Review

Ça y est! Stoic Studio nous montre enfin son Tactical-RPG tant attendu, j’ai nommé : The Banner Saga. Financé par Kickstarter, le soft dont la contribution des fans a explosé le budget nécessaire (un magnifique 700% d’apports supplémentaires!) avait de quoi attiser la ferveur des joueurs puisque son développeur compte dans ses rangs des anciens de chez Bioware (Baldur’s Gate, Neverwinter Nights, Dragon Age, Mass Effect… Je continue ?). Alors, l’attente des fans et leur investissement valait-il le détour ? Clairement oui !

Quand Kickstarter révèle de grands projets

Une histoire empreinte de peur et de désespoir

Il n’y a pas à dire, le financement participatif est un formidable outil d’avenir quand on sait le gérer. Et ça, les anciens membres de Bioware composant le studio Stoic l’ont clairement compris quand ils ont décidé de faire appel à Kickstarter pour financer leur projet intitulé : The Banner Saga. Avec plus de 20.000 contributeurs, on peut dire que la marge de manœuvre a largement dépassé les espérances de ses auteurs, offrant au titre les moyens de ses ambitions vidéoludiques ! Mais place à l’histoire de ce qui s’annonce d’ores et déjà comme un GRAND Tactical-RPG !

Le scénario de The Banner Saga nous plonge dans un monde nordique peuplé de vikings, dans lequel vous allez être amené à suivre les destins liés de deux camps disctincts. Sur ces plaines glaciaires où le soleil s’est figé au milieu du ciel, des créatures de pierre, les Dredges, se sont réveillées et se préparent à anéantir toute forme de vie sur leur chemin. Les humains vont donc se voir contraints de faire alliance avec les Varls, peuplade qui a déjà combattu les Dredges par le passé et qui possède des caractéristiques physiques uniques, notamment une longévité hors norme. Seul bémol, les relations entre ces derniers et l’Humanité ne sont pas vraiment au beau fixe. Et pour cause : aux yeux de ces êtres ancestraux, les Hommes sont bien trop immatures de par leur jeunesse, leur manque de connaissance et surtout leur absence de sagesse. Il faut avouer qu’un viking n’est pas souvent ce qu’il y a de plus calme, posé et réfléchi…

Un gameplay unique et complet

La gestion de votre caravane est totalement addictive

Le gameplay de The Banner Saga est divisé en deux parties : la première  s’apparente à une phase de gestion. En effet, vous allez devoir diriger une caravane d’individus avec tout ce que cela implique comme responsabilités. A vous donc de gérer le moral de vos troupes, ainsi que les vivres et surtout… la population ! Tous ces paramètres sont capitaux, puisque, par exemple, une population nombreuse et au moral assez bon vous offrira divers bonus lors des affrontements. Cependant, plus la population sera élevée, et plus les ressources nécessaires lors de chaque déplacement iront croissant, diminuant drastiquement vos vivres entre chaque étape ! Et oui, un viking ça mange beaucoup ! Plus important, lors de vos pérégrinations sur la carte du monde (pas de choix de destination hélas, le tout est très linéaire), beaucoup de choix vous seront demandés, comme d’enrôler plus de villageois, ce qui pourrait diminuer le moral de vos troupes guerrières qui ont cruellement besoin de soldats. Sans compter qu’au plus vous êtes, au plus la gestion prendra du temps et deviendra complexe. Paradoxalement, un groupe de villageois n’arrive jamais sans une grosse dose de vivre… Vous commencez à cerner toutes les subtiles nuances ? Et on ne vous parle même pas de l’effet de vos décisions qui impactent directement sur votre renommée, l’une des pièces maîtresse du gameplay, mais nous y reviendrons plus tard. Pour l’instant, place à la deuxième phase de jeu : les combats !

Les affrontements, parlons-en ! Les rixes se déroulent au tour par tour, alternant entre un ennemi et une unité alliée. A ce niveau, The Banner Saga conserve les codes de base du Tactical-RPG, à savoir un terrain divisé en damier sur lequel vous vous déplacez et choisissez vos actions. La nouveauté est apportée par une jauge d’armure et une autre de point de vie. En effet, le calcul des dommages infligés prend en compte beaucoup de valeurs. Ainsi, plus un ennemi aura d’armure, plus il vous sera difficile de lui infliger des dommages, alors que plus il aura de point de vie, plus il vous frappera fort. Il vous faudra donc gérer efficacement dégâts d’armure et dégâts de point de vie. Pour ce faire, chaque unité possède sa spécialité. Si certains de vos héros feront baisser très facilement les PV, peu importe la jauge d’armure, d’autres devront clairement entamer les protections de l’opposant avant d’espérer faire diminuer sa santé. Ajoutez à cela que chaque personnage a un nombre de cases attitré, les plus imposants en prenant plusieurs de par leur carrure, et vous obtenez un jeu ou la stratégie est probablement la chose la plus importante à maîtriser.

Les combats deviennent vite très tactiques

Autre élément du gameplay, vos unités ne gagnent pas d’expérience pour monter en niveau ! Non, au lieu de cela, pour augmenter les statistiques de vos troupes, il vous faudra faire un certain nombre de victimes au combat. Une fois le nombre de cadavres nécessaire atteint, vous devrez dépenser des points de renommée (récupérés, on le rappelle, en vous occupant en bon père de famille de votre petite caravane nomade) afin de pouvoir ajouter un niveau à l’unité souhaitée, et lui distribuer 3 points dans ses caractéristiques, à savoir : l’armure, l’attaque, les coups spéciaux, ou alors la vie. Autant dire que les possibilités de personnalisation sont nombreuses. Enfin, la renommée vous servira aussi de monnaie d’échange pour acquérir des items qui augmenteront vos stats une fois équipés. Une mauvaise gestion de votre peuplade et c’est la défaite assurée sur le champ de bataille en quelque sorte ! Un régal de gestion/stratégie/rpg !

Une réalisation de haute volée

En ce qui concerne les graphismes, The Banner Saga est probablement ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle pour du RPG Tactique 2D. Les environnements magnifiques semblent tout droit sortis de fresques peintes à la main. Les séquence animées sont à couper le souffle et bénéficient d’une animation travaillée, sans parler des effets spéciaux sur certains coups (même si cela manque parfois un peu d’originalité). Bref, visuellement le jeu est une expérience sublime, à ne surtout pas rater pour qui se dit amateur d’œuvres d’art vidéoludiques !

Une réalisation 2D et un chara design somptueux!

Côté B.O., on reste dans le haut de gamme avec des thèmes qui sentent bon l’épique, même si les nappes sonores sont parfois trop peu présentes malheureusement. La flûte légère laisse place à des tambours frénétiques lorsque l’intensité de l’action grimpe en flèche, et le tout soutient une narration magnifique. Hélas, la voix off est trop absente, et hormis cette dernière, vous allez vite vous retrouver plongé devant d’énormes lignes de texte sans fond sonore. C’est clairement dommage, d’autant plus que les airs musicaux sont absolument magiques pour les oreilles.

Financement mérité ?

Au final, The Banner Saga est clairement un Tactical-RPG unique, mêlant efficacement stratégie et gestion. Gros bémol, le jeu est complètement linéaire, avec une caravane qui avance toute seule, malgré des rencontres aléatoire qui vous proposeront bien souvent un choix déterminant pour vos futures batailles. Ajoutez à cette linéarité une musique trop peu présente, et vous aurez les deux seuls points négatifs du titre de Stoic Studio. Vous comprendrez donc aisément que tout le reste est totalement envoûtant, et surtout visuellement incroyable à regarder pour ce qui est d’ores et déjà l’un des plus beaux jeux 2D du marché, et l’un des plus addictifs ! Sans parler d’un scénario mature qui fait la part belle à la détresse humaine et émotionnelle, nous enterrant très souvent dans une tristesse où les coups durs défilent à la chaîne… et pourtant, le soft nous pousse sans cesse à aller plus loin, à surpasser ces épreuves. The Banner Saga : une vraie leçon de vie dans un écrin de toute beauté !

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Un seul mot revient en permanence à l’esprit quand on contemple The Banner Saga: magnifique ! Les décors font penser à une grande toile majestueuse devant laquelle on s’arrête parfois tout simplement pour profiter de la finesse des détails. Le jeu est lumineux, guerrier, onirique par moment, bref, l’ambiance visuelle est là et les combats sont dynamiques grâce à une animation sans faille. Que du bonheur en somme.

Gameplay/Scénario: 19/20

Amateurs de stratégie, le titre de Stoic est fait pour vous ! Il faudra réfléchir sans relâche pour mettre au point une tactique efficace au combat, maîtriser vos unités pour faire le plus de dégâts possibles, le tout en gérant votre caravane et en pesant obligatoirement le pour et le contre lors de chacun de vos choix. Ajoutez à cela un scénario dans lequel le désespoir et la moindre petite erreur de décision vous prennent aux tripes, et où chacune de vos actions finira par vous revenir en pleine face, et vous obtiendrez un must-have, tout simplement. Attention, english only cependant.

Bande-Son: 18/20

Bien que trop peu présente, chaque musique de The Banner Saga colle parfaitement à l’ambiance. On appréciera les bruitages lors des longs moments d’errance, et on sera agréablement surpris par des airs de flûte enjoués, tandis qu’on tressaillira lorsque les tambours se feront entendre et signaleront au joueur qu’une catastrophe est en approche.

Durée de vie: 16/20

Comptez une dizaine d’heures pour terminer The Banner Saga, et sachez d’ores et déjà que vous ne ressortirez pas indemne de cette expérience. The Banner Saga vous transportera et vous touchera au plus profond de vous-même, tant le désespoir de la caravane dont la survie est liée à vos choix vous marquera à vif. Alors oui, la durée de vie peut sembler un peu courte, mais l’expérience est fascinante et magique.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Une fois de plus, Kickstarter a permis la création d’une oeuvre magnifique et envoûtante. The Banner Saga est un jeu unique en son genre, un Tactival-RPG qui saura vous émouvoir comme il se doit, et s’inscrira de façon indélébile dans votre âme de gamer. Le tout est servi par une réalisation sans faille, malgré des thèmes musicaux épiques mais un peu trop en retrait. Le titre de Stoic Studio s’inscrit donc à coup sûr dans la liste des softs incontournables, à condition de savoir manier la langue de Shakespeare comme il se doit.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Eneara
Eneara
Eneara, collectionneur et passionné de jeux vidéo depuis pas mal d'années. Amateur de cinéma, de lecture et de jeux de plateau, je suis aussi très attiré par tout ce qui touche au retrogaming. J'aime les jeux à scénario, l'action, et parfois me faire peur devant un bon petit jeu bien flippant. Facebook: Aurélien Eneara Ulsas