Review

Il y a un an sortait sur nos écrans (de PC) le dernier bébé de Larian Studios : Divinity Original Sin 2. Les pros belges du RPG au tour par tour en vue isométrique avaient alors pu assister au succès flamboyant de leur jeu. Cela semblait donc être une bonne idée d’effectuer un portage sur console. Ce dernier vise principalement à corriger certains défauts du jeu original, accompagné de certaines nouveautés et bénéficiant de nombreux ajustements. Mais cet update suffira-t-il à rendre ce jeu encore meilleur ?

Etre ou ne pas être le Divin

« Incarnez un Ensourceleur en passe de devenir le Divin »

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire de Divinity, en voici un bref résumé : vous êtes doté d’une puissante énergie que l’on nomme la Source, ce qui fait de vous ce que l’on appelle communément un Ensourceleur. Cette puissance, hélas, semble être en lien avec l’apparition de créatures obscures et maléfiques : les Anéants. L’Ordre des Divins, dirigé par Alexandar, fils de Lucian le Divin, voulant protéger le monde des Anéants, décide de vous munir d’un collier vous privant de votre source et de vos pouvoirs. Vous vous retrouvez à bord d’un navire qui vous mène à Fort Joie, une île où sont enfermés les Encourceleurs après avoir été traqués par les Magisters. Votre mission sera de vous évader de cette prison et de trouver des réponses à vos questions : qu’est-ce que cet ordre divin ? D’où proviennent les Anéants ? qu’est-ce qu’une Adéide et pourquoi prendrait-elle la place du Divin ? Votre périple, seul ou accompagné, commence…

Un pur jeu de rôle sur console

Votre aventure commence par le choix de votre personnage. Vous pourrez soit le créer de A à Z, en choisissant sa race (parmi les 5 disponibles : humain, nain, elfe, lézard, mort-vivant), ses capacités, ses talents etc… soit choisir parmi la liste des 6 personnages disponibles, vous permettant ainsi de choisir entre leur histoire, créée de toute pièce par Larian Studios, ou de suivre votre propre voie. Le jeu est bien complet car, suivant vos attributs (un manque d’intelligence par exemple), ou même votre race, vous n’aurez pas forcément accès à certaines lignes de dialogues. La liberté de choix et d’actions que le jeu vous propose est grandement illustrée par ces fameux personnages. Libre à vous de respecter leur histoire, ou tuez-les tous, cela ne changera en rien le scénario de base. En revanche, si vous choisissez de prendre des compagnons, les développeurs ont pensé à tout ! Des choix vous seront donnés, vous permettant de laisser l’histoire de votre compagnon prendre le dessus, ou décidez d’intervenir pour parler à sa place. Mais attention, cela entraînera des réactions. Votre compagnon pourra devenir plus hostile ou plus amical suivant vos décisions. Et vous pourrez choisir de le laisser partir si le cœur vous en dit, ou juste si vous en avez assez de le voir. De plus, vous n’êtes pas obligé de respecter sa spécialité de base, un voleur pourra facilement développer ses compétences de mage si vous le lui ordonnez.

« Vous avez le choix entre 6 personnages qui ont chacun leur propre histoire ou vous pouvez façonner votre propre héros »

Divinity vous proposera également un système de craft, vous permettant de créer vos propres potions ou armes, même si vous pouvez vous en passer si cet aspect du jeu ne vous plaît pas. N’hésitez pas à lire tous les livres possibles pour apprendre davantage de recettes. Concernant votre inventaire, il vous faudra certainement un petit temps d’adaptation. En effet, même si l’on regrette un petit système permettant de savoir si tel équipement est plus intéressant que celui actuellement équipé, on ne peut qu’apprécier le fait de pouvoir effectuer un tri dans son inventaire, ou même de donner ses objets à ses compagnons. Vous pouvez faire en sorte que l’un porte la nourriture, l’autre les armes, ou même en faire un porteur de clé ! Quant au menu des quêtes, cela reste, hélas, toujours un peu le fouillis. On peut se retrouver assez souvent perdu entre les quêtes secondaires, les quêtes de personnages, la trame principale, surtout en sachant que certaines peuvent éventuellement se croiser.

Le système de combat demeure inchangé, cela reste un système en tour par tour en vue isométrique, vous permettant de développer votre esprit tactique et de tirer parti de votre environnement. Placez vos archers en hauteur pour leur permettre de gagner un bonus de tir, jeter un tonneau plein d’huiler et mettez le feu à vos adversaires ! Mais attention ! Si vous pouvez enflammer vos ennemis, vous pouvez aussi prendre feu également ou faire griller vos amis ! Et oui le tir allié existe et c’est souvent source de rage, ou de fou rire ! Votre personnage dispose de trois jauges, l’une représente votre armure physique, une autre l’armure magique, et la dernière sera votre jauge de vie qui ne sera entamée qu’une fois l’une des deux autres jauges vide. Suivant les difficultés que vous rencontrerez, vous serez souvent amener à sauvegarder pour trouver la stratégie qui s’avèrera victorieuse, dotant plus qu’un faux pas est vite arrivé et que vous n’aurez parfois pas d’autre choix que de laisser tout le monde mourir afin de pouvoir recommencer. Un combat est trop difficile ? Essayez de revenir en arrière pour combattre plus d’ennemis et gagner de l’expérience.

La durée de vie du jeu dépendra de la façon dont vous jouez, de vos choix, des dialogues, et de tout un tas de paramètre. Une partie normale sans trop perdre de temps, devrait durer une cinquantaine d’heures environ, ce qui est déjà très correct pour un jeu de cet envergure. L’histoire principale, enrichie des quêtes secondaires, rallonge cette durée de vie pour vous faire passer sous la barre des 100 heures, si vous êtes du genre aventurier. Mais ne vous attendez pas à réussir à faire toutes les quêtes en une partie, une seule quête peut proposer plusieurs solutions, et si vous voulez toutes les explorer, il vous faudra recommencer le jeu ! Sachant qu’il existe également 6 histoires par personnages, vous imaginez le temps que vous allez passer sur le jeu. Vous appréciez le LORE (l’histoire) d’un jeu ? Alors, vous serez servi ! Et nous vous laissons apprécier la voix du narrateur qui est parfaite pour vous plonger dans un pur jeu de rôle sur table comme beaucoup d’entre nous aiment en faire.

« Un nouveau tutoriel, un mode coop et un mode arène sont quelques unes des nouveautés et améliorations de ce nouveau jeu ! »

Vous n’en avez pas encore assez ? Que pensez-vous de la possibilité de jouer en mode coop ? Cette particularité, qui fait le succès de beaucoup de jeux à l’heure actuelle, est également présente dans Divinity Original Sin 2 : Definitive Edition. Ainsi, vous aurez la possibilité de jouer en coopération locale à 2, ou en ligne à 4. Et si vous craignez de ne pas progresser, rassurez-vous : le jeu propose la possibilité, en cas de déconnexion, que le joueur hôte de la partie prenne le contrôle de votre personnage, vous permettant ainsi de continuer à évoluer. De même, l’avantage de cette coop est de pouvoir effectuer plusieurs quêtes en simultanée, l’écran se scindant pour suivre votre propre personnage. Hormis le mode campagne, le jeu propose également un mode arène, lui-même jouable seul ou en équipe. Ce système vous permettra de sélectionner un personnage et de vous battre, juste comme ça, par plaisir. Histoire de voir qui est le meilleur stratège !

Une version PS4 améliorée

Le plus intéressant reste le portage sur les consoles XBOX et PS4. Rien à redire, le portage est parfaitement optimisé, et bien équilibré ! Là où de nombreux développeurs se sont cassés les dents, Larian Studios a su démontrer qu’ils avaient réussi à maîtriser la chose. Dans les deux cas, que ce soit sur PC ou sur console, le jeu est simple à prendre en main, même si un temps d’adaptation vous sera demandé. Rassurez-vous, un tout nouveau tutoriel, amené avec la version définitive, vous permettra de vous familiarisé avec la manette. On trouvera des aspects qui sont mieux travaillés sur la manette qu’avec un duo clavier/souris et inversement. En tout cas, pour le déplacement des personnages et surtout celui de la caméra, c’est une réussite ! Et pour un jeu tactique en vue de dessus, c’est primordiale d’avoir une aisance de caméra et de déplacement de personnage. Sachant qu’un mauvais placement, un tir allié raté, et encore un élément du décors peuvent être un frein voire même un piège pour vous.

La gâchette droite de la manette vous permettra d’accéder de façons simple et rapide à votre inventaire, à l’artisanat, à votre équipement etc… Un système de scan de la zone vous permettra de trouver les objets cachés plus facilement et augmentera votre interactivité avec votre environnement. De même, vous pourrez changer de cibles facilement grâces aux touches LB et RB. Et même si la prise en main reste délicate, dites-vous que cela ne vient pas de l’interface, mais de l’immense contenu que propose le jeu. L’interface a été modifiée, et l’attribution des contrôles sur les boutons est bien optimisée.

Côté histoire, Larian Studios n’a pas chômé. Sans aller jusqu’à un bouleversement total de l’aventure, ils ont essayer d’éclairer un peu plus certains objectifs. Et surtout, ils ont fait un gros remodelage de l’acte 3, que certains trouvaient un peu pauvre. Désormais, une réévaluation des quêtes lui permet d’offrir désormais plus de trente heures de jeu ! Le studio a également ajouter un mode histoire, ce qui vous permettra de découvrir le jeu sans trop de difficulté, vous permettant la résurrection à l’infini, la possibilité de fuir plus facilement un combat, le tout afin de laisser les joueurs débutants prendre en main sans crainte cette licence. Le tout accompagné d’un tout nouveau tutoriel ! De quoi ravir même les plus réfractaires !

Le maître du jeu entre en scène

« Le narrateur vous plongera dans un vrai jeu de rôle sur table. »

Maintenant parlons graphismes. Car un jeu de cette envergure, avec une telle richesse d’histoire, devrait avoir des graphismes qui en sont dignes. Et bien oui, ce jeu est d’une beauté incroyable, que la version Définitive Edition achève d’améliorer. Le moteur physique, ainsi remplacé pour permettre une lecture 4K sur XBOX One X et PS4 Pro, permet un gain en définition des surfaces et textures de l’environnement. L’univers est vaste, varié, les teintes sont colorées et les décors et effets de mouvements de l’environnement sont impressionnants tant ils sont sublimes ! On ne peut que se sentir plonger dans cet univers, et, même si l’histoire et les combats prennent une grande place dans tout le jeu, il reste suffisamment de moments de calme pour pouvoir apprécier le travail de la direction artistique, et ce même si cela implique encore quelques baisses de framerate par moment.

Quant à la bande-son, elle est composée de morceaux sublimes, l’ambiance sonore nous plonge dans l’univers comme si vraiment on y était. Et un point tout particulier pour le narrateur qui est digne des plus grands maîtres du jeu que vous avez pu côtoyé. Certains diront qu’il aurait été agréable que le jeu soit doublé en français. Oui, cela aurait pu être agréable…

On refait une partie ?

Cette version Definitive Edition de Divinity Original Sin 2 confirme le fait que ce jeu est un l’un des meilleurs RPG en vue isométrique de ces dernières années. Le portage devrait d’ailleurs faire augmenter grandement le nombre de fans de cette licence ! Outre les améliorations graphiques, il est agréable de constater que certains studios écoutent encore leurs fans car Larian Studios a complètement revu le chapitre 3 de son jeu. La maniabilité sur manette a été bien pensée avec l’aisance qui va avec, et l’ajout du mode histoire permettra aux plus craintifs de découvrir le jeu sans trembler. Ajouter à cela un mode coop et le mode arène, et vous comprendrez pourquoi vous aurez bientôt cette édition entre vos mains.

La Bande-Annonce

Réalisation: 18/20

Graphiquement le jeu est beau, coloré, sublimé par une version 4K grâce au nouveau moteur graphique. Les environnements sont à coupé le souffle ! En plein combat, les effets de sorts ou de réactions en chaîne sont parfait. Le visuel de l’interface a été retravaillé, et les textes et dialogues ont été doublés ! Bref, visuellement parfait !

Gameplay/Scénario: 18/20

Le gameplay est lui aussi très plaisant ! 6 personnages jouables, ou alors créez le votre ! Refaite le jeu encore et encore pour découvrir de nouvelles quêtes, changer de personnage, d’équipe, recommencez votre histoire de 0 pour en découvrir une autre ! Parcourez le monde de Rivellon en coopération, affrontez-vous dans l’arène ! Vous n’aimez pas la difficulté ? Jouez en mode histoire. Rien n’est laissé au hasard et tout est fait pour vous mettre le plus à l’aise possible !

Bande-Son: 18/20

Pour rythmer cet univers, le jeu dispose d’une bande-son de qualité. Certains titres du jeu resteront dans votre mémoire tant ils sont sublimes et prenant comme « Rivellon ». Et même s’il y a eu un changement de compositeur, le résultat reste parfait ! Et chapeau bas au narrateur qui est pur et digne MJ !

Durée de vie: 19/20

Entre l’histoire principale, les quêtes secondaires, les histoires de personnages… il y a tant de choses à faire que si vous souhaitez tout explorer vous en aurez au moins pour une centaine d’heures (50 si vous êtes pressé) ! En terme de durée de vie, Larian Studios et son équipe ne se sont pas fichus des fans de RPG !

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Le portage de Divinity sur console fera la joie des fans de RPG, hack’nslash et tactical RPG tout confondu ! Le jeu est sublime, porté par une bande-son et une ambiance sonore incroyable, et sublimée par une histoire riche et un narrateur parfait pour jouer les maîtres de jeu. Un des meilleurs RPG de ces dernières années, mêlant actions, histoire et magie, dans une aventure mémorable seul ou plusieurs !



About the Author

Avatar
Deyleina
Joueuse le jour et streameuse la nuit (avec une grande passion pour le cosplay), je suis une adepte des jeux PC depuis ma plus tendre enfance (mon premier jeu étant "Prince Of Persia") ! J'adore également les films (surtout d'animation), la littérature (manga powa!) et la musique ! Ma devise : "Enjoy and Play" !