Review

Quatre années après avoir séduit des millions de joueurs à travers le monde grâce à son aventure épique à souhait, ses personnages charismatiques en diable et sa réalisation de haute volée, The Witcher 3 – Wild Hunt tente l’exercice le plus périlleux de sa carrière: se transposer sur Switch! On le sait, la machine est bien moins puissante que la PlayStation 4 et la Xbox One, aussi avait-on très peur de saigner des yeux devant les aventures de Geralt sur la machine hybride de Nintendo. Développé par Saber Interactive, à qui l’on doit le portage de Vampyr sur la même machine, ce The Witcher 3 a le bon goût de nous parvenir en version complète, à savoir accompagné de tous les DLC dont les deux extensions Heart of Stone et Blood & Wine. De quoi se plonger à nouveau dans le RPG de CD Projekt malgré les concessions techniques qui ont du être faites? La réponse dans notre test complet ! 

Le retour de la revanche !

« Ciri a de gros soucis! A vous de la sortir de là!

La série The Witcher a débuté en 2007 sur PC, développée par CD Projekt Red et éditée par ce même studio, en partenariat avec Atari. Le soft nous proposait d’incarner Geralt de Riv, un sorceleur tout droit sorti des romans d’Andrzej Sapkowski. Quelques année plus tard, en 2011 pour être exact, sortait The Witcher 2 : Assassins of Kings. Carton plein assuré pour cette suite! Et nous voilà déjà en 2015 avec le troisième opus, Wild Hunt, qui annonce le grand retour de celui que l’on reconnaît pour ses cheveux blancs et ses yeux perçants. Toujours développé par CD Projekt Red mais désormais édité par Bandai Namco pour l’Europe, le titre nous plonge dans une quête que notre héros ne pouvait refuser ! Une tuerie qui débarque à présent, en 2019, sur Nintendo Switch!

L’aventure débute à Kaer Morhen. Geralt va devoir dompter le caractère de la petite Ciri et au passage revoir ses bases du combat (comprenez par-là que vous pourrez ou non vous faire le didacticiel, que vous soyez néophyte sur la série ou un vieux de la vieille qui veut se rafraîchir la mémoire).  Suite à un cauchemar peu sympathique, Geralt se réveille en sursaut mais cette vision nocturne lui fait plus penser à un sombre présage qu’à un rêve mouvementé. Après avoir retrouvé la ténébreuse Yennefer, le ton est lancé : Ciri est bel et bien en danger. La chasse sauvage est à ses trousses. Il s’agit d’une sympathique armée de cavaliers fantômes et autres joyeusetés semant le gel et la désolation qu’apportent l’hiver. Notre sorceleur va donc devoir retrouver sa fille de cœur, suivant ses traces en enchaînant les quêtes qu’il trouvera sur son chemin (et elles seront nombreuses !).

Je chasse le griffon au p’tit dej !

« Le système de combat est nerveux à souhait »

Dès les premières minutes du jeu, le gameplay nous est présenté : déplacement, utilisation de la vision de sorceleur (qui vous facilitera la vie dans vos quêtes ou vos diverses recherches) ainsi que le combat. Plutôt bien pensé, le système de fight vous permet d’utiliser vos armes (logique…), mais aussi de balancer vos signes de sorceleur. Au nombre de 5, ils ont chacun leur utilité et leur spécialisation. Aard est un souffle télékinésique qui vous permettra de repousser méchamment vos adversaires mais aussi détruire certains éléments du décor, vous ouvrant un passage là où il n’y en a pas. Igni, quant à lui, peut vous servir à allumer des torches, bougies, feu de camp ou barbecue si le temps est clément mais il vous offre aussi la possibilité d’incendier vos ennemis. Le signe d’Yrden est un piège magique qui, déployé au sol, collera des altérations à ceux qui auraient la mauvaise idée de passer dessus. Citons enfin Quen, sort de protection générant un bouclier autour de Geralt et le signe d’Axii qui vous permet d’influencer les gens.

En combat, vous pourrez aussi utiliser une arbalète ou des grenades que vous aurez pris soin de confectionner. Tous ces modes d’attaques peuvent être augmentés grâce à l’obtention de points de compétences. Vous en obtiendrez en passant au niveau supérieur et en méditant à proximité de pierres qui vous boosteront en prime le signe qui y est représenté. Hors combat (y’a pas que ça dans la vie, nous ne sommes pas des brutes… quoique…), vous aurez l’occasion de prendre des décisions lors de discussions qui pourront avoir des conséquences dramatiques. Là où Wild Hunt fait fort, c’est que ces répercussions se ressentent tout au long de la progression dans l’histoire. D’une quête sur l’autre vous aurez parfois certaines de vos décisions à assumer. Réfléchissez donc bien avant d’agir !

Pas joli, joli…

« Graphiquement, le jeu a pris cher et l’effet de flou est énorme! »

CD Projeckt Red nous a toujours habitués à des jeux d’une qualité visuelle indéniable et The Witcher III nous l’avait à nouveau prouvé à sa sortie en 2015, avec une immersion totale dès les premières secondes. Un réalisme certain, des jeux de lumières magnifiques et des textures plus que convaincantes étaient au programme, le tout magnifié par des maps superbes nous offrant chacune des villes aux ambiances diverses et aux populations radicalement différentes.

Le souci, c’est que la Nintendo Switch est bien moins puissante que la Xbox One et la PlayStation 4, et Saber Interactive, tributaire de ce partage, a du sabrer pas mal dans la réalisation technique pour garder au moins une fluidité lockée à 30fps. Résultat des courses: effet de flou ultra violent, résolution à 720p en dock et 540p en portable, clipping omniprésent, et j’en passe… mais étrangement, le fait de pouvoir transporter partout les aventures de Geralt fait qu’on pardonne plus aisément à ce portage ces errances visuelles, surtout au vu du hardware de la Switch.

De plus, dans les lieux que vous aurez à visiter, vous trouverez de tout: nids à éradiquer, quêtes annexes, endroits à débarrasser de monstres afin que la vie reprenne son cours, trésors à dénicher et bien sûr séances de cueillettes sont prévues afin de vous permettre de fabriquer potions, bombes ou huiles contre telle ou telle sorte de créatures. Le design des maps est bien pensé et vous offre souvent deux niveaux de progression : sur la terre ferme et en sous-sol. Vous pourrez aussi apprécier des balades en bateau, cheveux au vent (dont la fluidité et la réalisation sont à tomber soit dit en passant). Des heures et des heures de découvertes en perspective !

Mais je rêve où il vient de péter celui là…

« Une aventure complète, avec 2 extensions d’une rare richesse! »

La bande-son dans sa version originale vaut le détour mais attardons nous sur celle qui nous intéresse ici: la française ! Les doubleurs sont très bons et incarnent à merveille leurs personnages, les émotions sont au rendez-vous ! Pas de texte récités ici, même pour le pauvre paysan qui vous envoie paître parce que vous l’avez un peu bousculé en passant à côté de lui. L’ambiance sonore est à vous donner le vertige tant elle est impressionnante de réalisme ! Les villes et villages vivent et ne proposent pas de dialogues qui se lancent uniquement si vous en faites la démarche, tout bouge autour de vous. Quand je parlais d’immersion au début de ce test, la qualité sonore de l’environnement y est aussi pour beaucoup.

Les musiques, quant à elles, vous balancent un degré supplémentaire d’épique et de tragique en fonctions des diverses situations que vous rencontrerez. Les bruitages sont toujours justement dosés et poussent bien souvent le réalisme assez loin. En plus de remplir pleinement son rôle, la bande-son de ce The Witcher III devient une partie intégrante du jeu dont on aurait du mal à se passer.

Même pas peur de la chasse sauvage !

The Witcher 3 : Wild Hunt, nous propose un soft ultra complet, qui pêchait, à l’origine, simplement par le manque d’explications pour les nouveaux qui voudraient se jeter dans la série via cet opus. A cela se rajoute aujourd’hui, sur ce portage Switch, une réalisation forcément revue à la baisse et qui pique parfois un peu les yeux, mais qui a au moins le mérite de nous livrer un jeu fluide, portable et praticable sans pleurer des larmes de sang. Et puis rassurez-vous: les scènes coquines sont toujours présentes et raviront les fans tandis que le scénario est excellent et arrivera même à nous toucher personnellement par moments. En clair, un RPG très riche, que vous pourrez maintenant emporter partout avec vous!

Bande-Annonce

Réalisation: 13,5/20

Si The Witcher 3 fait encore aujourd’hui partie des plus beaux jeux consoles et PC, on se doutait que son portage sur Nintendo Switch allait forcément en altérer la qualité visuelle. Cependant, il est vrai que les concessions effectuées sur le plan graphique par Saber Interactive sont vraiment nombreuses: 720p seulement en mode dock, 540p en portable, effet de flou ultra violent et bien désagréable, ombres apparaissant d’un coup, clipping très présent et temps de chargements d’une longueur affolante (1 minute pour charger une sauvegarde), c’est sûr que Geralt prend cher pour le coup. Cependant, l’animation tient largement la route en restant calibrée à 30fps, les effets de lumière flattent la rétine, le design artistique est toujours aussi envoûtant, de même que la diversité des décors, et le petit écran de la Switch atténue pas mal les désagréments techniques pour nous donner, au final, une aventure visuellement soutenable, sans plus, mais c’est déjà un joli tour de force quand on connaît le hardware de la bête!

Gameplay/Scénario: 17/20

Le scénario est juste époustouflant et même les quêtes secondaires les plus insignifiantes ont parfois des répercussions sur la suite du jeu. Les personnages sont la plupart du temps tellement bien réalisés qu’ils nous offrent tout un panel d’émotions: on les aime, on les déteste, on aime les détester…bref, aucun ne nous laisse vraiment froid. De plus, les deux extensions que sont Heart of Stone et (surtout) Blood & Wine apportent une remarquable conclusion à l’ensemble. Le gameplay, quant à lui, est facile à prendre en main et n’apporte pas vraiment d’innovations par rapport à Assassins of Kings, mais il reste sur des bases solides qui fonctionnent et proposent des combats haletants malgré les contrôles de la Switch moins intuitifs que ceux de ses consoeurs.

Bande-Son: 17/20

Une bande-son au top avec des musiques épiques et des bruitages qui poussent le réalisme un peu loin par moment. Quelques légers décalages de son étaient présents dans les débuts du jeu, mais les mise à jours ont vite corrigé ces derniers. Il est juste dommage que la V.O. soit supérieure en intensité et en jeu d’acteurs par rapport à la version française, bien que cette dernière soit d’une très bonne qualité.

Durée de vie: 20/20

De 40 à plus de 200 heures de jeux selon votre envie d’explorer le monde, de traquer chaque mission annexe, contrats de Sorceleur, quêtes d’armures des diverses écoles… Et encore, on ne vous parle que de l’aventure principale et pas des deux extensions! Bref, vous avez clairement de quoi faire sans vous lasser ! Sachant que chaque décision change le reste du scénario, la rejouabilité est énormissime.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

The Witcher III : Wild Hunt, est toujours le RPG ultra complet et diversifié que l’on a connu à sa sortie en 2015. Alors certes, les concessions graphiques qui ont du être opérées par Saber Interactive ont de quoi frustrer, notamment cet effet de flou bien trop violent et ces temps de chargement d’une rare longueur, mais si tel est le prix à payer pour bénéficier, de façon fluide ET portable, de la quintessence du jeu de rôle de cette génération, on le paie volontiers tant le nombre d’heures de plaisir que vous procurera le soft et ces deux extensions est mille fois supérieur aux 60 Euros que vous demandera le titre de CD Projekt.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !