Review

Après nous avoir offert un incroyable jeu d’aventure narratif à tendance schizophrénique, j’ai nommé Hellblade: Senua’s Sacrifice, Ninja Theory s’est fait racheter par l’écurie Microsoft pour proposer des titres Xbox exclusifs, et le premier d’entre eux à nous parvenir n’est autre que Bleeding Edge, un mix entre une tonne de genres de jeux populaires, à savoir le MOBA, le Hero Shooter à la Overwatch, le Beat’em up ou encore le Brawler. Une recette réussie ou totalement indigeste? La réponse dans notre test!

De Hellblade à… Bleeding Edge!

« Un look des personnages qui risque de diviser »

Les fans de Ninja Theory le savent: le studio est réputé pour ses aventures solos à grosse consonance narrative, alors quand les développeurs ont annoncé travaillé, depuis leur rachat par Microsoft, sur un jeu multijoueur en ligne dans un marché overbooké et sans aucune expérience du genre, on a eu peur, forcément. Pourtant, les petits gars se sont donnés comme jamais pour tenter de nous pondre quelque chose d’original, avec sa personnalité propre, en mixant les genres « qui marchent » actuellement en réseau. Cela nous donne donc un mix plutôt compliqué à « classer », à mi-chemin entre le Moba et le Hero Shooter, mais qui fait la part belle aux affrontements au corps à corps façon Brawler/Beat’em up. Tout un programme pour 30€, non?

Bleeding Edge oppose donc, au travers de deux modes de jeu que sont Domination (Capture de Points de Contrôle) et Récupération (Récupérer des Capsules pour les ramener sur un point de collecte) et sur seulement cinq maps. Oui, c’est très peu hélas, d’autant qu’elles sont loin d’être immenses, ces maps, mais elles proposent en contrepartie un level design assez bon pour se différencier les unes des autres. Bref, ça manque de contenu, et ça nous rappelle furieusement le lancement de Sea of Thieves de Rare. On a l’impression que Microsoft a le chic pour demander à des studios talentueux de bosser sur autre chose que leur zone de confort… et cela ne donne pas toujours le résultat escompté. On se rappelle ainsi de Scalebound, dont PlatinumGames avait une idée bien précise de soft solo qui allait à l’encontre du jeu multi que voulait Big M, et fut annulé purement et simplement par la suite…

Un Hero-Brawler borderline?

« Un système de progression très lent »

Mais ce qu’il y a de bien avec l’argent de Microsoft, c’est qu’en général il coule à flots pour proposer du contenu sur le long terme, comme ce fut le cas de… Sea of Thieves justement! Ainsi, de lancement raté par faute de contenu, le titre de Rare s’est transformé en excellent jeu multi au fil des mises à jour, et on espère forcément que Bleeding Edge suivra la même courbe ascendante car son système de jeu est plutôt original, classant sa douzaine de personnages au look bien borderline en trois classes distinctes que sont Tank, Soutien et Dégât. Une équipe équilibrée sera donc obligatoire si vous voulez tenir la distance.

La visualisation du titre diffère donc sensiblement d’un Overwatch puisque tout se fait ici à la troisième personne. Chaque perso dispose de ses propres caractéristiques et attaques spéciales (au nombre de trois, plus 2 attaques ultimes) qui peuvent être augmentées au fil des heures via des mods offrant des boosts d’HP, de puissance, etc… Hélas, le gain est plutôt lent et pourrait frustrer certains gamers souhaitant une évolution un peu plus rapide de leur personnage. De même, les premières heures de jeu s’avèrent totalement bordéliques, la faute à une prédisposition aux attaques frontales. Mais rassurez-vous: si vous parvenez à jouer avec une équipe de potes et que chacun tient son rôle, vous vous rendrez vite compte que le soft s’avère plutôt jouissif et peut même prendre des airs de TPS avec son lock automatique et ses capacités spéciales. Bref, il faudra investir son temps pour réellement apprécier Bleeding Edge, du moins si le contenu suit car sinon… on risque bien de rapidement tourner en rond!

Une réalisation « First Party »?

« Une réalisation loin des standards First Party »

Avec les moyens financiers et la connaissance technique de la Xbox One octroyés par Microsoft, on s’attendait à en prendre plein les yeux avec Bleeding Edge, et ce même si le soft a toujours été annoncé comme un projet « sur le côté » tandis que le gros du studio travaille sur Hellblade 2. Hélas, on est loin du triple A visuel espéré, c’est un fait. Il n’empêche que ça tourne plutôt bien, que les animations sont fluide et détaillées, et que certains effets spéciaux dans les niveaux sont plutôt aguicheurs. Par contre, la direction artistique sur les personnages est tellement borderline que soit vous adorerez, soit vous détesterez. On a l’impression que Ninja Theory a voulu tellement se différencier de la concurrence qu’il a pris le contraire de tout ce qui se faisait, ce qui nous donne des persos soit foncièrement horribles, soit intéressants sur le plan visuel. Un constat en demi-teinte donc.

Sur le plan musical, les musiques et bruitages font le job, tandis qu’on soulignera les bons doublages du soft, qui mettent bien dans l’ambiance et aident à anticiper les actions adverses. Un bon point donc.

Pétard mouillé ou diamant brut à tailler?

Dur d’émettre un avis sur le long terme pour Bleeding Edge tant le jeu qui nous est proposé actuellement manque violemment de contenu et souffre de combats terriblement brouillons durant ses premières heures. Le concept du Hero Brawler est intéressant et la technique n’est pas à la ramasse, mais en l’état il y a trop peu de modes de jeu et de maps pour réellement retourner parties après parties sur le bébé de Ninja Theory, surtout pour son prix de 30€ (préférez le Game Pass pour le coup). Ajoutez à cela une direction artistique vraiment trop borderline pour fédérer et vous comprendrez qu’on est plus proche d’un pseudo pétard mouillé que d’un hit en puissance pour la majorité des joueurs. Reste qu’avec un investissement conséquent en temps, Bleeding Edge peut s’avérer tactique et jouissif, mais il faudra impérativement qu’il suive le même chemin d’excellentes mises à jour à la Sea of Thieves pour devenir un incontournable de l’écurie Xbox.

Le Trailer

Réalisation: 14/20

Si on est loin de la réalisation d’un titre proposé par un studio First Party de Microsoft, Bleeding Edge reste cependant agréable à l’oeil et parvient à changer le côté boxon visuel des premières parties en lisibilité plutôt convaincante une fois l’oeil habitué à la déferlante des effets graphiques. Alors certes, c’est encore générique pour le coup au niveau des arènes et le look des personnages va clairement diviser la communauté entre personnes qui trouveront cela totalement barré et d’autres qui n’y verront qu’un immense mauvais goût, mais au moins le tout est fluide et les animations des combattants sont plutôt réussies.

Gameplay/Scénario: 11/20

Le scénario de Bleeding Edge n’est clairement pas son point fort et tient sur un timbre poste, empêchant par moments de s’attacher à ces héros au passé pas assez explicité. Niveau gameplay, on est sur du Hero-Brawler en 4 Vs 4 dans lequel il faudra clairement s’investir si on veut y trouver du plaisir, la faute à un système de combat qui fait la part belle au corps à corps et qui peut vite tourner au grand n’importe quoi si les membres de votre équipe ne respectent pas leur rôles ou que vous n’optez pas pour une team équilibrée entre tank, dégâts et soutien. Ajoutez à cela des maps peu nombreuses et seulement deux modes de jeu, et vous obtenez un côté répétitif couplé à une progression plutôt lente de votre héros qui pourront frustrer les gamers. Dommage, car quand tout se goupille bien, Bleeding Edge peut vraiment se montrer intéressant, voire même original à jouer.

Bande-Son: 15/20

Les musiques sont rythmées et mettent bien dans l’ambiance, les doublages apportent du dynamisme aux affrontements et les bruitages font le job, sans plus. Une bonne ambiance sonore, mais qui n’offre rien de mémorable sur le long terme.

Durée de vie: 07/20

Avec seulement deux modes de jeux, même pas de Team Deathmatch, et juste cinq cartes un peu petites, il est clair que Bleeding Edge nous la joue lancement de Sea of Thieves. Du potentiel sur le papier, mais peu de choses à la sortie pour une durée de vie résolu. Heureusement, le titre fait partie du Game Pass et pourrait bien, tout comme le jeu de Rare, profiter de cela pour garder une certaine communauté au fil des mises à jour le rendant bien plus attrayant. En espérant qu’il suivre la pente ascendante du jeu de Pirates de Rare. En l’état hélas, nul doute que vous ne resterez pas longtemps sur le soft, et que le fait de le vendre 30€ hors Game Pass est loin d’être l’idée du siècle dans un marché du jeu compétitif online où fleurissent les free-to-play.

Note Globale N-Gamz.com: 11,5/20

Ne mâchons pas nos mots: Bleeding Edge est une déception. Mettre Ninja Theory, un studio réputé pour la qualité de ses jeux solos, sur un hero-brawler compétitif purement multijoueurs online n’était sans doute pas une bonne idée de la part de Microsoft, et on sent que le lancement a été rushé puisque le soft ne propose que deux modes de jeu, aucun Team Deathmatch, seulement cinq maps un peu petites et une douzaine de personnages loin de faire l’unanimité quant à leur chara-design, le tout pour 30€ quand même! Heureusement, si vous optez pour la version Game Pass et que vous vous investissez avec une vraie bande de potes dans le jeu, vous pourrez en retirer un plaisir certain grâce à ses affrontements bien plus stratégiques qu’il n’y paraît et son ambiance plutôt unique. Reste à voir si vous tiendrez le coup assez longtemps pour apprendre à aimer ce Bleeding Edge dont on espère qu’il sera fréquemment mis à jour niveau contenu pour devenir la nouvelle recette gagnant de Microsoft, à l’instar du très mal parti Sea of Thieves qui est finalement devenu un excellent titre au fil du temps!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!