Review

Dragons and Titans est l’un des nombreux MOBA qui ont vu le jour dernièrement. Mais avec tous les titres actuellement disponibles, difficile de se faire une petite place, d’autant que la part du lion est depuis longtemps déjà prise. Ce soft qui tente de tirer son épingle du jeu grâce à une campagne RPG a-t-il assez de potentiel pour souffler ses concurrents?

De Facebook à Steam, il n’y a qu’un pas

Choisissez bien votre mix Dragon/Arme, la victoire en dépend!

Dragons and Titans est le tout premier né de WyrmByte, studio créé par Scott Brown après la disparition de NetDevil. Le titree se veut révolutionnaire de par sa création, peu commune et son contenu de “double-jeu”. Créé à la base sur Facebook, il a réussi à obtenir une place sur la plate-forme vidéoludique Steam, ce qui, il faut bien reconnaître, n’est pas à la portée de tout le monde. De ce fait, une refonte des menus et du gameplay furent de mise et le résultat vaut le coup d’œil, c’est certain. De plus, le studio n’a pas seulement misé sur le côté MOBA, déjà connu sur le réseau social précité, mais y a ajouté une partie RPG histoire de se démarquer de ses principaux concurrents. Destiné à rester free-to-play, Dragons and Titans pourrait-il ouvrir une nouvelle voie aux MOBA actuels et futurs ? Pas si sûr.

Dans ce jeu, vous incarnez un chevalier dragon qui dispose d’un ensemble de montures et d’armes à choisir en début de partie. Sachez que ces choix sont extrêmement importants car de ces derniers dépendront vos sorts. Ainsi, le dragon de glace aura un souffle « ralentissant » en attaque basique et enverra des pics de glace comme tir secondaire alors que le dragon squelettique disposera quant à lui d’un souffle « drain de vie » et invoquera un tournoiement de piques autour de lui pour se protéger le reste du temps. L’arme choisie sera également le seul équipement de la partie. Les sorts qui y sont liés peuvent être offensifs comme défensifs, combler les faiblesses de votre dragon ou au contraire aller de pair avec ses compétences de base. Les combos possibles dragon/arme sont extrêmement variés et il faut vraiment toucher à tout pour trouver le bon équilibre. D’autant plus qu’il est possible d’améliorer ses armes à la forge à l’aide de gemmes trouvées ou achetées et de faire évoluer ses dragons dans leur antre pour qu’ils deviennent plus forts et plus rapides. Sans compter que plus on joue avec un reptile ou un équipement spécifique et plus celui-ci augmente son mastery level.

Un MOBA couplé à un RPG 

Les zones de trésor permettent de récupérer de l'énergie

Place aux quatre modes de jeu, à présent, dont trois purement multijoueurs tandis que le dernier s’apparente à un mode RPG-Campagne. Chacun vous proposera un didacticiel aussi simpliste que rapide. Le gameplay en pleine partie est identique quel que soit le mode choisi. On avance, on tire, et depuis une récente mise à jour, les mouvements peuvent se faire en cliquant à la souris tandis qu’un auto-lock vous aide à cibler vos adversaires, sans parler de la possibilité de paramétrer vos touches comme dans n’importe quel MOBA. Une fonctionnalité que le studio a très vite implanté à la demande de sa communauté, vu la grogne des joueurs quant à l’ancienne maniabilité (à base de clavier QWERTY). Vous pouvez combattre diverses créatures, dragons et constructions, en récoltant potion de vie, or et point d’expérience. L’or est même l’élément crucial d’une partie bien jouée. En le ramenant à votre base, votre trésor est converti en expérience, ce qui peut vous permettre de prendre très vite les devants et également d’en finir plus rapidement avec vos adversaires. En partie multi, et selon le mode choisi, la monnaie récoltée peut même vous permettre de déclencher des événements spéciaux, à votre avantage. Pour ce qui est de la montée de niveau, plus vous progressez, plus vous pouvez distribuer vos points de compétence: pour les attaques de votre dragon, son endurance (la régénération de ses points de vie et de son mana) ou les dégâts de votre arme.

De nombreux objectifs et succès sont implantés dans le soft

Explicitons un peu les modes multi à présent, à savoir le MOBA, l’ARAM et la capture de points. Dans le premier cas, chaque équipe a le titan de l’autre enfermé dans sa base. Le but est donc d’aller libérer son propre géant. Pour cela, il vous faudra franchir les lignes ennemies en détruisant les différentes tourelles et obélisques qui vous bloqueront le passage. N’essayez pas d’opter pour une autre approche en fonçant dans le tas : vous seriez ralenti par un flux magique, en plus de vous faire mitrailler de toutes parts. Plusieurs zones de trésor sont disposées sur la carte histoire de déposer tranquillement votre magot. Elles représentent également un endroit sûr pour celui qui rejoint l’une d’elles appartenant à son équipe. En effet, une fois à l’intérieur, un champ de force rend toute attaque contre le joueur et le chevaucheur de dragon regagne de la vie tout en déposant tranquillement ses ressources. A noter également que si l’or récolté est élevé, le Chaos du Titan se déclenche : un monstre tirant des lasers sur vos ennemis et soignant ses alliés à proximité est invoqué depuis votre base et traversera l’intégralité de la map pour venir libérer votre titan. A moins qu’il ne soit stoppé avant !

Tu l’ARAM-ène moins là! 

Le mode ARAM envoie des flèches géantes à travers tout l'écran

En ce qui concerne l’ARAM, le gameplay est un peu différent. Premièrement, vous ne choisissez pas votre dragon, mais seulement votre arme. Secondement, vous ne pourrez pas retourner dans votre base, et à ce titre, l’or ne peut donc pas être converti en expérience. Une seule ligne droite sur la map fait office de champ de bataille, l’affrontement est donc inévitable. Quelques tourelles bloqueront le passage, ainsi que les sbires et les dragonniers ennemis. De temps à autre, le chant d’une corne retentira, vous avertissant de l’envoi de trois flèches géantes balayant la zone et faisant d’assez gros dégâts. Enfin, en capture de points, il n’y a pas de ligne de tourelles. Cinq points au total sont à récupérer sur la map. Une fois une zone conquise, quatre tourelles apparaissent autour afin de la protéger. Il faudra alors les détruire pour récupérer la main. Il existe deux avantages au fait de contrôler ces points. Le premier: un transporteur apparaît dans votre base, vous permettant de vous téléporter rapidement vers une zone déjà sous votre contrôle. Le second vous permet juste d’affaiblir la protection entourant votre titan et donc de le libérer bien plus rapidement. A la fin de chaque partie multi, votre score s’affiche avec votre rang parmi les dix joueurs présents. Selon vos actions en jeu, vous pouvez remporter des succès steam, ce qui est très stimulant pour poursuivre. Plus vous réalisez d’exploits et plus vous gagnez des gemmes, l’argent du jeu, ce qui vous permettra d’acheter armes, dragons et runes par la suite.

Des menus retravaillés, mais toujours grevés d'un manque de paramétrage

Terminons ce petit tour d’horizon complet des modes de jeu par la campagne RPG. Elle est composée de trois actes, chacun réparti en 15 chapitres. Chaque fois que vous réussissez un stage dans l’un des chapitres, vous récupérez une étoile par challenge mené à terme. Il vous faudra finir les niveaux dans les trois modes de difficulté pour obtenir toutes les étoiles d’un chapitre. Si vous parvenez à finir un acte, vous remportez un dragon simple. Par contre, si vous parvenez à récupérer toutes les étoiles dans chaque chapitre de l’acte, c’est un dragon de niveau III que vous remportez! Car même s’ils évoluent, les dragons de haut niveau sont très difficiles à obtenir et il vous faudra beaucoup jouer pour parvenir à réaliser certaines évolutions. A moins que vous ne fassiez chauffer votre carte bleue ! Et là se situe l »un des soucis du soft: ayant pris naissance sur Facebook, le titre garde encore des traces du modèle économique que l’on y voit souvent. De fait, on rencontrera fréquemment la frustration de devoir mettre la main à la poche si l’on souhaite quelque chose (skins, dragons, armes, runes, éléments pour la forge,…) à moins d’être patient et d’économiser sagement ses gemmes comme dans d’autres modèles free-to-play (un poil moins exagérés tout de même). Sans parler du fait que deux des trois actes ne peuvent être débloqués qu’en mettant la main à la poche. Un gros point noir !

On ne s’entend plus!

Graphiquement, le soft est joli… si on le compare aux jeux web!

Pour un jeu originaire de Facebook et développé à présent sous Unity, il est clair que Dragons and Titans est un soft plutôt joli et très fluide… si on le compare aux titres web! Mais si on le met en face de qui se développe actuellement via Steam, on aurait souhaité plus de détails et de finesse dans la réalisation. Mention spéciale par contre pour le design des armes et des dragons, très originaux, ainsi que pour la lisibilité de l’action. Les menus ont même été améliorés depuis l’ancienne version web et des fonctionnalités ont été ajoutées afin de toucher davantage les gameurs.

Petit bémol niveau musical par contre, puisqu’il est impossible de régler le son ingame. Seule une simple case à cocher ou décocher nous permet d’activer ou non la musique et les bruitages du soft. Aucun équilibrage n’est prévu, ce qui est terriblement frustrant lorsque l’on veut profiter des musiques du jeu, qui sont plutôt sympathiques, alors que nous sommes dans un canal de discussion (TS ou mumble par exemple). De plus, si en multi les bruitages, la musique et l’ambiance sonore générale sont corrects, il manque à la campagne RPG quelque chose d’important: des doublages ! N’avoir qu’une suite de quêtes, quelques lignes de dialogues qui défilent et aucune voix casse vraiment l’immersion.

Un mix indigeste?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Dragons and Titans tente de jongler avec deux genres très prisés: le MOBA et le RPG. Bien que l’idée soit séduisante, beaucoup d’éléments font perdre de son intérêt au jeu. En particulier son modèle économique bien trop poussé vers la dépense. Ainsi, si l’on peut encore faire fi des diverses tentations pour booster ses dragons, le simple fait de ne pas pouvoir poursuivre la campagne RPG à moins d’acheter les DLC payants est honteux. On se contentera donc d’un MOBA free-to-play qui frôle presque le “pay-to-play”, en zappant complètement le côté RPG.

La bande-annonce

Réalisation: 11/20

Si la réalisation pourrait passer relativement bien au regard des jeux web, ça reste assez moyen pour un support Steam. Bien entendu les graphismes sont réussis, les animations ont chacune leur signature, mais face à la concurrence, ça ne fait clairement pas le poids. Je note toutefois la véritable originalité des dragons, des armes et de la map en mode MOBA.

Gameplay/Scénario: 14/20

Fini le personnage avec ses quatre sorts basiques, dont un ulti. On a enfin droit à une vraie personnalisation de nos pouvoirs grâce au combo dragon/arme. L’intérêt de ramasser l’or et de jouer avec les zones “camp” est  également très intéressant. Le scénario du côté RPG, par contre, souffre d’une trame vraiment peu accrocheuse. Peut-être se montre-t-elle plus intéressante par la suite, mais le seul acte jouable ne m’a pas convaincu de poursuivre sur les DLC payants.

Bande-Son: 13/20

Si les bruitages ne sont pas spécialement extraordinaires, la musique l’est beaucoup plus. On se croirait en pleine sélection de Dieux ou Champions (ça dépend à quoi vous jouez) tout au long de la partie. De l’épique, à petites doses bien sûr, mais vraiment sympathique. Gros bémol: l’impossibilité de paramétrer le volume.

Durée de vie: 12/20

Difficile de jauger la durée de vie de ce Dragons and Titans. Pour ce qui est du RPG, il est clair que quelques heures suffiront à terminer le premier acte. Il vous faudra bien plus de temps si vous tentez de remporter toutes les étoiles ou si vous poursuivez sur les DLC. Au niveau des parties multi, elles sont relativement courtes : 10 à 20 minutes suffisent en général. C’est en un certain sens, une bonne chose selon moi. On se pose bien moins de question du genre “Est-ce que j’ai le temps d’en faire une de plus?” et on enchaîne plus facilement les games, les équipiers et les tests dragons/armes.

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

Au final, Dragons and Titans ne devrait être joué qu’en MOBA. La partie RPG n’est pas réellement stimulante et ne permet au final que de débloquer quelques dragons. Le gameplay est, quant à lui, très original et les parties multi sont suffisamment courtes pour qu’on en redemande. Un jeu plaisant, mais qui ne fera hélas pas le poids face aux géants du milieu, notamment à cause de soucis sonores et d’un modèle « payant » qui aurait dû se faire plus discret.



About the Author

Avatar
Diad
Passionnée de jeux vidéo depuis l’enfance, j’ai grandi avec des titres comme Baldur’s Gate, Dungeon Keeper, Heroes of Magic and Might II ou encore Dune II, sans oublier les licences Pokémon, Zelda, Spyro ou Vandal Hearts sur consoles. Bien que je sois restée très attachée aux périodes retro, je joue également aux jeux plus récents. Mes genres préférés restent les RPG et plates-formes difficiles ainsi que ceux d’action et d’aventure. Plus un jeu demande de jugeote pour être fini et plus il me plaît. Assez garçonne sur mes choix de mangas je lis plutôt du shonen et seinen. Je ne dis pas non à quelques trillers/horreur et à certains « seinen girly » (Pandora Hearts par exemple). Je suis également une très grande fan d’Heroïc-fantasy au point où les œuvres de SF qui me plaisent sont pour le moins rares.