Review

Final Fantasy XIV : A Realm Reborn se dote d’un premier add-on à travers HeavenSward. S’il vous faut avoir terminé ou du moins largement entamé l’opus principal avant de vous atteler à cette extension, celle-ci vous offre un contenu copieux et une bonne durée de vie. Mais est-ce suffisant pour convaincre les joueurs de continuer à payer leur abonnement mensuel?

Continuons la saga

Un Chevalier Noir Ao Ra symbolisant la nouvelle race et l'un des deux nouveaux jobs de cette extension

Cela fait bientôt 30 ans que Final Fantasy est une licence phare dans le monde du jeu vidéo. Chaque gamer a déjà eu un jeu estampillé Final Fantasy (FF pour les intimes) entre les mains, toutes consoles confondues, et certains ont même grandi avec la saga. En 2010, FF XIV a débarqué sur PC et n’a pas reçu le succès attendu. Conscient des lacunes de son titre, Square Enix a décidé de le remanier de fond en comble pour le faire littéralement renaître par le sous-titre « A Realm Reborn » en 2013. L’engouement des joueurs PC est de la partie, et le soft en profite pour envahir les PlayStation 3 par la même occasion, avant de conquérir les PlayStation 4 quelques mois après la sortie de la next-gen de Sony. A l’heure actuelle, le MMORPG fait encore partie des jeux les plus joué à travers le monde malgré son abonnement mensuel obligatoire.

Aujourd’hui, Final Fantasy XIV : A Realm Reborn se dote de son tout premier add-on. Si de nombreuses mises à jour sont arrivées depuis la sortie du titre, c’est l’occasion cette fois de voir arriver une nouvelle histoire dans le même univers. Jouable uniquement si vous avez déjà terminé l’opus de base, l’extension vous mène à présent au nord-ouest d’Eorzéa où une guerre millénaire oppose les dragons de Dravania et les chevaliers d’Ishgard.

Nouveaux lieux, nouveaux jobs

Voyager à dos de dragon: un rêve désormais possible dans Heavensward!

Niveau gameplay, point de changement à l’horizon. Vous devez toujours jouer en équipe pour enchaîner quêtes et combats. Ici, neuf nouvelles zones vous attendent, toujours plus grandes les unes que les autres. C’est ainsi que vous pourrez parcourir la Mer de nuages et ses innombrables petites îles, ou encore l’avant-pays marécageux dravanien peuplé d’hostiles chocobos. Dans l’immensité de ces étendues, vous pourrez chevaucher des créatures ailées pour vous aider dans votre périple. Malheureusement, il n’est pour le moment pas possible de se servir de ces mêmes montures sur les terres de A Realm Reborn. A cela s’ajoutent huit nouveaux donjons jouables à quatre et dont les niveaux de difficulté varient, et des arènes inédites.

Mais qui dit nouveaux lieux, dit également nouveaux jobs. Parmi ceux-là, il y a celui de Chevalier Noir, qui dispose d’une épée à deux mains en guise d’arme de prédilection. Certes un peu plus lents que d’autres dans ses enchaînements, il possède en revanche une grande puissance et des pouvoirs occultes. L’Astromancien de son côté peut lancer des sorts de protection et de guérison, tandis que le Machiniste est un spécialiste des armes à feu et des engins mécaniques. Ces nouveaux jobs sont accessibles dès le niveau 30 et jusqu’au niveau 60 maximum.

En avant les nouveautés

Les anciennes classes ont récupéré de nouveaux coups destructeurs

Mais dans les rayons des nouveautés, on ne s’arrête pas là. Une nouvelle race fait également son apparition et se distingue par ses cornes arrondies. Il s’agit des Ao Ra. L’extension ajoute également deux nouveaux primordiaux, Ravana et Bismarck. Et tant qu’à faire, autant changer un petit peu la donne puisqu’on accueille un nouveau système de loot pour les récompenses en raid, sans oublier de nouvelles capacités et de nouvelles possibilités de craft.

Globalement, le jeu ne se voit pas radicalement transformé puisqu’il se profile exactement comme l’opus de base. En revanche, il porte bien son nom d’extension puisqu’il apporte du contenu nouveau et conséquent dans une toute nouvelle histoire. Et qu’on s’entende bien, si Heavensward nécessite d’avoir terminé A Realm Reborn, il s’agit bien d’un add-on qui permet de prolonger l’histoire et non d’un stand-alone qui aurait permis aux joueurs de jouer sans posséder le soft de départ. Reste donc qu’il faille avoir été ou être encore un joueur assidu de A Realm Reborn et bien sûr toujours s’acquitter de l’abonnement mensuel pour pouvoir prolonger son expérience de jeu.

Toujours aussi beau

Graphiquement, le jeu de Square Enix offre ce qui se fait de mieux pour un MMORPG. Splendide, tout simplement!

Pour le peu qu’on apprécie le design et l’univers de ce type de soft, Final Fantasy XIV en met plein la vue. Il n’atteint certes pas le réalisme du futur Final Fantasy XV, qui n’a d’ailleurs rien de comparable, mais il est à l’heure actuelle un des titre online qui frôle la perfection niveau technique. Après la quasi-débâcle de la toute première version sortie sur PC, le jeu a su être optimisé à chaque nouvelle mise à jour et conserve sa superbe dans cet add-on. On appréciera d’ailleurs les graphismes des nouveaux personnages et la superbe des paysages inédits.

Nul besoin de préciser que la musique de l’extension est aussi sublime que celle du jeu de base. Il faut dire que dans la saga Final Fantasy, on a toujours été gâté à ce niveau-là. Mettant l’accent tantôt sur l’émotion, tantôt sur des tonalités plus épiques pour accompagner les combats, les thèmes se marient à merveille avec cette aventure extraordinaire.

Doit-on conserver son abonnement ?

Si l’abonnement mensuel reste le plus gros bémol, il faut reconnaître que l’investissement vaut le coup face au contenu offert. C’était déjà le cas dans le jeu de base, mais l’extension Heavensward mérite vraiment de se lancer dans une aventure supplémentaire à dos de chocobo, ou maintenant de créatures ailées. Nouveaux jobs, nouveaux donjons, nouvelles possibilités, c’est une véritable nouvelle histoire que propose cet add-on pour donner suite à un premier voyage épique qui avait déjà été très plaisant. La rumeur annonce même qu’un nouveau raid devrait prochainement voir le jour, pour le plus grand plaisir des fans.

La bande-annonce

Réalisation: 19/20

Les MMORPG de Square Enix restent quand même parmi les plus réputés pour leur réalisation. Dans Heavensward, rien à redire, les images sont de toute beauté et si quelques légers bugs d’affichage font parfois leur apparition, ceux-là sont tout à fait pardonnables. Heavensward vous en met autant plein la vue que son grand frère A Realm Reborn, et si tant est que vous adhériez à l’univers, vous ne pouvez qu’être conquis.

Gameplay/Scénario: 19/20

Évidemment, peu de changements dans cet add-on au niveau de la prise en main en comparaison avec l’opus premier « A Realm Reborn ». Même si vous devez complètement avoir fini le premier opus pour vous attelez à cette extension, vous y découvrirez une toute nouvelle histoire passionnante sur fonds d’ajustements bien agréables du gameplay (loot, primordiaux, …) et de deux jobs très intéressants à maîtriser.

Bande-Son: 19/20

Evidemment, qui dit Square Enix et Final Fantasy, dit bande-son de très bonne qualité. L’accent est mis tantôt sur l’émotion, tantôt sur des tonalités plus épiques afin d’accompagner dignement les combats les plus périlleux, on se surprend même parfois à s’arrêter de jouer pour apprécier la musique pendant quelques instants.

Durée de vie: 19/20

Pour un add-on, on peut dire que la quantité est là. Nouveaux personnages, nouvelles quêtes, nouveaux lieux, et même la possibilité de chevaucher de nouvelles bestioles… Bref, Heavensward ne fait pas les choses à moitié et c’est un contenu conséquent et intéressant qui s’offre à nous pour un rapport qualité-prix des plus abordables. On reprochera en revanche l’obligation de l’abonnement mensuel qui pourra freiner les bourses les plus faibles sur la durée.

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Final Fantasy XIV : A Realm Reborn avait déjà connu un beau succès qui s’éternisait dans le temps, quels que soient les supports concernés. Avec Heavensward, c’est une histoire toute nouvelle qui prolonge la durée de vie du soft initial au travers de nouveaux lieux, avec de nouveaux personnages et quelques améliorations bien sympathiques. Rajoutant encore de nombreuses et longues heures de jeu, on ne peut qu’adhérer sur ce rapport qualité-prix d’une des meilleures extensions vidéoludiques à l’heure actuelle. En revanche, on reprochera peut-être l’abonnement mensuel toujours obligatoire.



About the Author

CerberusXV3
CerberusXV3
Un smartphone greffé dans la main gauche, une manette dans la droite, polyvalente, rebelle, débrouillarde, un poil geeky, tatouée, piercée, pas fataliste mais réaliste, n’aime pas les préjugés, addict au café et à la junk-food, bref : comme tout le monde, mais en pire.