Review

Vous avez toujours rêvé de jouer le héros dans ces fameux films de série Z qui voient d’immondes bestioles débarquer sur Terre ? Et bien je vous propose d’incarner l’un de ces soldats de l’extrême aux prises avec des fourmis géantes, des araignées mutantes et autres abominations à l’identité douteuse. Ça y est : vous voilà plongé dans l’univers de Earth Defense Force 2025.

EDF ? Ce n’est pas pour l’électricité ça ? 

La Force de Défense Terrestre au grand complet!

A la base, Earth Defense Force est le titre d’un shoot’em up développé par Jaleco en 1991 sur borne d’arcade, et sorti la même année sur Super Nintendo sous le titre de Super Earth Defense Force. Mais l’apanage des Forces de Défense Terriennes n’étant pas réservé à une seule société, Sandlot a repris quasiment la même dénomination, 16 ans après, pour nous sortir « en force » un EDF « 2017 » sur Xbox 360 puis plus tard sur Vita. C’est véritablement là que cette saga de TPS commence. En 2011, les fourmis tueuses redébarquent sur notre chère planète bleue par le biais de Earth Defense Force : Insect Armageddon cette fois sur Ps3 et 360 mais aussi sur PC. Bref, une franchise qui a su se faire quelques adeptes pour les raisons que nous allons évoquer plus bas, c’est un fait. Le jeu qui nous intéresse aujourd’hui, Earth Force Defense 2025, nous délivre la même recette que ses aînés: de l’insecte extraterrestre, du bourinage intensif et des passants hurlant de tout leur saoul !

Vous voilà donc propulsé dans un shooter à la troisième personne aux commandes d’un héros plutôt bien armé, dont vous aurez préalablement choisi la classe, chacune ayant ses spécificités et ses armes. Au sein d’une ville en plein chaos, à vous de traquer les grosses bébêtes au fil des stages qui s’ensuivront. Le scénario ? Et bien euh… comment dire… C’est une invasion et faut casser de l’extraterrestre sous OGM point barre !

Et pourquoi pas des bombes d’insecticides ?

Tout commence, comme dit plus haut, par un choix : quelle classe jouerez-vous pour affronter le stage que l’on vous propose ? Le Ranger est un soldat capable de se servir de véhicules et de méchas. A côté de ça, la jolie Wing Diver dispose d’ailes (enfin d’un jet pack féminisé quoi) mais d’une armure plus faible. L’Air Raider, lui, est la classe qui s’apparente le plus à celle du « soutien » et pourra, comme son nom l’indique, envoyer des aides aériennes. Enfin, le petit dernier, le Fencer, est un gros méchant qui pourra porter quatre armes plutôt que deux, disposera d’une armure plus résistante, mais aura forcément une vitesse de déplacement plus pataude et ne pourra emprunter aucun véhicule.

Seul ou à plusieurs, l'invasion alien ne devrait pas vous résister!

Vient ensuite, selon toute logique, le choix des armes, les couleurs de votre tenue (parce qu’on a le droit d’être fashion ET de se couvrir de slime mutagène en même temps) et c’est parti pour l’aventure, seul ou… à plusieurs. Le jeu permet en effet la coopération en duo via le split screen, mais aussi jusqu’à quatre en ligne ! Si le mode solo pourra vous ennuyer assez rapidement – puisque hormis tuer des créatures aux mensurations disproportionnées, des ovnis, j’en passe et des meilleurs, vous allez vite tourner en rond – autant dire qu’à plusieurs le soft devient vite fun et comparable à un film tel que Expendables. Comprenez par là que vous allez débrancher vos neurones et tout faire péter ! Vous trouverez, dans les cadavres de vos ennemis, de la santé, des armes et des armures. Classique. A chaque fin de stage, vous pourrez changer votre classe, votre équipement meurtrier, et augmenter la puissance de votre armure. Un très léger côté RPG donc (mais vraiment très, très léger… faudrait pas vous faire un claquage cérébral après avoir mis trop longtemps votre cerveau en pause).

Niveau level design, j’imagine assez bien la scène de brainstorming de maps chez Sandlot. Je pense qu’ils ont dû se dire autour d’un café « Tiens si on faisait des carrés avec des blocs d’immeubles façon New York. C’est facile à programmer ça ! ». En effet, hormis ces fameuses grandes rues qui mènent sur d’autres grandes rues, on ne trouve pas grand-chose à se mettre sous la dent pour pimenter les actions de vos protagonistes sur l’environnement. À moins d’avoir choisis la Wing Diver qui pourra survoler la ville et se poser sur les toits des bâtiments, autant le dire tout de suite, tout se ressemble.

Une réalisation à l’avenant des séries Z ?

Des boss gigantesques mais une réalisation et un level design calamiteux

La réalisation de Earth Defense Force 2025 n’est… absolument pas au point pour l’époque ! Certes, l’univers est destructible et on se fera un plaisir de tout faire péter, mais les bestioles sont toutes les mêmes, débarquent de nulle part, ne vous prendront jamais par surprise grâce aux énormes points rouges qui les localisent sur la map et le lissage 3D laisse clairement à désirer, avec son aliasing à outrance et des textures aux pixels aussi surdimensionnés que les diverses créatures que vous allez affronter. Après, certes, les graphismes ne font pas un jeu, j’en suis consciente mais il y a des limites.

Du côté du son, l’ambiance a de quoi rendre fou, et pas dans le bon sens ! Ainsi, si l’on comprend que les pauvres habitants soient traumatisés (par les textures ou par les monstres… Who knows ?), ils n’ont de cesse de hurler, hurler et encore hurler sur des tons monocordes. On aurait presque envie de les achever eux aussi ! Heureusement, les bruitages ne sont, quant à eux, pas si mauvais que ça, notamment au niveau des armes.

Bonjour, moi c’est Insectator !

Earth Defense Force 2025 n’est pas un mauvais jeu, mais ce n’est pas non plus le titre de l’année. Clairement en retard sur son temps d’un point de vue technique et proposant un gameplay répétitif à souhait, il vous faudra un maximum de volonté pour avoir envie de finir la totalité des stages (sans oublier les dlcs vous en rajoutant à foison). La patience sera de rigueur si vous ne voulez pas faire valdinguer votre manette dans l’écran pendant les temps de chargement ultra fréquents et surtout très longs. De plus, le prix de vente étant fixé à 40€, on ne peut pas véritablement conseiller le soft. Il en faut pour tous les goûts, certes, mais le massacre de monstruosités géantes laisse, à ce tarif, un goût amer en bouche. Reste un énorme défouloir, surtout à plusieurs, qui comblera vos soirées entre potes si vous ne souhaitez pas trop réfléchir.

La bande-annonce

Réalisation: 11/20

EDF 2025 possède des graphismes plus que moyens, un champ de visibilité réduit à sa plus simple expression, et quant aux textures… n’en parlons pas. Bref, pour un jeu PS3 sorti récemment, c’est plus que limite ! Heureusement que l’animation ne souffre pas de ralentissements.

Gameplay/Scénario: 12/20

Un TPS bourrin mais fun, entaché hélas par un level design qui se contente de maps aménagées de blocs d’immeubles (destructibles certes) et de longues rues rectilignes. Seul, le titre est ultra répétitif. A plusieurs, le fun fait vite son apparition de part le côté « Expendables » du titre. Le scénario, lui, est simpliste au possible, digne des meilleurs films de séries Z. Mais cette fois, la Terre, à défaut de se faire attaquer par une moussaka géante, est envahie par des insectes mutants ! Vous faites partie de l’élite capable de combattre ces envahisseurs grâce à 4 classes bien distinctes

Bande-Son: 09/20

Hormis les hurlements des habitants (et autant dire que vous aurez envie de vous mettre du côté des sales bestioles afin de les faire taire), et les divers bruitages liés aux armes, vous ne percevrez pas grand-chose d’autre. Je pense également qu’il est nécessaire de préciser que le jeu est en anglais.

Durée de vie: 14/20

Là où le soft marque des points, c’est qu’il comprend 85 stages (comptez entre 8 et 10 minutes pour en finir un), 5 niveaux de difficultés qui vous permettront de remettre ça, un mode offline, un mode online, des dlc rajoutant 25 stages, etc… mais aurez-vous réellement envie de faire durer… « CE » plaisir?

Note Globale N-Gamz.com: 12/20

Earth Defense Force 2025 est un bon défouloir certes, mais d’un point de vue performances techniques il est très loin derrière les derniers jeux sortis sur current-gen. En coopération avec un ami vous pourrez passer de bons moments, mais seul il deviendra vite rébarbatif et répétitif. Les diverses évolutions d’armes et de personnages apportent néanmoins leur petit plus et la durée de vie est assez conséquente si l’on accroche au style.



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !