Review

L’icône du rock nippon, Miyavi, a fait l’honneur à son public français d’un concert en plein coeur de Paris, ce 5 mai à l’Elysée Montmartre. Vous vous en doutez, fan du chanteur guitariste devant l’éternel, j’étais de la partie pour y représenter N-Gamz, et je vais me faire un plaisir de vous livrer mes impressions!

« Dès l’aube, un petit groupe de fans attendait déjà »

Je suis arrivée devant la salle « l’Élysée Montmartre » sous les coups de sept heure du matin et, déjà, une dizaine de personnes regroupées au-dessus d’une grande couverture attendaient devant l’entrée. Grande convivialité de rigueur entre ces fans qui m’ont accueillie chaleureusement et m’ont même invitée à les rejoindre. À première vue, on aurait presque pu croire à un picnic dans les rues de Paris entre des amis qui se connaissent depuis toujours. Sur le plan logistique, un système de numérotation d’ordre d’arrivée s’est naturellement créé et je me suis retrouvée avec un joli petit chiffre inscrit histoire de justifier de ma place dans la file qui n’allait pas tarder à se créer.

L’arrivée de Miyavi ne s’est pas faite attendre et, après que quelques barrières furent dressées à la hâte, l’artiste passa entre les fans qui ne manquèrent pas de l’encourager pour le show de ce soir. Bien entendu, notre homme n’a pas hésité à saluer son public et signer quelques autographes ou se faire prendre en photo.

« Miyavi n’a pas hésité à tout donner ce soir-là »

Vers 14h, le gros de la foule est arrivé, changeant d’ailleurs complètement la file d’attente de place! Différents fans projets étaient en préparation: Photos, vidéos, petits phœnix en papier à découper ainsi que drapeaux couverts de mots à destination du chanteur… Autant dire que l’ambiance commençait doucement à monter chez les fans. En passant dans le public, j’ai pu constater une bonne ambiance constante et énormément de couleurs: des sticks fluorescents ainsi que des demoiselles complètements recouvertes de peinture phosphorecente animaient vraiment le paysage.

L’entrée dans la salle de concert se fit aux alentours de 19 heures. Petits groupes par petits groupes, les fans ont traversé la route afin d’entrer dans l’Elysée Montmartre après une vérification de sécurité. Les chiffres d’arrivée semblaient relativement respectés, du moins durant mon passage.

« Pas de barrière et beaucoup de fans! »

La salle était assez remplie pour assister au concert de Miyavi ce soir là. Sans barrière, les fans se sont retrouvées directement contre une scène assez haute, à deux doigts de pouvoir toucher leur idole lorsqu’il apparaîtrait sur scène.

C’est à 20 heures précises que le concert fut lancé… enfin sa première partie! Et quelle première partie puisque nous avons découvert A-Vox, un groupe français composé d’un frère et de sa soeur qui, s’il n’est resté que 30 minutes sur scène, a réussi à mettre une ambiance du tonnerre! Un duo très dynamique qui a accomplit à merveille sa mission: chauffer la salle comme jamais!

Malheureusement, une fois la scène inoccupée, le public s’est rapidement (trop?) calmé. Attendant patiemment que sonne 21 heures pour que le célèbre samouraï de la guitare fasse son entrée. C’est donc durant ces 30 bonnes minutes que le staff a finalisé certains détails pour l’arrivée de la star de la soirée. L’ambiance qui commençait à retomber quelque peu a rapidement repris des couleurs à la vue de l’artiste qui fit enfin son entrée! Cris et pleurs de fans se sont succédé lorsque les premiers accords de guitare ont résonné dans la salle.

« Cris et pleurs se sont succédé à l’arrivée de l’artiste! »

Miyavi a rapidement donner un coup de chaud à ses fans en commençant à bouger dans tout les sens sous le rythme de son instrument. « Raise Me Up » a ainsi ouvert le bal de cette soirée qui s’annonçait déjà folle. De nombreux titres tirés de son nouvel album s’enchainèrent ensuite tandis que le concert battait son plein au son de « So on it », « Cool girl », « Dim it », « GANRYU », « Epic Swing » ou même du thème de… « Mission Impossible »!

Petite anecdote, un drapeau français a été récupéré par l’artiste après son troisième morceau joué et Miyavi n’a pas hésité a le brandir fièrement face à son public qui était littéralement « On Fire »!

L’occasion pour le guitariste samouraï de réaliser un petit discours plutôt intimiste pour évoquer son épouse ainsi que ses enfants loin de lui en ce moment. Un instant riche en émotions à la suite duquel fut joué « Where Home Is » qui, je le rappelle, est chantée par la femme de l’artiste elle-même dans les albums. Une dédicace pour toutes les personnes qui sont éloignées de leur familles et un moment d’émotion magnifique pour la salle toute entière.

« Des moments riches en émotion »

Miyavi a ensuite repris la parole pour nous parler de la nouvelle génération, expliquant ne pas savoir réellement quoi faire pour l’aider, mais que chacun pouvait faire de la musique s’il le voulait vraiment. « Youth of the Nation » fut ensuite joué, plutôt raccord non? L’ambiance énergique du début ne mit du coup pas longtemps à revenir avec « Fire Bird » qui a fait rapidement fait réagir les fans. De nombreux phoenix colorés furent brandis par la foule, ce qui a agréablement surpris l’artiste puisqu’il a affiché un énorme sourire devant cette belle attention.

« Afraid to be cool », « Cry like this », « The Others », « Day 1 », « Horizon » ainsi que Long Night ont continué à maintenir cette ambiance désormais plus qu’explosive. J’ai d’ailleurs clairement remarqué d’importants mouvements de foule lors de The Others et Horizon, des mélodies vraiment appréciées par les fans.

« Miyavi a brandi un drapeau français dans l’euphorie générale »

Suite à ce véritable marathon, Miyavi est parti quelques secondes pour revenir sur scène afin d’honorer le classique « encore »! Deux anciennes musiques de l’artiste furent joués avant de mettre définitivement la foule en délire avec « What’s my name »? Malheureusement, la musique en elle-même pris du retard à démarrer suite au malaise d’une jeune demoiselle, Miyavi, bon prince comme toujours, lui ayant donné de l’eau ainsi qu’une serviette avant de la faire évacuer.

Le concert put ensuite reprendre son cours normal, l’artiste répétant de fait plusieurs fois le titre « What’s my name? » sous la réponse des fans hurlant son nom. La musique démarra alors enfin devant une foule littéralement en délire. Ce moment fut certainement le plus intense de la soirée, d’autant qu’il marqua les toutes dernières notes joués par l’artiste. Miyavi remercia alors plusieurs fois son public avant de disparaître de la scène…

Honnêtement, ce concert s’est montré rempli d’émotions diverses et m’a laissée avec le souffle coupé. Tandis que la salle se vidait petit à petit, un groupe de personnes restait avec l’artiste au loin: un tirage au sort au sein du fan club permettait en effet à d’heureux(ses) élu(e)s de rencontrer l’artiste, prendre une photo avec lui et obtenir une dédicace. Dommage que la surveillance n’ait pas été optimale car certains petits malins se sont rajoutés sans avoir gagné ce fameux tirage au sort.

« Obispo en personne est venu saluer l’artiste! »

Une fois hors de la salle, de grands visages souriants attendaient la sortie de l’artiste derrière une barrière, espérant obtenir une précieuse dédicace. C’est dans les alentours de minuit que Miyavi est finalement sorti sous les applaudissements des fans. Le guitariste samouraï a bien entendu passé de longs instants à faire plaisir à son public, n’hésitant pas à se faire prendre en photo. De loin, on aurait presque pu penser à une bande d’amis qui s’amusait entre eux. Encore une preuve de la grande convivialité du concert.

Hélas, il faut une fin à tout et Miyavi parti finalement en taxi suivit de près par… Pascal Obispo! Et oui, à notre grande surprise, l’interprète de Lucie était venu rencontrer le rockeur. De quoi encore plus impressionner les fans et leur laisser un souvenir impérissable de cette soirée et de ce concert réellement sans faute!

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Shota
Shota
Hello tout le monde ! Je me surnomme Shota et suis passionnée par le Japon en général depuis maintenant neuf longues années. J'ai grandi en écoutant du DIR EN GREY ainsi que du DIO Distraught Overlord, mes groupes favoris. C'est donc avec un immense plaisir que je vais vous partager cette passion qui ne cesse d'évoluer en moi. En espérant que cela vous plaise!