Review

Le rogue-like ça vous cause ? Mais si, vous savez, le genre de jeu qui vous promet une mort certaine et vous amènera à tout recommencer depuis le début, encore et encore ? Si le sadisme c’est votre dada, Necropolis est sorti Steam et vous propose de passer l’arme à gauche, certes, mais entre amis cette fois. Sympa? Pas vraiment en fait!

La cité des morts vous ouvre ses portes

"Une nécropole et ses dix étages vous attendent! La raison? Aucune!"

« Une nécropole et ses dix étages vous attendent! La raison? Aucune! »

Développé par Harebrained Schemes, à qui l’on doit les excellents remakes de Shadowrun, et édité par le même studio accompagné de Bandai Namco, Necropolis vous emmène dans les tréfonds d’une… nécropole (vous ne l’aviez pas vu venir, hein) plutôt bien gardée. Rogue-like oblige, la mort ne vous y fera pas de cadeau et vous imposera de repartir à zéro à chaque essai infructueux.

Niveau scénario, j’aimerai vous évoquer l’histoire d’aventuriers cherchant à récupérer l’amour de leur vie, passée de vie à trépas, ou encore en proie à une sombre affaire de vengeance contre la mort elle-même, ou même une quête dans laquelle votre bravoure sera mise à rude épreuve afin d’atteindre un but honorable… mais je suis navrée: il n’y a strictement pas d’histoire magique à vous raconter. Je cherche encore désespérément le récit que les développeurs ont cherché à mettre en place dans Necropolis.

Mais…mais…c’est vide… 

"Si les persos épurés ont un certain style, les décors sont horriblement vides"

« Si les persos épurés ont un certain style, les décors sont horriblement vides »

Autant le design des personnages que l’on contrôle ou encore celui des ennemis rencontrés est certes particulier, mais vraiment très bien travaillé, épuré et charmant, autant l’univers dans lequel on évolue est pauvre et… bon ok, juste pauvre en fait! Pas d’effets de lumière, pas de jeux de textures, tout au plus change-t-on de tenue de temps en temps histoire d’apporter un peu de nouveauté visuelle, ce qui ne sauvera malheureusement pas les meubles, d’autant que le bestiaire n’est pas diversifié pour un sou (grosso modo, 10 monstres qui reviennent en permanence. Peu importe les niveaux…).

La bande-son, quant à elle, est aussi avare que la réalisation. L’ambiance sonore est tellement faible qu’elle est presque inexistante, hormis la voix d’un narrateur qui va se foutre gentiment de la tronche du joueur lors de sa mort. Bref, cela ne va pas chercher bien loin.

La mort, votre meilleure amie ? 

"En solo, la mort vous tendra souvent les bras... mais l'ennui aussi"

« En solo, la mort vous tendra souvent les bras… mais l’ennui aussi »

Le gameplay de Necropolis est simpliste : frapper, sauter, se protéger. S’ajoute à cela, un équipement qui se modifie grâce aux objets que l’on récupère sur les ennemis occis et de l’artisanat (très basique) qui permet de se sortir de mauvaises situations grâce à des recettes de nourritures, de potions… Par contre, si tout ceci est en effet minimaliste, la prise en main est franchement très mal optimisée au combo clavier/souris. A la manette, cela s’avère un peu plus jouable sans pour autant être la panacée.

En solo, la difficulté est de la partie, c’est un fait. Hélas, à partir de deux joueurs, autant dire que le challenge n’est plus présent. On meurt ainsi plus souvent à cause des coups de nos alliés que des attaques de nos ennemis. Je n’ose imaginer l’anarchie qui doit régner à quatre en coopération ! Bref, les niveaux passent et se ressemblent tous sans ajouter une once de fun, de compétition ou simplement de défi.

La nécropole de l’ennui

Necropolis : A Diabolical Dungeon Delve donne une impression de « fait à moitié » : l’ambiance graphique aurait pu être excellente avec son style propre, mais non… tout est vide et tout se ressemble. La difficulté aurait pu augmenter selon le nombre de joueurs, rendant les choses plus équilibrées… mais non, laissons les solotistes en chier et les gamers en coop oublier la notion de Rogue-Like. Si on rajoute à cela une durée de vie vraiment ultra short, sans aucune envie de relancer des parties à l’infini, le tout pour un prix plutôt élevé, autant dire que la déception prend vite l’avantage dans nos petits cœurs d’aventuriers.

La Bande-Annonce

Réalisation: 11/20

On aurait pu avoir un soft proposant une réelle identité visuelle et il faut bien avouer que dès les premières minutes, on est conquis par le look si atypique des héros au sein d’un univers épuré mais qui semble être travaillé. Et puis… c’est le drame ! On avance de niveau en niveau en comprenant rapidement que rien ne va changer, que l’on va continuer à errer dans des salles gigantesque et désespérément vides, sans effets de lumières, sans changement de design… à croiser encore et toujours les mêmes monstres peu inspirés.

Gameplay/Scénario: 11/20

Le scénario est… inexistant. J’ai beau chercher, je ne l’ai pas trouvé, ou alors il était hyper bien caché… ou peut-être est-il si subtil que je suis passée à côté. Quant au gameplay, il est basique au possible mais a le mérite de proposer de la coopération. Par contre, si vous n’avez pas de manette, vous allez vite hurler tant la gestion de la vue est hasardeuse et difficilement gérable.

Bande-Son: 08/20

Tellement discrète que l’on passe à côté tout simplement.

Durée de vie: 07/20

Selon votre habileté, comptez entre 3 et 4 heures de jeu. Malheureusement ce ne sont pas des heures fabuleuses. On est dans la répétition, pas de nouveaux ennemis, pas de décors mirifiques, pas d’histoire… ça fait cher l’expérience à à 28 Euros, non?

Note Globale N-Gamz.com: 09/20

J’aurais adoré que Necropolis : A Diabolical Dungeon Delve, soit actuellement en accès anticipé. Le développement serait en cours, le soft aurait tout un tas de façon de revenir dans la course et de corriger ses erreurs. Hélas non, on a bien affaire à un jeu fini, et qui coûte 28€ pour une durée de vie vraiment short loin de l’expérience fabuleuse promise. Juste une répétition de… vides en fait. 



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !