Review

Si Knack premier du nom avait brillé pour deux choses, à savoir son statut de titre de lancement de la PlayStation 4 et celui de jeu d’action-plateforme le plus frustrant de la machine, sa suite entend bien corriger les errances de son aîné en cette période un peu plus calme en matière d’exclus Sony (hormis Uncharted: The Lost Legacy, en test complet ici). Avec Mark Cerny, l’architecte de la PS4 Pro, aux commandes du soft, on s’attendait à en prendre plein les mirettes, mais si l’habillage final de ce Knack 2 peut décevoir, son gameplay bien plus profond qu’escompté, son petit côté épique et son fun en coop nous font largement oublier l’échec de son grand frère. Explications en vidéo.

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Visuellement, Knack 2 offre des paysages plutôt riches, de très bons effets de lumière et de particules ainsi qu’un héros dont les modifications de statures via les centaines de petits artefacts composant son corps imposent le respect. Le souci vient surtout de deux choses: un gros manque de polish au niveau des cinématiques, comme si elles avaient été développées à part, bien avant les niveaux ingame, et surtout un charisme bancal pour Knack, à mille lieues d’un Crash Bandicoot ou d’un Jak, par exemple. Par contre, mention spéciale à la possibilité, sur PS4 Pro, d’opter pour un framerate bloqué à 30fps ou totalement variable en fonction de vos désidératas de résolution d’image.

Gameplay/Scénario: 16/20

C’était, avec les graphismes, sur ce point précis qu’il fallait faire un énorme effort par rapport à Knack premier du nom, et autant dire que le pari est gagné. Checkpoints bien plus rapprochés, absence de Game Over punitif, possibilité d’upgrade de Knack via des points d’expérience, des arbres de compétence et des gadgets qui poussent à visiter les niveaux, autant dire que le titre est bien plus riche que son aîné. A cela s’ajoute un système de combat nerveux à base d’esquive, de contre et de coups multiples, une gestion de la taille de Knack pour des phases de plateformes bien conçues façon « Crash Bandicoot » (ce n’est pas pour rien si Mark Cerny a bossé sur le tout premier opus de saga chez Naughty Dog) et un mode coopératif en local diablement jouissif, idéal pour obtenir un titre qui s’avère plaisant à parcourir de bout en bout, sans prises de tête, et possède même un petit « feeling » God of War dans ses mécaniques de jeu qui n’est pas pour nous déplaire. De son côté, le scénario est très agréable à suivre et un peu plus entraînant que son aîné. Du bon boulot.

Bande-Son: 17/20

Musiques hollywoodiennes pour donner un côté de grande aventure épique au soft, bruitages convaincants (on adore le bruit de décomposition/recomposition de Knack qui passe par la DualShock) et doublage français intégral de bonne facture, la bande-son de Knack 2 propose du grand spectacle auditif.

Durée de vie: 16/20

Comptez entre 8 à 10 heures pour voir le bout du jeu une première fois, sachant qu’il existe quatre modes de difficulté, un mode arène, un New Game + conservant vos upgrades et plusieurs coffres cachés dans chaque sous-niveau histoire de récupérer toutes les pièces de gadget de Knack, sans compter ses formes émeraude ou rubis notamment. Bref, la replay value est bien au rendez-vous.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

« Knack it on Heaven’s Door » pourrait être l’adage de ce Knack 2 tant le titre de Mark Cerny a voulu s’immiscer au paradis vidéoludique des softs d’action/plateforme en gommant une à une toutes les errances de son aîné malaimé, tout en nous offrant une profondeur de gameplay insoupçonnée pour un léger feeling God of War très plaisant dans certaines mécaniques de jeu. Si on déplorera le chara-design vraiment peu aguicheur du héros et la réalisation en dent de scie des cut-scenes, la nouvelle exclusivité made in Sony Japan propose un fun immédiat, une durée de vie convaincante, un mode coop’ jouissif et une jouabilité assez solide et évolutive pour que vous laissiez une seconde chance à ce Golem Next-Gen que l’on espère revoir dans un troisième volet qui pourrait faire mal, très mal!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!