Review

Des Tower Defense, il y en a pas mal sur PC et Android, c’est un fait. Pourtant, Space Run, qui fait partie de la même lignée, dispose de certaines particularités plutôt originales. Tout d’abord, c’est à vous, joueur, de partir d’un point A pour rejoindre un point B. On est loin du côté statique propre au genre. De plus, ce n’est pas un terrain que vous allez grever de nombreux canons et autres pièges, mais bien votre vaisseau spatial tout entier afin de vous protéger de la menace de l’espace! Et quand on sait que le soft n’a été développé que par une seule personne, un français du nom de Sylvain Passot, d’office on ne peut que se montrer intéressé. Alors prenez votre ticket et embarquez avec N-Gamz pour un voyage qui va… secouer !

Livraison rapide et sûre, quand il vous le faut pour hier !

L’espace est truffé d’ennemis en tout genre : pirates, astéroïdes et bien pire encore!

Nous sommes en 2525, les humains ont conquis les galaxies et l’espace n’est plus l’ultime frontière. Les menaces y sont néanmoins nombreuses : pirates féroces, énormes astéroïdes, anomalies imprévisibles, aliens hostiles et j’en passe ! Notre héros, Buck Mann, est un Space Runner, un coursier interstellaire et solitaire. Un capitaine qui a eu ses heures de gloire dans le circuit des courses spatiales, mais qui est aujourd’hui endetté jusqu’au coup, devant beaucoup d’argent à la pègre. Pour gagner sa vie, il doit parcourir les contrées les plus lointaines pour livrer toutes sortes de marchandises. Aidé de son copilote androïde, Adaam-12, il aura comme objectif de gagner en réputation pour obtenir des clients et des contrats de plus en plus dangereux. Buck ne pose qu’une seule question : « C’est payé combien ? ».

PASSTECH Games, le développeur, est une nouvelle société indépendante de jeux vidéo. Créée en octobre 2012 par Sylvain Passot, elle est établie à Lyon en France. Space Run, édité par Focus Home Interactive, est leur tout premier opus, en quelque sorte « son » premier car il est le seul membre de cette entreprise. Même s’il a fait l’intégralité du développement, il a quand même été aidé par d’autres indépendants notamment pour les designs. Avant de fonder sa société, Sylvain a travaillé dans l’industrie du jeu vidéo pendant 10 années en tant que programmeur.

C’est payé combien ?

Avant chaque sortie, il faut préparer son vaisseau pour protéger au mieux les marchandises

SpaceRun est un jeu de stratégie du style Tower Defense. Originalité, le terrain n’est pas statique puisqu’en tant que livreur on va devoir se déplacer de planète en planète afin de faire transiter notre précieuse marchandise. C’est donc votre vaisseau qui servira de terrain de jeu à défendre, traversant l’espace en détruisant tout ce qui pourrait vous empêcher d’atteindre votre destination, le tout à travers un seul et unique mode de jeu scénarisé.

Votre vaisseau est composé de pièces hexagonales, permettant d’y créer des constructions, mais aussi d’une cabine de pilotage que l’on pourrait considérer comme son cœur. C’est bien simple, si elle est détruite, c’est terminé! Le gameplay se fait intégralement à la souris, et le tout se maîtrise rapidement grâce à un tutoriel plutôt bien fichu. Ainsi, on vous apprendra que vous pouvez déplacer la caméra vers le bord de l’écran pour voir d’où arriveront les prochaines menaces. Petit bémol, l’impossibilité de zoomer, qui rend parfois certaines rixes un peu brouillonnes visuellement lorsque l’on récupère un énorme vaisseau. A noter que plus vite vous atteindrez votre but et avec le plus de cargaison possible, plus vous gagnerez en réputation, plus elle est élevée, et plus les contrats couleront à flot.

Avant chaque mission, il vous faudra préparer son bâtiment. Vous devrez lui adjoindre un propulseur pour qu’il puisse avancer (durant la mission, vous pourrez en ajouter d’avantage pour aller plus vite) ainsi que des marchandises à livrer qui, parfois, peuvent être très dangereuses. Des passagers pourront également être de la partie mais ils voudront d’office une vue sur l’espace, changeant de fait votre placement de structures. De plus, comme les ennemis arrivent à 360 autour de vous°, il est primordial d’être armé jusqu’aux dents. Ainsi, vous pourrez vous armer de tourelles, qui ont un angle prédéfini et dont il faudra choisir le meilleur emplacement pour éviter les pertes de marchandises car qui dit perte, dit baisse de profit. Sans crédit, il ne sera pas possible d’obtenir de nouveaux modules d’attaque, de défense ou de soutien tels que des canons lasers, missiles, champ de force, etc… Des améliorations, actives ou passives, pour chaque construction peuvent être achetées aussi. Bien entendu, chaque structure a besoin de boulons et d’écrous pour être érigée ou réparée, ces derniers pouvant être obtenus ingame soit via le temps qui passe, soit en détruisant des astéroïdes, divers ennemis ou autres hostilités venues de l’univers. Un simple passage du curseur sur cette matière première suffira à la ramasser. En cas de besoin urgent, et comme dans tout bon Tower Defense qui se respecte, le recyclage de structures inutiles ou mal placées est conseillé. Bien entendu, votre niveau de réputation influera directement sur le type d’armes ou de défenses que vous pourrez construrie.

Buck Mann, à votre service!

Contrairement aux séquences de décollage en 3D, les décors, bien qu’en 2D, ont l’avantage d’être impressionnants et variés

Space Run mélange habilement 2D et 3D pour un résultat assez satisfaisant. Ainsi, si votre vaisseau et les ennemis (très variés) sont en trois dimensions ainsi que les zones de départ et d’arrivée de votre livraison (soit dit en passant, elles sont toujours les mêmes. Dommage), les personnages, eux, sont dessinés en deux dimensions lors des cuts-scenes ou des dialogues, de même que les décors intersidéraux qui, en plus d’être diablement jolis et bourrés d’effets de lumière, ont le mérite d’être hyper diversifiés! Les explosions, tirs et autres joyeusetés pyrotechniques sont, quant à eux, bien réalisés.

Niveau sonore, les voix sont en anglais et très réussies, alors que l’interface visuelle est en français. Les dialogues sont bien construits, pas répétitifs, contrairement aux bruitages qui donnent l’impression, pour le bruit des réacteurs, d’entendre le vent souffler, voire le passage d’une rame de métro, au choix. De plus, le jeu est parsemé de petits crissements aigus lorsque les ennemis apparaissent ou encore au passage de la souris sur les boutons des menus, faute de goût donc. La musique, qui colle parfaitement à l’unives spatial du soft, jouit hélas d’un mauvais équilibrage et, même mise à 100%, ne parviendra jamais à être assez forte par rapport au niveau audio général des bruitages.

Le temps, c’est de l’argent

SpaceRun est un Tower Defense original de par le déplacement même de votre terrain de jeu, même s’il manque parfois cruellement de variété avec son seul et unique mode de jeu. Néanmoins, vu le prix, vous aurez accès à pas mal de niveaux, de constructions et d’améliorations, de même qu’une difficulté très bien dosée. Et quand, en plus, on sait qu’il n’a été créé que par une seule personne principalement, on ne peut qu’avoir une phrase en tête: « Bon boulot! ».

La bande-annonce

Réalisation: 15/20

Pour faire simple, tout ce qui est réalisé en 2D (illustrations, décors, menus) est parfaitement travaillé et visuellement aguicheur. Pour la 3D, par contre, c’est un peu plus basique et moins recherché, mais ça reste plaisant.

Gameplay/Scénario: 15/20

Un scénario, certes simple, mais pourtant bien pensé grâce à des textes très inspirés qui vous immergent bien dans l’ambiance de contrebande intergalactique. Niveau gameplay, on sort enfin du Tower Defense statique pour entrer dans un jeu de livraison parfaitement équilibré, aux mécaniques bien huilées et au fun indéniable. On regrettera tout au plus le seul et unique mode de jeu et le peu de variété des ennemis.

Bande-Son: 13/20

Des voix en anglais toujours dans le ton pour une bonne immersion. Les bruitages, par contre, laissent à désirer et gâchent un peu la musique de fond, cette dernière donnant pourtant une sacrée valeur ajoutée au voyage de Buck.

Durée de vie: 14/20

18 constructions, 36 compétences et pas mal de missions disponibles afin de pouvoir refaire les niveaux sous différents angles histoire d’obtenir la meilleure réputation possible. Pour 14,99 Euros, on ne va pas se plaindre. Néanmoins, l’un ou l’autre mode supplémentaire aurait été le bienvenu pour augmenter l’expérience de jeu.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

L’originalité de Space Run de faire se mouvoir le terrain de jeu (votre vaisseau) dans l’espace rend ce Tower Defense addictif malgré quelques points négatifs comme l’unique mode de jeu où la 3D un peu trop simpliste. Néanmoins, les amateurs du genre passeront largement outre ces maigres écueils pour adorer le soft de par sa difficulté et ses nombreuses possibilités, le titre ayant en plus le mérite d’être très accessible. Sylvain Passot a réalisé un boulot titanesque et nous espérons que sa société ne fera qu’évoluer à l’avenir.



About the Author

Devilhawk

Utilisateur de jeux vidéos depuis tout petit (j’ai commencé avec Bubble Bobble et Prince of Persia), je possède actuellement PS3, PSVita et bientôt PS4. Je suis fan de la série Kingdom Hearts, des jeux destructeurs (comme Red Faction et les Lego (si, si!)) et des jeux en coopération. Question cinéma, je me tourne plus vers les films d’horreurs (sauf les slashers) ainsi que les séries à suspens (tel Lost). Je suis également admirateur d’Hayley Williams et de son groupe (Paramore). Sinon je peux être disponible pour des parties multijoueurs aussi bien en coopération qu’en compétition (du moment que ce soit par équipe, j’aime pas le solo).