Review

Tekken, la saga de baston phare de l’ère PlayStation 1 et 2, nous revient dans un second épisode de son spin-off par équipe : Tag Tournament. Sobrement baptisé Tekken Tag Tournament 2 (vous vous attendiez à quoi ? XD), le titre de NamcoBandai compte bien ravir le haut du pavé aux Dead or Alive, Soul Calibur 5 et Street Fighter 4. Mais n’est pas combattant d’élite qui veut…

Le King of Iron Fist version guerre des familles

Plus de cinquante combattants prennent part au soft!

Depuis le début, l’histoire de Tekken mêle tournoi d’arts martiaux et querelle familiale sanguinaire. Les Mishima se déchirent dans une lutte sans merci pour prendre le contrôle de la multi-nationale Zaïbatsu. Après avoir tué Heihachi, son père, le ténébreux Kazuya se voit détrôner par son fils illégitime, Jin Kazama, qui se fait exploser la figure par le grand-père pas vraiment mort jusqu’à ce que notre jeunot se transforme en démon, etc… etc… Au milieu de tout ça, le King of Iron Fist Tournament est organisé dans le but de trouver le combattant ultime, celui qui sera à même de mettre tout le monde d’accord et d’arrêter les combats.

Il faut croire qu’au bout de 7 épisodes (6 officiels et un spin-off), nous n’avons toujours pas mis la main sur ce messie, Neo étant aux abonnés absents et Chuck Norris ayant piscine pile poil ce jour-là. Du coup, nous voilà reparti pour se latter joyeusement la tronche, seul ou à plusieurs, afin d’accéder au combat final contre la mère de…Jin Kazama, quand on vous disait que tout était une histoire de famille. Personnellement, je serai curieux de voir la tête de l’épouse d’Heihachi, à moins qu’il ne soit marié à Ogre, ce qui expliquerait pourquoi il a enfanté des générations pareilles de fous furieux^^.

Une pléthore de combattants

Le tag system offre des combos en duo dévastateurs

On ne peut clairement pas dire que ce Tekken Tag Tournament 2 (TTT2) soit avare en contenu, loin de là ! Avec pas moins d’une cinquantaine de combattants issus de toute la saga (il ne manque que Gon le dinosaure), qui disposent chacun d’une fin propre en images de synthèse en mode histoire, il y a de quoi passer un sacré bout de temps sur le soft. Les modes de jeu sont également à la fête avec les classiques Arcade, Versus et Training, mais aussi des défis chronométrés, un mode online ultra jouissif, complet (le Tekken World) et bourré d’amateurs de bourre-pifs, et aussi un menu de personnalisation de votre fighter avec des tonnes d’accessoires (lunettes de soleil, tenues additionnelles, chapeaux, …) à acheter via de l’argent virtuel récolté au fil des rixes. Enfin, le désormais classique « mode ajouté », qui nous avait auparavant convié à du beach volley ou du beat’em all, vous met cette fois dans la peau d’un bots qui doit apprendre toutes les techniques adverses. Un gros tutorial déguisé, mâtiné de cut-scènes un peu cheap façon BD. Déception sur ce point.

En termes de gameplay, on a affaire à de la baston en 3D, avec possibilité d’esquives latérales et de courses vers l’adversaire. Les coups sont basés sur des combos pieds et poings gauche/droit. Comme à son accoutumée, Tekken fait la part belle au juggle air combo, à savoir qu’il est possible, moyennant entraînement, de littéralement faire décoller l’adversaire du sol pour ne plus le laisser retomber. Le combat en équipe n’est pas obligatoire. Si vous optez pour un seul personnage au lieu de deux, votre jauge de vie sera plus conséquente. Par contre, en team, vous pourrez alterner d’une simple pression de bouton entre vos deux protagonistes pour des enchaînements meurtriers. En sachant que celui qui est sur le banc récupère son énergie et qu’il entre en mode rage (dégâts plus importants) si son compagnon en plein combat est sur le point de trépasser, vous comprenez que les joutes sont plus stratégiques qu’il n’y paraît.

Mes yeux, mes yeux !!!

L'aliasing et le scintillement sont tout bonnement horripilants

Au vu de ce qui précède, vous avez l’impression que ce TTT2 ade bons gros arguments pour prétendre au titre de roi de la baston, et on vous comprend, mais il y a hélas un énorme souci qui grève le soft dans son intégralité : les graphismes ! C’est bien simple, rarement jeu n’aura été aussi aliasé sur consoles next gen. Ca scintille de partout, les effets d’escaliers sont omniprésents et les gros plans sur les persos n’aident certainement pas à arranger les choses. De plus, les décors sont ultra simplistes dans leur modélisation. Pou rêtre honnête : sur de longues sessions de jeu, vous avez intérêt à avoir vos gouttes de collyre avec vous si vous souhaitez pouvoir vous en sortir indemne…

Vous comprendrez aisément ma déception face à cette débâcle graphique, d’autant que le reste de la réalisation est plutôt bon. Animation sans faille, aucun lag en online, musiques typées techno et effets spéciaux travaillés comme dans le dernier stage, où votre combattant se recouvre de boue maléfique au fur et à mesure de ses chutes. Que du bon boulot ! Du coup, le soft laisse un goût d’amertume certain en bouche, conscient du potentiel du titre gâché par des graphismes mal calibrés.

On est passé tout près de l’exploit

Des décors variés, mais pauvres graphiquement

Riche, fun, intéressant et disposant de fonctionnalités online finement ciselées, Tekken Tag Tournament 2 sentait bon le hit en puissance. Hélas, l’aliasing et le scintillement omniprésents vrillent les yeux au bout d’une heure, ôtant par là-même une grande partie de la joie des affrontements. Si vous savez passer outre ou êtes prêts à sacrifier vos yeux sur l’autel du Tournoi du Poing D’Acier, le soft est fait pour vous. Autrement, il faudra attendre un hypothétique Tekken 7 qui corrigera enfin la donne mais aura la bonne idée d’incorporer autant de richesse tactique en duo que ce Tag Tournament qui avait tout pour réussir…

 

Le Video-Test

Réalisation: 10/20

Animation impeccable, pas de lag en online, menus clairs, personnages finement modélisés, tout aurait dû être parfait dans ce TTT2…Hélas, l’aliasing et le scintillement tout bonnement honteux pour de la next gen, de même que la grossièreté des arrières plans et des éléments du décors, fait basculer le titre dans les limbes de l’acceptable.

Gameplay/Scénario: 16/20

Avec un tag battle dont les mécaniques sont bien plus stratégiques que ce que l’on pense au premier abord et une personnalisation poussée des combattants, le soft assure largement sa part du marché en terme de plaisir de jeu. Les juggle air pleuvent et les passages de relais dans l’équipe donnent l’occasion d’assister à de véritables chorégraphies meurtrières. Niveau scénario, chaque personnage à sa cinématique de fin, de quoi développer 50 histoires alternatives pour le futur Tekken 7.

Bande-Son: 15/20

Orientée techno, la bande-son colle bien aux affrontements. Les bruitages font dans le classique mais efficace, et certaines pistes sonores vous réservent parfois de jolies surprises.

Durée de vie: 18/20

Avec ses cinquante personnages à maîtriser, ces centaines d’objets de personnalisation, ces costumes alternatifs à foison et un mode online aux petits oignons, TTT 2 est à ce jour le jeu de baston le plus complet sur next gen. Et pour ne rien gâcher, même en Easy, le soft se paie le luxe d’être très corsé en mode histoire.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

On attendait un hit interplanétaire, on se retrouve au final avec un titre pavé de bonnes intentions, disposant d’un système de combat travaillé, d’une pléthore de personnages et d’un mode online ultra jouissif, mais qui se voit hélas contraint à un aliasing et un scintillement d’un autre âge. Une note sanction, certes, en espérant qu’un tel potentiel gâché n’arrive plus jamais. En attendant, Tekken Tag Tournament 2 n’en demeure pas moins un bon jeu de baston, auquel il manque juste une réalisation graphique digne de ce nom pour atteindre les sommets.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!