Review

Amoureux des jeux d’action, réjouissez-vous! En effet, PlatinumGames et Sega ont décidé de vous offrir une compilation remaster de deux de leurs plus grands titres du genre issus de la PS3 et de la Xbox 360! D’un côté : Vanquish, un bon gros TPS à la troisième personne, bourré d’humour et… d’un peu de vulgarité ! De l’autre : Bayonetta, un beat’em all avec une protagoniste aux courbes si généreuses qu’elle en ferait crever de jalousie n’importe quelle demoiselle. Seulement voilà, 10 ans plus tard, ces jeux qui nous reviennent sur PS4 et Xbox One sous la forme d’un bundle « Anniversary Edition » valent-ils toujours le coup ? La réponse dans les lignes qui suivent!

Une journée en enfer

« Bayonetta et ses courbes affolantes! »

Bayonetta nous narre l’histoire de deux clans travaillaient jadis main dans la main pour maintenir l’harmonie : les sorcières de l’Umbra, maîtresses des forces des ténèbres, et les sages de Lumen, défenseurs de la lumière. Hélas, cette paix fut de courte durée suite au non-respect d’une règle d’or et engendra bien vite une guerre incessante, mettant en péril l’équilibre de l’univers. Vingt ans plus tard, Bayonetta, notre héroïne, se réveille après un long sommeil dans un cercueil sous l’eau dont elle parvient à s’extraire.

Évoluant dans un monde moderne et entourée de personnages tous plus excentriques les uns que les autres tels que Luka le journaliste cherchant des réponses à la mort de son père, Enzo l’informateur pas très courageux ou encore Rodin le démon fabricant d’armes et gérant du bar appelé « Les portes de l’enfer », notre jeune sorcière prend la direction de la ville de Vigrid. En chemin, elle devra affronter des anges et de nombreux autres ennemis afin de retrouver la mémoire et répondre à ses trop nombreuses questions : que veulent dire les visions qui l’assaillent ? A qui appartient cette mystérieuse voix qu’elle entend ? Qui est cette jeune femme qui semble posséder des pouvoirs similaires aux siens ? Et surtout… que sont donc ces « yeux du monde » et ces gardiens ? Tout un programme ésotérique en diable !

Oh, say, can you see…

« Vanquish vous entraîne en plein conflit stellaire contre… les Russes! »

Le scénario de Vanquish, quant à lui, est bien différent. Et oui, dans ce dernier, les Russes ont encore frappé ! Après avoir tiré un énorme rayon laser qui a détruit San Francisco et tué tous ses habitants, ils menacent désormais de s’en prendre à New York. Leurs intentions sont claires : la capitulation pure et simple des Etats-Unis. Une armée, menée par le Lieutenant Colonel Burns, ainsi que vous, Sam Gideon, agent de la DARPA, est alors envoyée sur la station spatiale orbitale où se situe le canon à micro-ondes qui vous menace. Votre mission: détruire les robots communistes et de sauver le Dr Candide, inventeur de l’ARS, une prouesse technologique en matière d’armure qui booste les capacités de son porteur. Durant votre périple, vous pourrez compter sur une alliée de taille, la belle Eléna, qui saura vous donner les meilleures informations et vous déverrouiller les portes les plus récalcitrantes! Prêt à partir pour l’espace ?

Ma sorcière bien aimée

« Les coups sadiques de Bayonetta portent bien leur nom! »

Le gameplay de Bayonetta est à l’image d’un « Devil May Cry ». Votre but sera de faire un maximum de combos afin d’obtenir une statuette représentant votre performance à la fin de chaque niveau (certains paramètres seront pris en compte comme les objets utilisés ou encore les dégâts reçus). A vous donc l’enchaînement de coups de pieds, poings, esquives et autres sauts et tirs en tout genre. Votre écran de jeu est simple : votre vie est indiquée en haut à gauche tandis qu’une jauge de magie vous permettra d’effectuer par moment une « attaque sadique », puissante et impressionnante, qui aura tendance à… dénuder votre héroïne, sa combinaison étant en réalité faite à base de ses propres cheveux! Et, autant être honnête, au vue de certaines séquences, cette attaque porte bien son nom (notre préférée restant l’apothéose et ses grosses invocations démoniaques).

Les temps de chargements sont extrêmement courts et les rares énigmes ne sont pas trop compliquées : vous trouverez par moment sur votre chemin des statues qu’il faudra parfois réparer en battant des ennemis mais, surtout, il vous faudra les soulever par votre magie, et esquiver au dernier moment un puissant éclair. Grâce à cela vous bénéficierez d’un pouvoir (ex : rapidité ou possibilité de sauter sur l’eau) qui vous permettra par exemple de franchir un obstacle difficilement praticable en temps normal. Vous pouvez également, plus loin dans le jeu, vous transformer en animal afin d’esquiver plus facilement les dégâts ou sauter bien plus loin.

« Une héroïne badass et un gameplay nerveux à souhait! »

Vous ramasserez souvent sur le sol ou dans des coffres des objets utilitaires comme le « papillon mauve », un joyau qui contient une essence magique et restaure la magie instantanément, mais aussi récupérer du « halo », un métal contenant une essence de la vitalité des anges et qui fait figure de monnaie ingame. Cet argent vous permettra, au bar « Les portes de l’enfer », d’acheter des objets, armes, techniques ou autres trésors. De même, vous obtiendrez parfois des disques d’or (ex : la « sonate au clair de lune ») qui permettront à « Rodin » de créer un objet surpuissant (griffes, fouet, katana, … ). Le système de combat, de son côté, est tout bonnement parfait : technique, fluide, rapide… détruire des boss titanesques ou esquiver une attaque au dernier moment pour activer un ralenti temporaire afin de tuer l’ennemi avec classe va vite devenir un pur plaisir sadique. durant les 13 chapitres (plus un épilogue) que comporte le soft.

Invasion U.S.A

« Un TPS grisant et speed! »

Vous retrouverez, dans Vanquish, des similitudes avec Bayonetta notamment en ce qui concerne l’usage de combos. Sur votre écran s’afficheront différents éléments : votre map, tout d’abord, en haut à droite ainsi que la distance jusqu’à votre objectif. Vous trouverez également votre stock d’armes (3 emplacements pour les armes, ainsi d’un quatrième pour les grenades et les IEM). Un simple maintien d’un bouton vous permettra d’échanger votre arme actuellement équipée ou de récupérer des munitions. Il vous sera également possible d’améliorer tout cela pour bénéficier d’une augmentation des dégâts ou d’un plus gros chargeur. Les commandes sont relativement basiques : vous visez, vous tirez, vous rechargez… bref, vous foncez dans le tas! Vous avez également la possibilité de faire des glissades, aussi longtemps que vous avez suffisamment de boost, d’asséner de puissants coups de poings, ou encore d’effectuer une roulade.

« De l’action frénétique et un côté futuriste qui en jette »

A noter que l’action de faire une roulade et de viser vous plongera dans un mode ralenti, bien utile pour éliminer vos ennemis. Subir un trop grand nombre de coup ou de trop gros dégâts débloquera aussi cet état, ce qui vous offre une seconde vie et vous évite de mourir directement, mais cela dépensera tout votre boost, créant ainsi une surchauffe, et il lui faudra un petit moment pour se régénérer. Sam possède un arsenal effrayant, allant du simple pistolet perforant, au gros lance roquette en passant par le lance-disque. Les combats contre les ennemis sont dynamiques, la possibilité de foncer sur un boss en activant un QTE, ou de démolir un ennemi en enchaînant de puissantes droites est un pur plaisir.

Vous aurez aussi la surprise de tomber par hasard, au gré de votre aventure, sur des petites statuettes sur lesquelles vous vous amuserez à tirer et qui émettront un bruit étrange (on pense qu’elles vous insultent en retour). Le jeu se découpe en 5 actes et possède au total une trentaine de missions relativement courtes.

« Visuellement, les Remasters sont de très bonne qualité »

En mode facile, il ne vous faudra qu’environ 5 heures pour boucler l’aventure, ce qui est dommage vu la qualité du soft. Et puis n’ayez crainte, vous n’affrontez pas le monde de Vanquish tout seul, puisque vous serez accompagné dans votre périple d’une équipe de militaires. L’IA se débrouille d’ailleurs plutôt bien, et vous aurez même la possibilité de les soigner pour les remettre sur pied en échange d’une arme qu’ils laisseront tomber sur le sol. Les ennemis, pour leur part, sont relativement variés et ne se laisseront pas faire aussi facilement que ça. Vous trouverez même souvent sur votre chemin un gigantesque méca-araignée qui vous fera vite comprendre l’intérêt de cibler des points faibles!

Dites le avec… des flingues

Point de vue graphisme, Bayonetta assure avec un design artistique sublime, une grande fluidité et des effets spéciaux qui flattent allègrement la rétine! Quelques petits bugs sont à noter bien sûr, comme les cheveux qui pénètrent littéralement l’héroïne, mais rien de bien méchant. Les cinématiques sont ainsi à couper le souffle, encore plus les parties sous forme de pellicule ciné. Mention spéciale à la scène de danse de Bayonetta en fin de jeu. Croyez-moi, vous n’écouterez plus la chanson « Fly Me To The Moon » de la même façon après avoir entendu cette version remixée (merci Brian Fredrickson). Niveau doublage, vous aurez le choix entre la version originale ou la version anglaise, cette dernière étant particulièrement réussie, avec une voix anglaise de Bayonetta qui saura vous séduire et s’avérera aussi envoûtante que son personnage. Le jeu est également bourré d’humour, que ce soit le personnage d’Enzo ou encore les remarques de la belle héroïne.

« Des univers incroyables et des combats dingues façon PlatinumGames! »

Vanquish, lui, est un jeu graphiquement convaincant, le lissage apporté à ce portage permettant de lui redonner un second souffle tandis que les 60 fps constants rendent le titre bien plus fluide et fun à jouer. La réalisation des niveaux est correcte, cohérente, et on sent quelques prises de libertés qui donnent vie à un monde incroyable. On appréciera le petit clin d’œil à « Metal Gear Solid » pour ce qui est de certaines conversations avec les personnages, d’autant que le doublage français est assez bon, même si la synchronisation labiale laisse parfois un peu à désirer. Le jeu se veut vulgaire, violent et plein d’humour tandis que la bande-son s’intègre bien au côté futuriste du soft, rapide et survoltée comme ses gunfights.

Dangereuse alliance

Cette édition « Anniversary » de Bayonetta et Vanquish est clairement un pur plaisir à jouer. La nervosité des combats alliée à la grâce de vos personnages, vous donneront un sentiment de toute puissance assez grisant au travers d’une réalisation maîtrisée. Que vous soyez amateur massacreur compulsif ou pro des combos, vous ne pourrez qu’appréciez le travail effectué par PlatinumGames. Alors certes, ces deux jeux ne sont pas parfaits, mais ils ont largement de quoi compenser leurs rares faiblesses avec leurs graphismes de haute volée, leur humour et leur vulgarité assumés, et leur univers uniques! A pratiquer sans modération!

La Bande-Annonce

Réalisation: 18/20

Graphiquement, Vanquish vaut le détour. La beauté de son univers futuriste et la qualité de design de ses nombreux robots est appréciable, surtout en ce qui concerne les boss. Prenez le temps, quand vous le pouvez, de déplacer votre caméra, et appréciez les décors. Pour ce qui est de Bayonetta, les graphismes sont magnifiques : les boss sont tous plus impressionnants les uns que les autres et les différents mondes bien travaillés, avec notamment une préférence pour le Jardin de Lumière, tout bonnement bluffant! Enfin, l’animation n’est pas en reste et la fluidité est d’une rare efficacité, sans compter la maestria visuelle des effets spéciaux!

Gameplay/Scénario: 17/20

Le scénario de Vanquish est somme toute basique, et si on appréciera quelques rebondissements scénaristiques en début du jeu, la fin restera assez prévisible. Côté gameplay, le jeu est assez facile à prendre en main et propose un système de glissade plutôt jouissif avec un mode bullet time qui envoie du lourd. Quant à Bayonetta, son histoire semble parfois sans queue ni tête, mais cela n’a au final guère d’importance puisque ce qui nous intéresse, c’est plutôt le gameplay de la belle : technique, précis, fluide, bouillonnant, ce dernier vous permettra d’évoluer de combats en combats en enchaînant les combos dans un véritable ballet mortel. Envie de challenge ? Augmenter la difficulté, tirez, virevoltez et appréciez !

Bande-Son: 17/20

La bande-son de Vanquish est convaincante, la techno est vraiment dynamique et viendra parfaitement se greffer à vos batailles, tandis que la VF est relativement correcte et donne le ton. Du côté de Bayonetta, on appréciera une ambiance qui colle à l’univers gothico-fantastique du titre et des chants qui rythmeront vos combats et vous resteront même en tête. Petit plus pour la version anglaise et la voix si sensuelle de Bayonetta!

Durée de vie: 16/20

La durée de vie de Vanquish, si vous jouez en normal, ne dépassera pas les 7 heures. Quand on y réfléchit, même si on se dit que c’est court, cela n’impactera pas le plaisir que vous aurez durant votre temps de jeu. Quand à Bayonetta, comptez une quinzaine d’heures en mode normal pour en voir le bout. Ajouter les défis et l’augmentation de difficulté pour les plus courageux d’entre vous, et vous aurez de quoi vous occuper un long moment.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Bayonetta et Vanquish n’ont clairement pas vieilli. Toujours dans l’air du temps avec leur côté bourrin et leur action frénétique du début à la fin, ces deux titres de PlatinumGames ont chacun leur histoire et leur identité, et méritent amplement d’être joués pour le fun qu’ils procurent et le très bon remaster graphique proposé. Quelques bugs sont certes à noter mais rien qui n’alternera votre expérience ingame. Vous l’aurez compris, voici un bundle idéal pour tous les amoureux du genre!



About the Author

Avatar
Deyleina
Joueuse le jour et streameuse la nuit (avec une grande passion pour le cosplay), je suis une adepte des jeux PC depuis ma plus tendre enfance (mon premier jeu étant "Prince Of Persia") ! J'adore également les films (surtout d'animation), la littérature (manga powa!) et la musique ! Ma devise : "Enjoy and Play" !