Review

Dans notre monde rationnel, la magie n’existe pas et les mutants ne sont que des chimères. Enfin c’est du moins ce que tout le monde croit. Mais si, par le plus grand des hasards, il existait des personnes possédant des pouvoirs inexplicables par la science ? Pour leur bien, elles devraient se cacher du monde et se placer sous la protection d’êtres bienveillants… c’est exactement ce que pense Ransom Riggs l’écrivain derrière l’intrigant « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers ». Un livre qui a connu un joli succès et dont Tim Burton rêvait de réaliser l’adaptation cinématographique. C’est aujourd’hui chose faite dans nos salles obscures pour le plus grand bonheur des fans… quoique.

"Jacob va découvrir un monde fantastique... et dangereux!"

« Jacob va découvrir un monde fantastique… et dangereux! »

Jacob (Asa Butterfield) écoute les histoires fantastiques de son grand-père Abraham depuis qu’il est tout petit. Ce dernier a d’ailleurs pris un malin plaisir à lui expliquer qu’il a grandi dans un pensionnat où vivent des personnes aux pouvoirs incroyables se cachant d’abominables monstres. Des histoires pour enfants, très certainement, et du haut de ses 16 ans, Jacob n’y croit plus. Pourtant, quand le vieil homme décède dans de mystérieuses circonstances, notre garçon va vite n’avoir qu’une seule idée en tête : retrouver ce pensionnat qui l’a tant fait rêver. Et si tout ceci n’était pas qu’un simple conte ?

En évitant un maximum de vous spoiler le film, je peux déjà vous assurer que sur le plan technique, les décors promis dans les teasers sont à la hauteur du talent de Tim Burton. Il y a un travail incroyable pour rendre crédibles et quasi réels ces fantastiques environnements dépeints dans le livre et cette Floride à la chaleur humide si caractéristique. Le tout est agrémenté d’effets spéciaux réalisés de façon impeccable pour se fondre le plus naturellement du monde dans les visuels, sans parler des pouvoirs clairement spectaculaires qui risquent bien de vous laisser bouche bée. Le hic, c’est la 3D qui ne se justifie pas vraiment ici car aucune scène marquante n’en fait réellement usage.

"Eva Green est excellente en Miss Pérégrine"

« Eva Green est excellente en Miss Pérégrine »

Vous l’aurez compris, graphiquement le film envoie du lourd… mais son histoire et ses personnages un peu moins. En effet, ceux-ci ont souffert du syndrome de la bande-annonce aguicheuse… un peu à la façon de Suicide Squad et de son Joker omniprésent dans les teasers vidéo, mais quasiment absent du long métrage. Ici, et sans en arriver à cet extrême, il faut bien avouer que la pub a été très forte, trop forte, ce qui a engendré une sacrée attente de la part des spectateurs.

De fait, certaines personnes se sont montrées déçues une fois la projection finie car elles espéraient voir ce qui transparaissait des trailers : quelque chose de plus fou et des personnages hauts en couleurs. Pour ces derniers, avouons-le, certains sont peu réussis, voire même carrément détestables. On vous rassure, cela ne ruine pas un film qui se tient bien de bout en bout et propose un scénario convenable, sans temps morts, sans compter qu’il est littéralement porté par la sublime Eva Green en parfaite Miss Peregrine et par l’incroyable Asa Butterfield (Jacob), dont on avait déjà pu apprécier le talent dans le mal-aimé et pourtant incroyable « Stratégie Ender ». Par contre, les musiques… sont un peu comme les acteurs : jolies mais pas ou peu marquantes pour une partie d’entre elles. Dommage.

"Effets spéciaux de qualité et patte gothique à la Burton au programme"

« Effets spéciaux de qualité et patte gothique à la Burton au programme »

Mais ce qui plaît avant tout dans ce Miss Peregrine, c’est incontestablement la patte « Burton », empreinte de gothique horrifique et de noirceur fantastique. Burton fait du Burton, c’est un fait, et autant dire que si vous n’aimez pas le style vous devez clairement éviter le film. Par contre si, comme pour nous, vous êtes fans du look inimitable de ses œuvres, alors vous serez véritablement transportés par son dernier bébé que je retournerai certainement voir une seconde fois (pas plus, on n’est pas non plus devant un film culte) tant j’ai passé un bon moment, mais autant vous prévenir : si vous avez lu le livre et souhaitez un respect de l’œuvre originelle, fuyez !

En effet, ce cher Tim a pris le bouquin pour simple base de travail histoire de se concocter un fil rouge mais beaucoup de choses ont été radicalement modifiées. Les puristes vont se faire une joie de le descendre sur les forums, on le sent. Bref, tout dépend de la catégorie de spectateurs où vous estimez vous situez : anti-Burton et fans du roman, ce Miss Peregrine n’est pas pour vous. Les autres, laissez-vous tenter, le voyage visuel vaut le détour !

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4/5 pour les fans de Burton non-puristes du livre et 2/5 pour les autres



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau

Dévoreur de livres, de séries ou de films, j’adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C’est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d’action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j’ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j’aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d’avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l’histoire de mon pseudo, elle est très simple: j’adore les chapeaux, tout simplement! J’espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j’éprouve à vous les rédiger!