Review

Sorti originellement en 2005 sur PlayStation 2, Devil May Cry 3 est une préquelle aux deux premiers volets et vous met dans la peau d’un Dante bien plus jeune et irrévérencieux, qui aura pour but de gravir une tour maléfique invoquée par son frère Vergil et le vil sorcier Arkham. Aidé de la redoutable Lady, notre héros nous revient donc dans une version Switch remastérisée, profitant d’une résolution et d’un framerate améliorés, mais aussi de trois ajouts plus qu’intéressants que l’on vous propose de découvrir dans notre vidéo-test complet! Assez d’innovations pour sortir la carte bleue?

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15,5/20

Visuellement, ce Devil May Cry 3 Edition Spéciale nous livre une très bonne prestation, avec une résolution revue à la hausse par rapport au titre originel, des textures bien plus travaillées, des modélisations plus fines et une animation plus fluide. Du bon boulot, d’autant que les cinématiques utilisant le moteur du jeu ont le beau goût, contrairement aux menus, de prendre toute la largeur de l’écran de la Switch, ce qui nous change du 4/3 d’origine. Ajoutez à cela une mise en scène plutôt stylée, une tour démoniaque qui rappellera le look gothique du château du premier volet et des effets spéciaux bien badass, et vous obtenez un spectacle qui a certes un peu vieilli depuis le temps, mais n’en demeure pas moins très agréable encore à contempler de nos jours.

Gameplay/Scénario: 14/20

Les ajouts de gameplay de cette version Switch apportent réellement de grosses aides ingame, que ce soit le changement d’armes à la volée ou de style, sans compter l’excellent Palais Sanglant et ses 9.999 étages qui peuvent désormais se jouer à deux en local, avec Vergil et Dante! Pour le reste, on retrouve du combat à base de combos bien sentis, un perso à faire évoluer au moyen d’orbes rouges, de l’exploration et quelques énigmes façon Devil May Cry premier du nom mais aussi et surtout… une grosse difficulté liée à des angles de caméra parfois trop mal calibrés, vous masquant littéralement l’action durant vos affrontements, notamment contre les boss! Sachant que même les ennemis lambdas peuvent vous vider une barre entière de HP en quelques coups, et que les potions de soin montent drastiquement leur prix au fur et à mesure que vous achetez, vous comprendrez que la frustration s’invite parfois à la fête, mais pas assez pour gâcher l’envie de vouloir continuer. Niveau scénario, la relation entre Vergil et Dante, de même que celle liant Lady et Arkham, aurait pu être plus travaillée selon nous.

Bande-Son: 16/20

Les musiques d’ambiance aux sonorités gothico-ésotériques se marient à merveille à du gros hard rock bien pêchu durant les affrontements, pour un résultat qui en jette. Idem pour les bruitages et le doublage anglais hormis… l’horripilante voix nasillarde de Vergil, bien ratée pour le coup.

Durée de vie: 18/20

Comptez une dizaine d’heures pour boucler le soft une première fois, notamment parce que toutes les énigmes et les allers-retours à la recherche d’objets sont loin d’être évidents quand les monstres respawnent dans les corridors. A côté de l’histoire principale, vous avez également des missions annexes mais aussi le mode Palais Sanglant et ses 9.999 étages et là… vous êtes partis pour de nombreuses, très nombreuses heures de jeu, le tout pour 19,99€.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Avec ses ajouts qui améliorent vraiment le gameplay et le fun tels que le changement d’armes et de style à la volée ou encore le mode coop en local pour le Palais Sanglant, ce Devil May Cry 3 ne manque pas d’atouts pour séduire les amoureux de baston stylisée mais aussi d’aventure, la Tour démoniaque proposant son lot d’énigmes et d’exploration. Avec sa durée de vie d’une dizaine d’heures, sa réalisation reliftée et ses joutes parfois très intenses, ce remaster mérite de faire partie de votre ludothèque malgré ses gros soucis de caméra qui peuvent rendre certains affrontement terriblement frustrants, ou encore son système d’acquisition de potions de soin qui vous coûte de plus en plus cher au fil du temps, rendant la progression parfois très hasardeuse. Bref, pas un titre pour gamer novice, mais un excellent jeu au demeurant!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!