N-Gamz.com
Jeux Vidéo, Manga, Ciné et Asian/Game Music. Une seule devise: Zéro Concessions!



Les news/Previews

2 août 2018
 

Spider-Man: Notre Preview PS4 Pro du meilleur jeu Spidey de tous les temps!

Jeudi dernier, nous avons été invité par Sony et AB Communication en plein coeur d’Amsterdam, à la découverte du très attendu Spider-Man sur PlayStation 4. Accueilli par les équipes d’Insomniac Games, nous avons pu nous adonner durant près de 3 heures à la version finale du soft et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous en avons pris plein les yeux! Accrochez-vous: ce Spider-Man là va rester gravé dans votre coeur de gamer fan de comics pour un long, très long moment, et pour une simple et bonne raison: manette en main, vous allez pour la toute première fois vous sentir véritablement dans la peau du Super Héros préféré de tous les geeks, comme si vous y étiez! Un fantasme devenu réalité? Place à notre preview complète pour le savoir!

« Un Peter Parker bien adulte et tiraillé par d’énormes responsabilités »

Enfin! Nous avons enfin pu poser nos mains sur le nouveau bébé d’Insomniac Games qui a surpris tout le monde lors de sa révélation à l’E3 2016, et surtout hypé les fans de Comics comme jamais. Il faut dire que l’on n’attendait pas ce studio de développement sur un jeu à licence « Super Héros », lui qui avait toujours pris soin de réaliser ses propres franchises comme Resistance, Spyro ou encore Ratchet & Clank. Si on avait du miser à l’époque, on aurait d’ailleurs parié sur Sucker Punch, les papas d’inFamous, pour réaliser un titre dédié au Tisseur.

Et pourtant, c’est bien Insomniac qui a décroché le gros lot et forcément toute la pression qui va avec, mais c’était voulu puisque les devs l’ont précisé de suite: on leur a donné le choix de prendre n’importe quel personnage de Marvel pour l’adapter sur PlayStation 4, et ils n’ont jamais imaginé un autre héros… que Spidey! C’est donc armé de leur puissant moteur de jeu, issu de Sunset Overdrive et perfectionné sur Ratchet & Clank, ainsi que de la furieuse envie de raconter une toute nouvelle histoire, que les petits gars se sont attaqués au titre que nous avons pu découvrir ce jeudi sur PlayStation 4 Pro, DualShock 4 en main.

« Mary Jane est… reporter au Daily Bugle! Une histoire inédite qu’on a hâte de découvrir »

Car oui, exit les adaptations de films ou de comics déjà connus, et place cette fois à un scénario créé de A à Z par Insomniac (avec l’aide de quelques personnes made in Marvel, of course). Un récit plus mâture que de coutume et qui nous présente surtout un Peter Parker… bien adulte! Adieu l’ado de 16 ans qui en pince pour Mary Jane, « bye » l’universitaire pris entre la réussite de son cursus et son petit boulot de photographe au Daily Bugle. Non, ici ce cher Peter est âgé de 23 ans et incarne Spider-Man depuis huit longues années. Il a un job en tant que laborantin pour un scientifique de renom et est au sommet de sa forme et de son art comme justicier de Manhattan.

Et pourtant, malgré sa relative sagesse et son expérience, notre héros est toujours tiraillé par ses démons intérieurs, entre sa volonté de sauver son prochain en tant que Tisseur, mais aussi son besoin de retourner à une vie plus calme et posée, comprenant que s’il aide les New-Yorkais paré de son costume rouge et bleu, il peut à contrario, grâce à la Science, aider l’Humanité toute entière!

« Une kyrielle de méchants emblématiques pour un Spidey pas si seul que ça »

Ajoutez à cela le retour d’une ribambelle de bad guys en plein coeur de Big Apple et un Norman Osborn devenu maire véreux de la ville, et vous comprendrez que notre cher Peter va avoir besoin de toute l’aide disponible pour remettre de l’ordre alentours, mais aussi dans sa vie privée: et ce même si ça doit passer par Miles Morales ou une réconciliation avec Mary Jane, devenue investigatrice au Daily Bugle (tiens, tiens), qu’il n’a plus vue depuis six mois.

Bref, l’histoire s’annonce plutôt épique avec une kyrielle d’ennemis emblématiques tels que Shocker, le Vautour, Mr. Negative ou encore… Kingpin! C’est d’ailleurs la mission de coffrer ce dernier que nous propose le jeu juste après avoir appuyé sur Start, nous offrant une cinématique de haute volée, réalisée avec le moteur du jeu, dans laquelle on peut voir notre Tisseur s’élancer entre les grattes-ciels avant que, sans transition aucune, le titre nous laisse le soin de diriger notre héros. Que le spectacle commence!

« Les déplacements en jets de toile sont fluides, rapides et… grisants! Assurément l’une des plus grosses réussites du jeu »

Et là, premier choc (en plus du visuel, mais nous y reviendrons): le gameplay lié aux jets de toiles pour se mouvoir avec style entre les grattes-ciels est tout bonnement… démentiel! En effet, Insomniac Games a opté pour trois mouvements différents. Tout d’abord, le jet simple en hauteur avec R2, offrant la possibilité de « s’élancer dans les airs » en fin de course avec un « croix » bien placé pour prendre de la vitesse. Mais vous pouvez aussi éviter le mouvement de balancier sur simple pression de la croix (oui,encore), ce qui vous fait lancer une toile droit devant vous pour vous propulser à toute vitesse en ligne droite.

Enfin, le top du « move classieux » réside sans doute dans le duo L2+R2 (le « Zip Web ») qui ralentit le temps et vous permet de cibler tout un tas de point d’attache pour vous y rendre d’un double jet de toile. Là encore il est possible de continuer sa course avec croix pour simplement se servir dudit point d’attache comme d’un tremplin. Bref, le mouvement est constant, la fluidité est de mise et les facultés acrobatiques de notre cher Peter sont brillamment mises en scène dans un seul but: vous faire ressentir le grisant vertige d’être dans la peau de l’Homme-Araignée, et bon sang que ça marche! C’est bien simple: une fois passée la demi-heure d’apprentissage nécessaire pour être vraiment à l’aise, c’est une véritable jouissance pour tout fan de comics de se balader de toile en toile entre les gratte-ciels de New-York. Oui, on peut le dire: avec ce jeu, VOUS devenez enfin… Spider-Man!

« Les combats sont nerveux et proposent une petite dose de stratégie pas déplaisante »

Une fois arrivé dans le repaire de Fisk, place aux séquences de combat qui font plutôt dans le « Batman Arkham » avec, en gros, une touche d’attaque et divers combos en fonction de votre position et de la durée de pression, une touche de saut, une touche de gadget, une esquive et un jet de toile, ainsi que la possibilité d’utiliser des éléments du décor comme arme (et ils sont nombreux) et un surpuissant Finish une fois une jauge de combos remplie. D’ailleurs cette jauge sert aussi à vous remettre de l’énergie, donc il faudra choisir entre terminer l’ennemi en beauté ou éviter de mourir faute de HP. Pas mal comme système car ça ajoute une petite dose de stratégie plus qu’agréable aux duels.

Les rixes sont donc plutôt nerveuses et assez ardues par moment, du coup la caméra a parfois un peu de mal à suivre et vous oblige à vous souvenir du placement des adversaires, mais au final les sensations sont bien au rendez-vous et on apprécie les nombreux mouvements à disposition, qui permettent de combattre autant au sol que dans les airs, d’effectuer des stealth kills ou même de prendre appui sur les murs pour percuter les ennemis.

« Une grande variété de costumes, de skills et de mouvements parfois bien badass »

De plus, Spidey va gagner des points d’expérience au fil des missions, ce qui lui octroiera des passages de niveaux et les points de compétence qui vont avec, à répartir pour acquérir de nouveaux pouvoirs et combos parmi trois arbres à skills distincts: Innovator pour l’infiltration, Defender pour l’esquive et Web Slinger pour la toile.

Tant qu’on parle customisation de personnages, on peut également indiquer que cette démo nous a montré comment Peter Parker a créé son nouveau costume, avec cette fameuse araignée blanche sur le torse, et nous a prouvé que chaque costume se joue radicalement différemment d’un autre, avec ses propres skills et stats, le titre devant compter pas moins de 24 combinaisons, rien que ça!

Bien entendu, histoire de densifier encore le gameplay, on aura accès à du craft de gadgets et autres améliorations avec pas moins de 6 ressources (des tokens) distincts, allant du Backpack Token qui vous demande de retrouver les vieux sacs à dos de Peter disséminés en ville, au Landmark token que vous récupérerez en prenant des photos de monuments emblématiques de New York, en passant par le Crime Token, le Research Token, le Base Token et enfin le Challenge Token.

« On apprend enfin le pourquoi de l’araignée blanche »

Mais revenons-en à l’action à proprement parler puisque l’ascension de la tour de Fisk va requérir un minimum de discrétion de votre part, vous permettant d’utiliser les bouches d’aérations pour vous faufiler par dessus les ennemis, tout en prenant soin de les prendre par surprise et les immobiliser en utilisant votre toile comme un grappin du haut de votre cachette. Tiens, mais ça fait sacrément penser à… Batman Arkham tout ça! Oui, encore. Décidément, avec le système de combat et les mécaniques d’infiltration, on sait où Rocksteady a été puiser son inspiration, mais vu que c’est fait avec talent, pourquoi bouder son plaisir.

Une fois déjoué les nombreux pièges que votre ennemi a dressé sur votre route et avoir sauvé des civils en proie aux flammes face à cet édifice qui se décompose littéralement sous l’assaut des hommes de main du bad guy, place à la confrontation finale à grands coups d’esquive et autres jets de toile, Fisk contrant systématiquement vos attaques physique basiques. A nouveau, un peu de stratégie dans un boss fight, ça ne fait pas de mal et ça reviendra très souvent tout au long du soft.

« Les poses acrobatiques du Tisseur sont criantes de vérité »

Enfin, passée cette première « quête principale » qui fait office de gros tutorial, à vous la liberté! Vous allez pouvoir explorer les 7 districts de Manhattan et vous rendre où bon vous semble dès le début, choisissant de filer vers votre prochain objectif principal ou, au contraire, de vous adonner à la recherche de nombreuses antennes radio dont il faudra pirater la fréquence pour faire apparaître les points d’intérêts alentours. Et oui, les tours de l’aigle d’Assassin’s Creed ont la dent dure… et c’est un petit bémol que nous émettrons concernant ce Spider-Man qui a vraiment trop tendance à recourir à cette phase de gameplay qui sent un peu le réchauffé et la redondance.

Mais là où le jeu fait très fort comparé aux autres softs estampillés Spidey, c’est qu’il a le bon goût de vous mettre aussi dans la peau de… Peter Parker! Vous allez ainsi contrôler le scientifique et résoudre diverses énigmes basées sur la logique pour booster votre costume, tout en récoltant des infos audio ou écrites sur l’univers imaginé par Insomniac. Alors bien sûr, tout cela se fait en environnement restreint (un labo, le refuge où Tante May aide les gens en détresse, …) et vous ne pourrez pas vous balader en plein Open World sans votre costume du Tisseur, mais ça diversifie agréablement le gameplay et surtout… cela nous rend notre héros plus humain, plus crédible!

« Visuellement, le titre est superbe en extérieur et propose un Open World vaste et bourré de vie. »

En effet, comme le disent si bien les devs que nous avons croisé durant l’événement: si Peter est si apprécié du public, c’est parce qu’on s’y identifie sans cesse. Il est ainsi tiraillé entre deux mondes, la vie classique et les Super Héros, et chaque fois qu’il progresse dans l’un, il recule dans l’autre. Autrement dit: à chaque fois que Spider-Man coince un méchant, il a un souci dans sa vie privée (il arrive en retard, il fait souffrir un ami) et inversement… et ça on le ressent à chaque instant dans le jeu! Excellent, tout simplement!

Maintenant qu’on vous a fait un topo complet du gameplay, place à la technique, et là autant dire qu’Insomniac Games a sorti l’artillerie lourde façon God of War! Ainsi, en plus d’offrir une musique totalement digne des films hollywoodiens, l’Open World ne souffre d’aucun souci d’affichage, jouit d’effets de lumière somptueux malgré l’absence d’un vrai cycle jour/nuit (il est imposé pour les besoins du scénario) et le fait de virevolter entre les buildings au soleil couchant, rasant le sol au point de pouvoir saluer les touristes avant de m’élancer d’un svelte mouvement de balancier vers les sommets, est sincèrement l’une des choses les plus jouissives qu’il m’ait été donné de faire dans ma vie de gamer, que ce soit visuellement ou en termes de feeling. Tout se goupille parfaitement niveau animation et point d’impacts avec le décor, tellement d’ailleurs qu’on a parfois l’impression de voir un film à gros budget dédié au Tisseur.

« Si le niveau de détail extérieur impressionne, il faut éviter de s’attarder sur les intérieurs « copiés-collés » des buildings »

Par contre, le jeu n’est pas exempt de défauts et le fait d’avoir pu y jouer trois heures non stop m’a permis de me balader, de nuit, pour admirer les fenêtres des nombreux buildings et y discerner les intérieurs, et là… c’est du copié-collé à foison, parfois sans aucun sens. Ainsi, on peut trouver sur un building tout un étage illuminé, avec un bureau par fenêtre, totalement identique à toutes les fenêtres voisines. Alors soit tout New-York a la même photo de chien et le même PC, soit il y a un petit souci.

Idem pour les quadruples salles de bains contiguës et communicantes, ou les quarante salons similaires sur le même étage. Ajoutez à cela une technique de programmation étrange sur les fenêtres d’angle (celle qui font le tour d’une arête de building), qui fait que vous visualisez, alors que vous êtes sur la même fenêtre, une toilette sur un angle, et un living room sur l’autre, et vous comprendrez qu’il ne faut trop investiguer sur les détails d’intérieur, d’autant que, contrairement aux rues de la ville qui fourmillent de NPC et autres voitures, les apparts sont eux… tous déserts!

« Un titre qui s’inspire beaucoup de Batman Arkham, mais qui le fait avec une sacrée classe »

Alors je sais ce que vous allez me dire: je pinaille car forcément, on ne joue pas à Spider-Man pour examiner les immeubles de près et dire coucou aux habitants, d’autant que vu la superficie de l’Open World, il était impossible de rendre chaque intérieur différent, mais quand même: un peu de vie et de variété dans tout ça aurait été sympathique. Et puis on constate aussi quelques soucis chez le placement des passants, puisque j’en ai trouvé un qui… flottait à 1 mètre du sol. Nul doute que tout ceci sera réglé avec un joli patch Day One.

Par contre, rien à redire sur les extérieurs, avec des façades bien différentes, des districts emblématiques, un superbe Central Park et même, fan service ultime: la tour des Avengers qu’il sera possible de gravir! Assurément le plus haut édifice de la ville, avec une chute libre vertigineuse que votre serviteur s’est fait un plaisir de « kiffer » jusqu’au dernier mètre avant le sol et un jet de toile salvateur pour passer entre le trafic nocturne! Rah, grisant!

« On ne « joue » pas Spider-Man, on « EST » Spider-Man! »

En conclusion, avec sa mise en scène détonante, son humour décapant, sa réalisation à toute épreuve et son gameplay très solide et varié, ce Spider-Man devrait combler tous les aficionados de l’Homme-Araignée et s’imposer dès les premières minutes comme le meilleur jeu dédié à Spidey dans le coeur des fans. C’est simple: on ne « joue » pas Spider-Man, on « EST » Spider-Man! Les détracteurs y verront sans doute un peu trop les mécaniques d’un Batman Arkham, mais quand on s’inspire d’un chef d’oeuvre et qu’on le fait avec classe, en condensant tous les bons éléments au sein d’une histoire inédite menée par un héros charismatique en diable, cela ne peut donner qu’un hit en puissance, et c’est précisément ce que ce Spider-Man devrait être à sa sortie le 7 septembre prochain, exclusivement sur PlayStation 4!

La Bande-Annonce

La Note Preview N-Gamz: 4,5/5

PS: La Note Preview N-Gamz symbolise le degré d’attente suscité à la rédaction après la découverte du jeu et non une cotation sur sa qualité finale. Elle ne représente donc aucunement une idée de la note qui sera attribuée à l’issue du test complet


About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!



 
Les dernières news!
 

 

Fallout 76: le jeu se prend une tôle dans les ventes! 82% de moins que Fallout 4 en U.K.! Mérité?

Alors que certaines compagnies parviennent à franchir le cap du fameux jeu service online ultra lucratif, à la manière d’Ubisoft avec son The Division ou d’Activision (via Bungie) avec son Destiny (le premier, pa...
by Neoanderson
0

 
 

Jump Force: Kenshin le Vagabond et Makoto Shishio rejoignent le casting! (Screens)

BANDAI NAMCO Entertainment Europe a annoncé, via le magazine V-Jump, l’ajout de deux nouveaux personnages à la liste de JUMP FORCE, son cross-over de baston ultime: Kenshin Himura et Makoto Shishio du manga emblématiqu...
by Neoanderson
0

 
 

Daija Arcade Stick: le stick arcade de Nacon et Kayane est disponible pour 200€!

BIGBEN INTERACTIVE, concepteur et distributeur d’accessoires pour joueurs, et la marque NACON, sont heureux d’annoncer la disponibilité du DAIJA Arcade Stick en Europe. Conçu en collaboration avec la joueuse professionnel...
by Neoanderson
0

 

 

V-Rally 4: Une date sur Switch et un premier DLC qui vient de sortir

Bigben et Kylotonn Racing Games sont heureux d’annoncer la sortie de V-Rally 4 sur Nintendo Switch le 13 décembre 2018 en Europe (aux États-Unis le 5 février 2019). Le premier DLC Supercharge Pack est dès maintenant dispo...
by Neoanderson
0

 
 

Darksiders 3: Fury vous détend en vidéo irl avec… sa danse du feu!

Histoire de fêter la sortie de Darksiders III programmée pour le 27 novembre prochain, THQ Nordic a décidé de s’offrir les services de l’artiste de bodypainting et créatrice de contenu Ruby True pour créer une...
by Neoanderson
0

 
 

League of Legends: Marvel va sortir des romans graphiques, dont un sur Ashe! Hypé?

Riot Games annonce aujourd’hui la signature d’un partenariat avec l’éditeur de renom Marvel Entertainment pour offrir aux fans et amateurs de comics tout l’univers de League of Legends en bandes dessinées et romans gr...
by Neoanderson
0

 

 

Fortnite: Pour les Golden Joystick Awards, c’est… le jeu de l’année! Vous êtes d’accord?

Les Golden Joystick Awards, de prestigieuses récompenses vidéoludiques sponsorisées par AMD, ont rendu leur verdict pour 2018, et on a eu une grosse surprise ici à la rédac en apprenant le nom du jeu de l’année. En ...
by Neoanderson
1

 
 

Diablo Eternal: le créateur de la saga Diablo clashe Blizzard! « Tout pour le fric! »

Clashé comme jamais (dixit Maître Gims) à la suite de son annonce en toute fin de conférence Blizzcon 2018, le Diablo Eternal Mobile de Blizzard bat tous les records de dislikes sur le net, et entraîne forcément nombre de...
by Neoanderson
0