour autant. Dommage que cette 3D pèche un peu ; car le design des personnages est de bonne facture et ne souffre d’aucun défaut majeur.

Gameplay/Scénario: 15/20

Le gameplay, novateur, repose sur un système bien huilé et qui fonctionne ! Très immersif, il fait la grande force de ce jeu. Le scénario, quant à lui, reste plutôt basique, votre mission étant somme toute classique. L’aventure vous promet néanmoins de longues heures de customisation passionnantes de votre ville… et de chouettes montées d’adrénaline !

Bande-Son: 14/20

Une bande-son et des bruitages plus que sympathiques ; accompagnés d’un doublage anglais plutôt réussi, il n’en faut pas plus pour habiller ce soft même si on ne retiendra aucun thème particulièrement épique.

Durée de vie: 16/20

Avec une bonne durée de vie de 15h, plus que raisonnable pour un Tower Defense, Aegis of Earth saura faire travailler vos méninges et aiguiser votre sens tactique.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

S’adressant à un public plutôt restreint de fans de Tower Defense sur console, Aegis of Earth s’est permis d’être original et ça lui réussit ! Bien que n’exploitant pas toutes les capacités de la Next-Gen, ce jeu possède de nombreuses qualités qui sauront convaincre les gamers les plus stratèges.



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie