Review

Dungeon Keeper a bercé la jeunesse de certains d’entre nous et nous a fait comprendre que passer du côté obscur de la force pouvait être aussi jouissif, si ce n’est plus, que de rester sur un alignement loyal/bon. Hélas, la licence nous a également enseigné la rudesse de la vie quand nous avons appris… qu’elle ne reviendrait plus jamais! Heureusement, entre les War for the Overworld et la saga Dungeons, on pourrait se dire que la relève est assurée. Aussi nous sommes-nous rués sur Dungeons 3 histoire de jouer de la baffe sur nos serviteurs pour vous dire si ce nouveau volet vaut la nostalgie des douces années Bullfrog.

J’ai la main qui me démange !

« La superbe Thalya, qu’il va falloir rallier à votre… méchanceté! »

Dungeons 3 est sorti sur Steam et consoles Next-Gen le 13 Octobre dernier afin de nous proposer un nouveau soft de gestion/stratégie en temps réel dans lequel vous êtes du côté des méchants. Votre but? Annihiler toute trace de bonté de la planète! C’est Realmforge Studios qui nous revient pour ce troisième opus avec en édition Kalypso Media Digital, déjà présent sur les deux premiers soft de cette désormais trilogie, mais que l’on retrouve aussi à l’oeuvre sur la licence Tropico.

Dans Dungeons 3, adieu les stéréotypes de l’incarnation des gentils devant vaincre les forces maléfiques pour sauver le monde, nous jouons ici le mal absolu au travers d’une main gantée de métal pour rouster méchamment les supers héros « héroïco-fantaisistes » en tous genres. Nous allons ainsi jeter notre dévolu sur une jeune et jolie elfe noire du nom de Thalya, laquelle a bien du mal à gérer son côté sombre. A nous de distiller un poil de folie dans son esprit afin de la rallier à notre cause bien plus marrante que celle de son papounet adoptif, le paladin Tanos!

On prend les mêmes et on recommence

« L’interface est clairement bancale et les phases de STR répétitives »

20 missions vous attendent dans le mode campagne du soft, il va donc falloir se retrousser les manches afin de se lancer dans la construction de donjons monstrueusement bien pensés. Pour nous aider dans cette tâche, les développeurs ont ajouté de nouvelles salles, de nouveaux pièges afin de proposer aux joueurs toujours plus d’options gores et jouissives, ainsi qu’une gestion plus profonde et aboutie. Autant dire qu’ils ont écouté le feedback des gamers sur le second opus et et il est plaisant de constater que les améliorations mises en place sonnent juste.

Hélas, si les aficionados du genre prendront très rapidement le soft en main, les débutants risquent par contre clairement de galérer ! L’interface est en effet très complexe, voire même déroutante par moments. La partie STR, quant à elle, se retrouve nettement plus simplifiée, principalement par un sort overcheaté, faisant prendre au jeu une tournure ultra répétitive. On oublie les affrontements épiques versus les maîtres adversaires puisque ici, il suffira simplement de faire péter l’entrée du donjon, les combats ne relevant pas franchement de la difficulté hardcore une fois l’équilibrage de vos troupes bien géré. Pour tout vous dire, vous n’aurez besoin que d’un clic pour les envoyer poutrer les forces ennemies, prendre votre pop-corn et regarder le spectacle.

Un joli monde à anéantir

« Le côté cartoon est très réussi »

Dans un univers cartoonesque coloré et léché, on prend son pied visuellement avec Dungeons 3 si on est amateur de cet esprit esthétique. Le level design est généralement bien pensé même s’il est dommage d’avoir perdu l’intérêt de l’exploration souterraine et de la démolition pure et simple des donjons ennemis. Les jeux de couleurs s’avèrent savamment choisis et il en va de même pour les effets spéciaux en combats. Un design soigné, abouti et dénué de bugs donc. On prendra juste une baffe, mais pas dans le bon sens du terme cette fois-ci, avec l’interface chaotique. Un conseil : habituez vous rapidement aux raccourcis clavier!

La bande-son, de son côté, est de bonne qualité. Le doublage français se montre pas mal du tout mais les connaisseurs apprécieront surtout la présence de Kevan Brighting, dont on connait le travail vocal magistral grâce à The Stanley Parable, au casting anglophone. Malgré des clins d’œil monstrueux à la culture geek, on a parfois envie de pouvoir caler des baffes au narrateur tant il tombe par moment dans une lourdeur ultime. Enfin, sans être magistrales, les mélodies font le job et il en va de même pour les bruitages.

Un descendant honorable mais pas inoubliable

Si Dungeon Keeper est parvenu à s’imposer comme un classique du genre, faisant partie de ces monuments du paysage vidéoludique, Dungeons 3 arrive à lui faire honneur tant on retrouve de bonnes vieilles bases qui cartonnent toujours autant. Hélas, des points négatifs sont tout de même présents, parmi lesquels on système de jeu vite répétitif et très lent, une interface à pleurer et une ambiance humoristique parfois lourdingue. La qualité esthétique est au rendez-vous, certes, mais ne tombe jamais dans le phénoménal et malgré les heures de fun proposées par le titre de Realmforge, le prix d’une quarantaine d’Euros reste un poil élevé.

La bande-annonce

Réalisation: 15/20

Le côté cartoon colle à merveille à l’ambiance du soft: décalage, fraîcheur, couleur, tout est au rendez-vous pour proposer une belle pause détente. On regrettera seulement une interface effrayante, mal pensée et pouvant même faire rager derrière son écran, cette dernière risquant de décourager les petits nouveaux.

Gameplay/Scénario: 17/20

Si le scénario ne change pas des habitude de la licence, le parcours et la personnalité de Thalya sont plaisants à découvrir. On reprend les classiques de la méchanceté et cela fonctionne plutôt bien malgré un humour parfois lourdingue. Le gameplay pour la partie gestion est toujours aussi sympathique mais la répétition voulue par le côté STR et la lenteur de ces phases rend le tout un peu barbant.

Bande-Son: 14/20

Si la voxographie est bonne en français, on ne pourra que vous recommander d’opter pour la version anglaise afin de profiter d’un narrateur épique. Les musiques, bruitages et ambiances sonores sont de bonne qualité sans tomber dans le trop peu ou le trop plein mais ne parviennent pas pour autant à nous toucher outre mesure.

Durée de vie: 15/20

Il faudra compter une vingtaine d’heures pour venir à bout de la campagne. Ajoutons à cela un bon multi et les heures vont défiler au compteur si vous adhérez au concept malgré les soucis rencontrés.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Dungeons 3 est un soft plein d’ambition, faisant honneur à son ancêtre mais sans vraiment nous combler à 100%. On sent l’amour des développeurs pour leur licence, on comprend qu’ils ont voulu faire au mieux en prenant en compte l’avis de leurs joueurs et on est persuadé qu’ils parviendront avec le temps à nous réaliser un titre remplissant toutes les conditions requises pour faire de lui un classique du genre. La qualité est présente, la quantité aussi et malgré les points noirs du soft comme son interface totalement bancale, son prix et sa répétitivité, le plaisir l’est tout autant.



About the Author

LadyDisturbed

Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance… voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l’écriture de fan fiction m’occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !