Review

Si, comme nous, vous avez vu apparaître un certain Green Snake sur Netflix et que vous n’avez rien compris, c’est normal : il s’agit en fait de la suite de White Snake, un film d’animation chinois de 2019 qui sort à présent en salles ! L’occasion donc d’enfin donner un sens à cet univers imaginé par Amp Wong et qui nous livre à la fois une histoire d’amour à travers les âges, une amitié indéfectible entre deux soeurs serpents et un monde qui va à contrecourant des productions Disney en nous offrant un pur folklore chinois. Intéressant, non ? Alors suivez ma critique si vous voulez en savoir plus !

« La belle Blanca cache un lourd secret »

Sauvée de la noyade par le chasseur de serpent Xuan, la belle Blanca est totalement amnésique mais semble cependant attirer toutes les convoitises de par son étrange pouvoir : celui de pouvoir se transformer… en serpent justement ! Très vite, une idylle va naître entre cet être fantastique et son sauveur humain.

Une idylle que tout oppose dans un monde en proie à une guerre féroce qui voit grimper en puissance un maléfique Daoshi qui tire ses pouvoirs du sacrifice de bestioles rampantes. Vous l’aurez compris, entre les souvenirs de Blanca qui refont surface, l’apparition de sa mystérieuse soeur « Green Snake » et l’amour inéluctable envers Xuan, le film « White Snake » promet énormément !

« Des décors d’une grande beauté »

Visuellement tout d’abord, le long métrage de Amp Wong est une pure réussite avec un style bien à lui. Visages longilignes, séduisants et expressifs, décors d’une beauté envoûtante et poésie ambiante nous transportent littéralement dans l’aventure. Les séquences d’action sont également bluffantes grâce à une mise en scène de qualité et un côté « grandiose » dans les créatures et les destructions des décors. Bref, on en prend plein les yeux !

Sur le plan du scénario, si l’histoire se laisse suivre agréablement, on regrettera que l’idylle entre Xuan et Blanca démarre si vite. Du coup, elle nous apparaît un peu « télescopée » à la Disney, quand le Prince rencontre la Princesse et hop, on s’embrasse en trois minutes.

« Des combats épiques »

Bémol aussi sur le manque de background des deux grands méchants du récit, qui auraient bien mérités 10 minutes pour expliquer leurs motivations. Fort heureusement, le final tout bonnement sublime rattrape le tout et la scène post-crédit est intéressante au possible !

Vous l’aurez compris, on vous recommande plus que jamais d’aller voir White Snake au cinéma. Un spectacle poétique, rafraîchissant et original par rapport aux autres productions du genre !

La Bande-Annonce

Note N-Gamz Film : 4,5/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!