Review

Alors que je que me réveillais tranquillement pour aller travailler, ma mâtinée d’hier a été égayée par la mise en ligne du nouveau clip de Dir en Grey, Ranunculus, extrait de leur nouvel album à paraître le 26 septembre prochain. Ni une ni deux, je lance la vidéo et autant vous dire que depuis… elle tourne en boucle ! Je ne m’en lasse pas et je dois bien avouer que mon impatience de les retrouver sur scène le 14 octobre à Paris est désormais plus que palpable !!

Sur un plan purement musical, je trouve que Ranunculus est vraiment envoûtante. Dès la première écoute, je me suis laissée bercer, laissant mon corps bouger au rythme de la mélodie (véridique, et le tout en me maquillant dans ma salle de bain…). A l’instant où les premières notes de piano ont retenti, j’ai été happée par l’atmosphère qui se dégage du morceau, comme prise au piège dans une spirale. C’est une sensation très étrange à décrire et peut être suis-je la seule à ressentir ce genre de choses à la simple écoute d’un morceau, mais je trouve ça très fort comme émotion. J’ai eu comme le sentiment de me laisser entraîner au fond d’un rêve dont je ne parvenais pas à sortir.

Tout au long de la chanson, on retrouve ce contraste entres les notes claires du piano et du violon, et les sons lourds et forts des autres instruments. Et au milieu de cela vient se poser la voix grave, claire et puissante de Kyô, qui, pour ne pas changer, nous prouve qu’il a bien plus d’une corde (vocale ?) à son arc ! Une chose est certaine, beaucoup de puissance se dégage de Ranunculus, et cela ne peut pas laisser indifférent !

Le clip étant sorti avec des sous-titres en plusieurs langues, je me suis amusée à faire une petite traduction française, qui découle forcément de ma propre interprétation de la chanson pour certaines tournure de phrases. La voici:

  • The song that I hate is playing
  • La chanson que je déteste est en train d’être jouée
  • It never crossed my mind
  • Cela ne m’avait jamais traversé l’esprit
  • That the song unimaginably kills the words
  • Que la chanson puisse tuer les mots de façon inimaginable
  • At that moment I realize
  • A ce moment-là je réalise
  • My heart
  • Mon coeur
  • I pretend as trough I never noticed it from the beginning
  • Depuis le début, je prétends ne jamais l’avoir remarqué
  • The reason I lived a life of repression
  • La raison pour laquelle j’ai vécu une vie refoulée
  • It’s not because I wanted to live confortably
  • Ce n’est pas parce que je voulais vivre confortablement
  • Spring, like a dream
  • Le printemps, comme un rêve
  • Because of the fear of losing someone
  • A cause de la crainte de perdre quelqu’un
  • Before I knew it
  • Avant que je connaisse cela
  • I was deceiving myself with lies like them
  • Je me trompais moi-même avec de tels mensonges
  • At that moment I realize
  • A ce moment-là je réalise
  • My heart
  • Mon coeur
  • Rananculus
  • Renoncules
  • I pretend as trough I never noticed it from the beginning
  • Depuis le début, je prétends ne jamais l’avoir remarqué
  • The reason I lived a life of repression
  • La raison pour laquelle j’ai vécu une vie refoulée
  • It’s not because I wanted to live confortably
  • Ce n’est pas parce que je voulais vivre confortablement
  • Spring, like a dream
  • Le printemps, comme un rêve
  • It’s not because you want to bear a grudge, right ?
  • Ce n’est pas parce que tu ne voulais garder aucune rancune, n’est-ce ps ?
  • Will you laugh for someone again today ?
  • Riras-tu encore pour quelqu’un aujourd’hui ?
  • Scream alive, I am alive
  • Crier vivant, je suis vivant
  • Ranunculus
  • Renoncules

Pour ne pas changer, Kyô nous offre là un véritable poème qu’il est possible de décrypter d’autant de façons qu’il y a de personnes sur cette planète! Je vous avoue avoir commencé par chercher ce que signifiait « Ranunculus » et il s’agit de Renoncule, la fleur. Celle-ci est originaire d’Asie et ressemble assez au Camélia. Dans son pays, elle est connue et même célébrée pour ses propriétés médicinales mais aussi pour sa beauté. Une légende raconte que le mythique coyote s’amusait à lancer ses yeux en l’air (normal…) et à les rattraper, jusqu’à ce que l’aigle s’en empare. Incapable d’y voir, Coyote se créa des yeux grâce à deux boutons d’or (autre nom donné aux renoncules).

En visionnant le clip, j’ai eu l’impression de rentrer dans un rêve torturé, de pénétrer dans un esprit embrouillé qui tente de s’échapper par tous les moyens. De s’échapper de quoi ? Ce que j’y vois me force à croire que la prison n’est autre qu’un corps malade. Kyô est au centre, il parait malade, le crâne chauve, le teint blanc, des traces noires remontant sur son corps, un respirateur dans le nez… en arrière-plan, on parvient à distinguer une silhouette allongée, endormie ? La maladie serait donc peut-être la raison de cette vie refoulée ?

Alors peut-être que cette chanson pourrait être interprétée comme un dernier souffle, un dernier combat pour sortir de cet état d’emprisonnement ? A noter également que la renoncule est utilisé en médecine comme, entre autre, un analgésique, un antidouleur.

Au milieu du clip, la musique change, elle devient plus forte et Kyô change d’apparence, il est enchevêtré dans un amas de fibres blanches, sa voix se fait plus puissante, comme s’il livrait bataille. La silhouette qui était allongée a disparu, on la retrouve en train d’accoucher, d’expulser quelques chose. Le mal qui la ronge ?

Parvient-elle a gagner son combat et à vaincre son mal ? Je pense que chacun doit être libre de faire sa propre interprétation et d’y voir son propre dénouement.

Une fois de plus, tout ceci est ma propre vision subjective des paroles et du clip, maintenant c’est à vous d’y voir ce que vous souhaitez !

En tout cas j’ai grande hâte de recevoir mon album et surtout de me rendre au Trianon le 14 octobre prochain pour le concert du groupe ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me livrer votre ressenti et votre interprétation de Ranunculus !

A bientôt !

Dir en Grey: Ranunculus

Note N-Gamz.com: 19/20



About the Author

Nana
Nana
Bonjour à tous ! Je me présente à vous en tant que Nana ! Pour ceux qui se poseraient la question, mon pseudo vient effectivement du manga éponyme. Je suis passionnée par l’Asie en général et le Japon en particulier, et ce depuis bien longtemps. Je m’intéresse à sa musique depuis maintenant huit longues années! J’écoute principalement du Visual-kei et du J-Rock, mais je ne suis pas étroite d’esprit et reste ouverte à d’autres genres, aussi j’espère vous transmettre l’amour que j’ai pour la musique au travers de mes articles !